Passage de l'Argue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le Passage de l'Argue. Pour le Petit passage de l'Argue, voir Petit passage de l'Argue.
Passage de l'Argue
Image illustrative de l'article Passage de l'Argue
Passage de l'Argue
Situation
Coordonnées 45° 45′ 40.14″ N 4° 50′ 05.32″ E / 45.76115, 4.834811145° 45′ 40.14″ Nord 4° 50′ 05.32″ Est / 45.76115, 4.8348111  
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Ville Lyon
Quartier 2e arr.
Tenant Place de la République (Lyon)
Aboutissant Edouard Herriot et rue de Brest
Morphologie
Type Passage
Forme en deux tronçons

Le passage de l'Argue est un passage couvert situé dans le 2e arrondissement de Lyon. Il relie la rue de la République aux rues Édouard-Herriot et de Brest. Le passage abrite principalement des commerces, notamment d'habillement (chapeaux, chaussures), de cadeaux et de décoration.

Description[modifier | modifier le code]

Le passage fut construit en 1825 par l'architecte Fargue.

Le passage de l'Argue relie le 43 rue de Brest au 40 rue de la République, en traversant la rue Édouard Herriot. Le petit passage de l'Argue, quand il est ouvert, permet aussi de sortir par la rue Thomassin.

On entre dans le passage par quatre grands porches de style néo-classique, la suite étant située sous une verrière ornée d'une enfilade de lanternes. Les encadrements des commerces sont en bois, avec une volonté d'homogénéité stylistique. Le tronçon Est accueillait, côté rue Édouard Herriot, une statue de Mercure élancé, dieu du commerce (imité d'une œuvre de la Renaissance du sculpteur Giambologna) qui a été dérobée en 2011.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1825, l'architecte Fargue est choisi pour dessiner un passage couvert reliant la rue Royale (actuelle rue de la République et ex-rue de l'Impératrice) à la rue de Brest ; le passage fut finalement inauguré en 1828. Ce n'est qu'en 1852 qu'est percée la rue Édouard Herriot, qui divise le passage en deux.

En 1834, lors de la révolte des canuts, les émeutiers trouvèrent refuge un temps dans le passage, jusqu'à ce que les gendarmes fassent sauter la grille à coups de canon.

Un des plus fameux théâtres de Guignol s'y installa en 1899, et contribua grandement au rayonnement national de ce héros lyonnais.

En 1942, les Allemands fondent la statue de Mercure pour en faire des canons ; celle-ci a déjà été volée en 1909, et de nouveau en 1995 et 2011 : le passage attend depuis son remplacement.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

L’argue est un outil à filer l'or et l'argent pour le destiner aux tissus précieux, et désigne également par métonymie l'atelier du tireur d'or : on en trouvait un non loin de là lors de l'inauguration du passage.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]