Pasuruan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pasuruan (homonymie).
Kota de Pasuruan
Image illustrative de l'article Pasuruan
Administration
Pays Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Type kota
Province Java oriental
Démographie
Population 177 000 hab. (2003)
Densité 12 643 hab./km2
Langue(s) javanais, madurais
Groupes ethniques Javanais, Madurais
Géographie
Superficie 14 km2

Pasuruan est une ville d'Indonésie située dans la province indonésienne de Java oriental. Elle a le statut de kota et est le chef-lieu du kabupaten de Pasuruan.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pasuruan est bordée :

  • Au nord, par le détroit de Madura,
  • À l'est, au sud et à l'ouest, par le kabupaten homonyme.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1019 Airlangga, gendre d'un roi de l'est de Java assassiné en 1016, est proclamé souverain de la principauté de Pasuruan. En 1028, il se lance dans une offensive militaire contre les rebelles, qu'il finit par défaire en 1035. Airlangga installe alors sa capitale à Janggala, dans l'arrière-pays de l'actuelle Surabaya.

Dans les années 1530, Pasuruan est conquise par le royaume musulman de Demak dans le centre de Java. Au cours du XVIe siècle, la ville sera la seule puissance musulmane significative de la région. Le reste de Java oriental constitue en effet la principauté de Blambangan hindouiste, avec laquelle Pasuruan est entre souvent en conflit. Il semble que vers 1600 Pasuruan conquiert la capitale de Blambangan.

Pasuruan est en tout cas l'objet de la rivalité entre Surabaya et le royaume de Mataram du centre de Java. En 1614 le Sultan Agung de Mataram attaque Surabaya et les principautés voisines, dont Pasuruan. Cette dernière est défaite en 1616.

Pasuruan sera le refuge et la base de l'ancien esclave et rebelle balinais Surapati. Celui-ci s'était enfui de Batavia. Après s'être rendu, il s'était enrôlé dans les troupes de la VOC (Compagnie néerlandaise des Indes orientales en 1683, pour prendre de nouveau le maquis en 1684. Une coalition formée par la VOC, Mataram et le prince Cakraningrat II de Madura finira par tuer Surapati en 1706 et conquérir Pasuruan en 1707.

Au cours du XIXe siècle, alors que le gouvernement colonial applique sa politique de cultuurstelsel (système de cultures forcées) dans laquelle les paysans javanais doivent consacrer le quart de leurs terres ou de leur temps à des cultures commerciales, la région de Pasuruan est un centre important de plantations de canne à sucre.

Littérature[modifier | modifier le code]

Pasuruan est le cadre du roman De Stille Kracht (1900) de l'écrivain néerlandais Louis Couperus, qui décrit la lente déchéance d'un resident (gouverneur) hollandais dont la maison est frappée de phénomènes mystérieux à la suite d'une malédiction proférée à son encontre par une aristocrate de Madura dont il a destitué le fils regent (préfet).

Personnalités de la ville[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Pasuruan est située sur la route côtière et la voie ferrée qui relient Surabaya à Banyuwangi, le port d'embarquement pour Bali.

La ville est, avec Probolinggo, un des deux points d'accès au volcan Bromo.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Couperus, Louis, De Stille Kracht, traduit en français sous le titre La force des ténèbres, Editions du Sorbier
  • Lombard, Denys, Le carrefour javanais
  • Ricklefs, M. C., A History of Modern Indonesia since c. 1300, Stanford, 1994
  • Wolters, Oliver W., "Indonesia - The archipelago and its early historical records" in Encyclopaedia Britannica