Paspébiac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paspébiac
Site historique du Banc de Pêche de Paspébiac
Site historique du Banc de Pêche de Paspébiac
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Comté ou équivalent Bonaventure
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Paul-Arthur Blais
2013 - 2017
Constitution
Démographie
Gentilé Paspéya
Population 3 301 hab. (2006)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 00″ N 65° 15′ 00″ O / 48.033338, -65.250005 ()48° 02′ 00″ Nord 65° 15′ 00″ Ouest / 48.033338, -65.250005 ()  
Altitude Min. 0 m
Superficie 9 459 ha = 94,59 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire GMT-5
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Paspébiac

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Paspébiac
Liens
Site web http://www.paspebiac.com/

Paspébiac est une ville du Québec, située dans la municipalité régionale de comté de Bonaventure, dans la région administrative de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. La municipalité est membre de la Fédération des Villages-relais du Québec.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Le nom Paspébiac provient du mot micmac « ipsigiag », qui signifie barachois, faisant ainsi allusion au port naturel existant à cet endroit[1]. D'autres théories tentent par contre d'expliquer l'origine micmaque du nom, comme l'expression « papgeg ipsigiag », qui signifie batture fendue, ou que la signification du toponyme serait plutôt « qui brille à distance »[1]. Nicolas Denys est le premier à mentionner Paspébiac en 1672 dans sa Description géographique et historique des côtes de l'Amérique septentrionale, avec l'histoire naturelle de ce pays: «un cap que l'on nomme le petit Paspec-biac : il y a une rivière où les chaloupes se mettent à l'abry lorsqu'ils viennent faire leur degrat du grand Paspec-biac qui est à quatre lieues de là.»[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une émeute éclata le . La famine qui y sévit depuis quelques mois en serait la cause. La milice intervint pour mettre fin à l'émeute[2].

Situation[modifier | modifier le code]

Entrepôt Lebouthillier
Banc de pêche de Paspébiac

Paspébiac est situé à 177 kilomètres de route à l'ouest de Gaspé, en Gaspésie. La ville a une superficie de 94,59 km2. Elle est bordée par la baie des Chaleurs au sud. Au delà de la baie se trouve la Péninsule acadienne, au Nouveau-Brunswick.

Paspébiac possède une territoire presque rectangulaire, orienté du nord au sud, limitrophe de New Carlisle à l'ouest, de Saint-Elzéar au nord-ouest ainsi qu'au nord et de Hope à l'est. Paspébiac touche également à Rivière-Bonaventure sur un point au nord-est.

Transport[modifier | modifier le code]

Paspébiac est traversé par le chemin de fer mais le train ne s'y arrête pas. Les voyageurs du train Le Chaleur de Via Rail Canada, qui relie Gaspé à Montréal trois fois par semaines, peuvent débarquer à la gare de New Carlisle, située à quelques kilomètres à l'ouest.

Durant les dernières années, il y a eu un projet de relier la Péninsule acadienne et la Gaspésie par traversier. En Gaspésie, il pourrait être soit à Paspébiac, soit à Chandler. Dans la Péninsule, le terminal pourrait être soit à Grande-Anse, soit à Caraquet[3].

Le barachois, Paspébiac, Gaspésie, QC, vers 1910

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La population est concentrée dans la partie sud du territoire, au bord de la baie des Chaleurs. Paspébiac à proprement parler est situé au bord du barachois et à l'ouest se trouve le quartier de Paspébiac-Ouest. Paspébiac-Est n'est pas compris dans le territoire mais dans celui de Hope. Duret puis Rivière-Paspébiac sont situés au nord.

Logement[modifier | modifier le code]

La ville comptait 1377 logements privés en 2006, dont 1300 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 84,2 % sont individuels, 1,2 % sont jumelés, 1,5 % sont en rangée, 3,8 % sont des appartements ou duplex, 7,3 % sont des immeubles de moins de cinq étages et 0,8 % sont des immeubles de plus de cinq étages. Enfin, 1,5 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons-mobiles. 83,8 % des logements occupés le sont par le propriétaire et 16,2 % sont loués. 79,6 % ont été construits avant 1986 et 7,3 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 6,2 pièces et ont une valeur moyenne de 75 455 $, comparativement à 182 399 $ pour la province[4].

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Mandat Fonctions Nom(s)
2013 - 2017 Maire Paul-Arthur Blais
Conseillers
#1 Rémi Whittom
#2 Christian Grenier
#3 Alain Delarosbil
#4 Frédéric Delarosbil
#5 Hébert Huard
#6 Gina Samson
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2013 en cours Paul-Arthur Blais    
2005   Gino LeBrasseur    
2001 2005 Réjean Bastien    
         
         
         
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

Le plus important employeur de Paspébiac est l'usine de transformation du crabe des neiges Uni-pêche M.D.M. LTÉE, qui compte 285 employés saisonniers[5]. Le second plus important employeur est le CLSC, avec 115 postes[5].

Loisirs et culture[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis 1992, le festival de théâtre le TRAC (Théâtre Recherche Action Création) se tient dans la salle de spectacle Wilfrid Joseph de l'école secondaire polyvalente de Paspébiac[6]. Lors du vingtième anniversaire du festival, sa présidente madame Nancy Gagnon souligne que l'évènement a permis de « développer une véritable culture du théâtre à Paspébiac »[6].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Elzéar Rivière-Bonaventure Rose des vents
New Carlisle N Hope
O    Paspébiac    E
S
Baie des Chaleurs,
Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Fiche toponymique - Paspébiac », sur Commission de toponymie du Québec (consulté le 2 septembre 2009).
  2. « Nouvelles de Paspébiac », Le Canadien,‎ 19 février 1886, p. 3.
  3. (fr) Radio-Canada - 10 janvier 2005 - Pas de traversier entre Caraquet et Pasbébiac avant 2006
  4. Recensement Statistique Canada 2006: Familles et ménages
  5. a et b « Profil de la ville », sur Ville de Paspébiac (consulté le 2 septembre 2009).
  6. a et b Antoine Rivard-Déziel, « Le Festival du TRAC à Paspébiac fête son 20 e anniversaire », Graffici.ca,‎ 15 mai 2012 (ISSN 1927-923X, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :