Partis politiques des Fidji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique aux Fidji
Image illustrative de l'article Partis politiques des Fidji

La politique démocratique est suspendue aux Fidji depuis le coup d'État militaire de décembre 2006 orchestré par Voreqe Bainimarama, avec une suspension du Parlement et l'instauration d'un gouvernement 'de transition'.

À l'aube du coup d'État, la vie politique fidjienne était essentiellement bipartite. Bien qu'il existât de nombreux partis politiques, seuls trois obtinrent des sièges à la Chambre des Représentants (aux côtés de deux députés sans étiquette) aux élections législatives de 2006[1] :

Parmi les autres partis, on peut citer :

En janvier 2013, le régime militaire imposa de nouvelles règles pour la reconnaissance de partis politiques ; notamment, chaque parti devait avoir au moins 5 000 membres. Dénonçant des exigences « ridicules », le Parti des peuples unis annonça sa dissolution[2]. Parmi les dix-sept partis existants, seuls trois (le Parti travailliste, le SDL et le Parti de la Fédération nationale) furent en mesure de se soumettre aux nouvelles règles. Tous les partis furent dissous par le gouvernement en février : quatorze de manière définitive, et ces trois là de manière temporaire en attendant l'examen de leur candidature à une reconnaissance officielle[3]. Les règles imposant à chaque parti d'avoir un nom en anglais, le SDL proposa de se renommer 'Parti libéral social-démocrate' (Social Democratic Liberal Party), afin de conserver son acronyme ; cette proposition fut rejetée par le gouvernement, qui modifia son décret afin d'interdire la conservation de l'acronyme[4].

Le SDL (dirigé par Ratu Jone Kubuabola), le Parti travailliste (dirigé par Mahendra Chaudhry) et le PFN (dirigé par Attar Singh) forment à partir de janvier un Front uni pour des Fidji démocratiques (auquel participe également Mick Beddoes malgré la dissolution du PPU) en opposition au régime militaire[5],[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Candidats élus aux élections législatives de 2006, site du gouvernement fidjien
  2. (en) "Fiji United Peoples Party winds itself up", Radio Australia, 28 janvier 2013
  3. (en) "Fiji regime to abolish 14 political parties", Radio Australia, 20 février 2013
  4. (en) "The road to 2014 elections", Islands Business, mars 2013
  5. (en) "Political Parties Form Democratic Alliance In Fiji", Fijilive, 2à janvier 2013
  6. (en) "United Front for Democratic Fiji says regime’s draft perpetuates dictatorship", Radio New Zealand International, 28 mars 2013