Patrice Stellest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Patrice Stellest

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Stellest lors du vernissage de son exposition Trans Nature à Chinon/ France en 2000

Alias
Stellest
Naissance 23 Mai 1953
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Profession
Cinéaste, Peintre, Sculpteur
Formation
Animation expérimentale

Patrice Stellest, dit Stellest, est un cinéaste, peintre et sculpteur suisse, né le 23 mai 1953.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1970, à l’âge de 16 ans, Stellest quitte la Suisse pour s’installer aux États-Unis. Là, il vit à Katchina, petit village du nord de l’Arizona où il peint. À cette époque, il entretient des premiers contacts avec les indiens d’Amérique du Nord dont la philosophie de vie et les rapports avec la nature l’inspirent pour la suite de sa carrière. Après quelques années passées dans le désert, Patrice Stellest déménage en Californie. Rapidement, il fait la rencontre de Charles Lemaire, costumier de Marilyn Monroe notamment, et oscarisé à trois reprises pour ses créations. Après avoir vu les dessins de costumes du jeune Stellest, Charles Lemaire lui propose de le former aux métiers du design et de la mode. Stellest, alors déjà influencé par l’œuvre de Max Ernst entrevoit un autre chemin artistique, et décline l’offre. Quelque temps plus tard, il reçoit une bourse de l’État de Californie et rejoint le Programme d’Animation Expérimentale du California Institute of the Arts, à Valencia. Là, sous la supervision de Jules Engel, animateur en chef du Fantasia de Walt Disney qui devient son mentor, il s’initie aux techniques de l’animation expérimentale et de la photoanimation en faisant ses classes sur des machines telles que l’Oxberry Master Series. Il est alors invité à réaliser sa première animation, “The lady bug that wanted to be a flower” (La coccinelle qui voulait être une fleur), sur la première Oxberry personnelle de Walt Disney.

Par la suite, sur présentation d’un portfolio, Stellest est accepté au Art Center College of Design, à Pasadena, en Californie, où il étudie l’Art et la Cinématographie. Là, il dirige une série de courts-métrages mêlant musique et art expérimental, convaincu avant l’heure de l’avenir prometteur des clips vidéos pour accompagner la musique. Suivant son idée, il gagne le 1er prix d’Art Center pour son court-métrage “Portrait 1982”, qui défend la place des femmes dans le monde de l’art. Il dirige également les court-métrages “Animas”, et “The Kimono” et montre son travail à l’équipe du directeur de la photographie du film “The Doors”, d’Oliver Stone, alors en quête d’inspiration visuelle.

En 1983, Stellest monte une équipe afin de participer au projet “Équinoxe” du programme culturel olympique de la ville de Los Angeles, avec la collaboration du scientifique Claude Michaux (coordinateur du Programme Voyager de la NASA à Pasadena).

En 1984, Stellest part vivre à Paris avec sa compagne, Marie-Hélène. Ensemble, ils reprennent l’atelier des artistes du Pop Art, Claus Oldenburg et James Rosenquist. Sa compagne est enceinte quand, suivant les pas de Max Ernst, ils quittent Paris pour la Touraine où il s’initie seul aux techniques de la soudure sur métal. En 1989, attiré par le sud de la France, il s’installe à Saint-Rémy-de-Provence. Commence alors une période très riche. En 1992, il illustre le livre Grosse Beruhigte Körper, édité par Druckhaus Galrev, qui fera gagner au poète allemand Ulrich Zieger le premier prix de poésie de l’Allemagne réunie. Il côtoie également le peintre français René Durbach qui marquera profondément sa vision du mouvement que Guillaume Apollinaire appela l’Orphisme, et peint la peinture emblématique de sa carrière de peintre “Le Câlin”[1]. Parallèlement, il parfait sa technique de sculpture sur métal en devenant l’assistant du sculpteur Grec Costa Coulentianos, et rencontre et partage son univers avec César, Dora Maar, ou encore Léo Castelli, Harald Szeeman ou M.Tate. Ces derniers l’encouragent à exprimer ses nouvelles idées et concepts.

Trans Nature Art[modifier | modifier le code]

En 1994, Stellest illustre le roman ‘Schwartzland” d’Ulrich Zieger, paru aux éditions Qwert Zui Opü, avant de se retirer afin de réaliser ses nouveaux projets. Pendant cette période, il travaille avec l’assistant de Jean Tinguely, Martin Bühler, et l’artiste physicien Bernard Gitton[2] sur un nouveau style d’œuvres d’art portant le message de la défense de la nature et de l’environnement. L’œuvre maîtresse de ce mouvement est “La Tête Solaire”[3]. Conçue pour marcher à son propre rythme grâce à l’énergie solaire, cette sculpture est la première d’une longue série de sculptures interactives, alliant une technologie de pointe à des techniques expérimentales et au nouveau message de l'artiste. En 1999, Stellest présente ses œuvres comme appartenant à un nouveau mouvement qu’il nomme le Trans Nature Art, lorsqu’il expose au Palais des Arts de Marseille. Immédiatement après, il expose au château de Béatrice de Andia, déléguée de l’action artistique de la ville de Paris, lors d’une exposition organisée autour de la nature. Enfin, en 2001, il est l’invité d’honneur de Palexpo, à Genève, où il présente officiellement Trans Nature Art (TNA) au monde de l’art.

En 2011, Stellest revient sur la scène artistique en réalisant un court-métrage 3D, “Stellest Genesis”[4], avec la participation musicale du dj Moby. Il illustre le dernier ouvrage d’Ulrich Zieger, “Première visite dans le refuge”[5], paru aux éditions Rugerup. Il est également invité[6] en résidence dans la ville de Joué-lès-Tours au cours du mois de mai 2011.

Publications et Presse[modifier | modifier le code]

1992
  • Illustration du livre 'Le Gros Corps Calmé' (Grosse Beruhigte Korper) par Ulrich Zieger. Druckhaus Galrev, Velrag Editions. ISBN 3910161235 (3-910161-23-5).
  • Chronique dans 'Die Welt' (Le Monde) - 2 février 1992. “Ils chantent à la lune des mélodies ancestrales”.
  • Interview télévisée France 3 Provence-Côte d'Azur / Monte-Carlo.
1993
  • Intervention télévisée sur TV Science Frontière (France 3) avec Bernard Gitton / production France Piolet.
1994
2000
  • Débat radio sur Europe 2 “Autour de Trans Nature Art”
  • Émission télévisée sur Trans Nature Art - TSR
  • Reportage MTV, introduction à Trans Nature Art
2002
  • Interview et reportage France 3 sur Trans Nature Art
  • Interview et reportage M6 sur Trans Nature Art
2011
  • Émission de radio “Tapis Rouge” sur France Bleu
  • Illustration du livre “Première visite dans le refuge” (Aufwartungen im Gehäus). Édition Rugerup. ISBN 9783942955058 (978-3-942955-05-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://vimeo.com/29671663
  2. http://vimeo.com/groups/stellest/videos/30585407
  3. http://vimeo.com/29693301
  4. http://vimeo.com/28987732
  5. http://www.rugerup.de/Aufwartungen+im+Geh%C3%A4us_AID3063.html
  6. http://www.wat.tv/video/art-ecologique-stellest-joue-3o3qx_3lpfh_.html