Pascendi Dominici Gregis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dominici.

L'encyclique Pascendi Dominici Gregis est une encyclique du pape saint Pie X, parue le 8 septembre 1907.

Elle est sous-titrée : Lettre encyclique du pape saint Pie X sur les erreurs du modernisme.

L'encyclique adopte donc dès le début le terme modernisme alors que les tenants de l'exégèse scientifique parlaient d'exégèse progressive ou progressiste. Cependant, ce terme pourrait introduire une ambiguïté dans l'esprit du lecteur contemporain tant le mot progressiste reste attaché, quand il s'agit de catholicisme au courant répandu chez les prêtres ouvriers proches du mouvement social.

Contexte[modifier | modifier le code]

Dès le début de l'encyclique, le pape affirme qu'Il doit parler sans délai :

« Ce qui exige surtout que Nous parlions sans délai, c'est que les artisans d'erreurs, il n'y a pas à les chercher aujourd'hui parmi les ennemis déclarés. Ils se cachent et c'est un sujet d'appréhension et d'angoisse très vives, dans le sein même et au cœur de l'Église, ennemis d'autant plus redoutables qu'ils le sont moins ouvertement. Nous parlons, Vénérables Frères, d'un grand nombre de catholiques laïques, et, ce qui est encore plus à déplorer, de prêtres, qui, sous couleur d'amour de l'Église, absolument courts de philosophie et de théologie sérieuses, imprégnés au contraire jusqu'aux moelles d'un venin d'erreur puisé chez les adversaires de la foi catholique, se posent, au mépris de toute modestie, comme rénovateurs de l'Église ; qui, en phalanges serrées, donnent audacieusement l'assaut à tout ce qu'il y a de plus sacré dans l'œuvre de Jésus-Christ, sans respecter sa propre personne, qu'ils abaissent, par une témérité sacrilège, jusqu'à la simple et pure humanité. »

L'encyclique s'inscrit donc dans le contexte de ce que l'on a appelé couramment la crise moderniste.

Effets[modifier | modifier le code]

Une commission de surveillance est mise en place dans tous les diocèses ; les maîtres suspectés sont écartés de l'enseignement ; un serment antimoderniste est institué (1910-1967). Umberto Benigni dirige un réseau de délation, La Sapinière.

Documents en lien externe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]