Passage Choiseul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
2e arrt
Passage Choiseul
Paris - Passage de Choiseul 02.jpg
Situation
Arrondissement 2e
Quartier Gaillon
Début 40 rue des Petits-Champs
Fin 23 rue Saint-Augustin
Morphologie
Longueur 190 m
Largeur 3,9 m
Géocodification
Ville de Paris 2001
DGI 2012

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Passage Choiseul
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 52′ 05″ N 2° 20′ 08″ E / 48.86818, 2.33566

Le passage de Choiseul, plus simplement nommé le passage Choiseul, est un passage couvert parisien situé dans le IIe arrondissement, entre la rue des Petits-Champs au sud et la rue Saint-Augustin au nord. Ce passage forme le prolongement de la rue de Choiseul, d’où son nom.

Ce site est desservi par la station de métro Quatre-Septembre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entrée nord du passage de Choiseul, donnant sur la rue Saint-Augustin

Le passage Choiseul fut édifié entre 1825 et 1827 à proximité des Grands Boulevards, alors très fréquentés, à l'initiative de la banque Mallet et Cie en vue de réaliser une opération d'ordre spéculatif. Celle-ci devait avoir lieu dans le quadrilatère formé par les rues Gaillon, Saint-Augustin, Sainte-Anne, et des Petits-Champs.

Pour cela, on fit détruire les hôtels de Lionne, de Langlée, de Gesvres (dont le porche constitue encore l’entrée Nord du passage) et Radepont en projetant de construire des immeubles à leur place. Or, seul le passage Choiseul fut bâti finalement, car ce programme a été bouleversé par la construction du théâtre de l'Opéra Comique (salle Ventadour de nos jours).

Les plans ont été dessinés par l'architecte François Mazois[1] mais celui-ci ne verra pas l'achèvement de son travail puisqu'il décède en 1826. La relève est assurée par Antoine Tavernier qui fut chargé de l'achèvement du passage. Ce dernier dressa les plans du passage Sainte-Anne, permettant un accès depuis l'Est au passage Choiseul. À noter qu'un autre accès sur la rue Dalayrac a été ouvert côté Ouest.

Le passage est le plus long des passages couverts parisiens avec une longueur de 190 m pour une largeur de 3,7 m. Il consiste en une enfilade d'arcades sur pilastres au niveau du rez-de-chaussée. Ce dernier et l'entresol sont occupés en majorité par des boutiques tandis que les premier et second étages sont plutôt résidentiels. Il est recouvert d'une verrière ayant été remplacée vers 1907. Celle-ci fait l'objet d'une rénovation-restauration en 2012 par l'architecte Jean Frédéric Grevet avec les deux marquises situées aux extrémités du passage. Les murs du passage sont en pans de bois et offrent des ornementations. Des pilastres en marbre sont ornés d'un chapiteau d'où partent les arcades. Les lampes à gaz qui éclairaient autrefois le passage ont été remplacées par des arceaux garnis d'ampoules.

Le passage Choiseul, ainsi que le passage Sainte-Anne, avec leurs façades intérieures et les toitures sur rue des immeubles 23 rue Saint-Augustin, 40 rue des Petits-Champs, 6 à 46 rue Dalayrac et 59, 61 rue Sainte-Anne, sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 7 juillet 1974[2].

Progressivement tombé en désuétude comme beaucoup d'autres passages parisiens, le passage Choiseul a connu une explosion de sa fréquentation au début des années 1970 quand le couturier Kenzo y ouvrit une boutique branchée. Sa fréquentation, qui avait reculé depuis le déménagement du couturier place des Victoires, s'est relativement stabilisée depuis lors, mais est tributaire des heures de bureau, le passage étant peu fréquenté ou fermé en dehors de ces horaires.

Le passage est ouvert du lundi au samedi de h à 20 h.

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

Le lieu possède un passé littéraire :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. INHA : François Mazois
  2. « Passage Choiseul et passage Sainte-Anne », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Henri Godard, « Chronologie », dans Céline - Romans, tome 1, coll. « Bibliothèque de la Pléiade »,‎ 1981 (ISBN 978-2-07-011000-1), p. LVI-LVII

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]