Parti unité nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Parti unité nationale
Parti démocratie chrétienne du Québec

Parti provincial actif
Logo du Parti unité nationale
Présentation
Chef Paul Biron
Permanence 394, rue Saint-Joseph
Lévis (Québec) G6V 1G7
Nb. de membres 19 membres (2011)[1]
Caractéristiques
Idéologie Démocratie chrétienne
Conservatisme social
Nationalisme québécois
Couleurs Bleu
Représentation actuelle
Assemblée nationale
0 / 125
(41e législature)
Historique
Fondation mai 2002
Candidat
Élu
Opp.
Gouv.
Oui Non Non Non

Site Web http://www.parti-un.org/

Le Parti unité nationale, anciennement le Parti démocratie chrétienne du Québec (PDCQ), est un politique québécois fondé en 2000 par des fondamentalistes chrétiens liés au Centre d’information nationale Robert Rumilly (CINNR). Le parti a obtenu son autorisation du Directeur général des élections du Québec en 2002 et son premier chef est Gilles Noël[2].

Le PDCQ prônait une politique de droite combinant le nationalisme québécois et le conservatisme religieux chrétien. Le parti n'a pas proposé de candidats à l'élection générale québécoise de 2008. En 2009, il comptait 19 adhérents[1].

En juin 2012, le Parti démocratie chrétienne du Québec change son nom pour le Parti unité nationale et augmente son membership à 150 membres[réf. nécessaire].

Historique[modifier | modifier le code]

Le 9 juin 2012, l’assemblée générale du Parti démocratie chrétienne du Québec (PDCQ) vote à 82 % pour changer le nom pour Parti unité nationale (PUN). Les autres 18 % s'abstienne de voter.

Le Parti unité nationale a fait sa campagne électorale de 2012 en prônant l'utilisation d'une monnaie locale québécoise pour favoriser la substitution des biens importés par des produits fabriqués localement[3]. Il donne la priorité aux politiques familiales et au développement régional et s'éloigne de plus en plus de l'idéologie du fondamentalisme chrétien au grand mécontentement des membres fondateurs du parti.

Le 4 août 2012 lors du premier Conseil de direction du parti, plusieurs des chefs de comté présents ont exprimé le désir de se dissocier de l’obligation qui existait au sein du PDCQ d’avoir un programme politique conforme à la doctrine sociale de l’Église.

Pour éviter une scission imminente, le conseil d'administration du Parti crée l'Aile du dialogue catholique de l'Unité Nationale (ADCUN) pour discuter des orientations politiques futures du part.

Structure[modifier | modifier le code]

En janvier 2013, l'Aile du dialogue catholique de l'Unité Nationale (ADCUN) est créé[4]. Il s'agit d'un lieu de discussion sur les orientations futures du parti suite au changement de nom.

Idéologie[modifier | modifier le code]

En matière d'identité nationale, le Parti unité nationale souhaite faire du Canada une véritable confédération à l'image de la Suisse. Le PUN se dit partisan d'un nationalisme inspiré de celui de l'Ordre de Jacques Cartier. Il estime que la langue française et la chrétienté sont les deux bases de l'identité québécoise et dit s'inquiéter de la disparition du peuple québécois causée par sa dénatalité. En ce qui concerne l'immigration, ce parti souhaite la reconnaissance des compétences des immigrants et le recours à la clause nonobstant pour interdire les accommodements raisonnables qui vont à l'encontre des valeurs chrétiennes de la majorité.

Quant au domaine de la famille, le parti souhaite verser une allocation mensuelle à toutes les mères dès le troisième mois de grossesse jusqu'au 17e anniversaire de l'enfant afin de les inciter à ne pas choisir l'avortement. À partir du sixième mois de grossesse, l' enfant viable sera reconnu et donc sujet à prise en charge par adoption. Afin d'encourager le retour au travail, l'aide sociale serait remplacée par un revenu minimal garanti. Ce parti défend la définition traditionnelle du mariage.

En ce qui concerne l'éducation, le parti UN prônre le maintien de l'article 41 original de la Charte québécoise qui donne le choix aux parents de l'enseignement religieux ou moral. Le parti souhaite établir des classes non-mixtes. Par ailleurs, il veut lutter contre le décrochage scolaire et annuler la réforme des cégep de 1992.

Dans le domaine de la santé, le parti souhaite lutter contre la circulation de faux numéros d'assurance sociale, offrir des allocations de solidarité familiale pour fournir des soins de santé à domicile pour les aînés et créer un ticket modérateur. Très critique de Loto-Québec, le parti UN souhaite notamment retirer les machines à sous afin de lutter contre le jeu pathologique et la dépression qui en résulte. Les médicaments seraient achetés en bloc par la Régie de façon à faire des économies de masse. On lutterait contre l'exode des médecins. Les avortements et la stérilisation ne seraient plus remboursés par l'État et on miserait sur l'adoption. Enfin, on prendrait les mesures nécessaires pour reconnaître les diplômes étrangers et on laisserait une plus grande place aux médecines douces.

En matière fiscale et économique, ce parti souhaite le remboursement de la dette publique, la création d'une monnaie locale québécoise pour encourager les achats chez-nous et servir de revenus pour les municipalités. Le parti propose une modification de la fiscalité de façon à lutter contre le travail au noir.

En matière d'environnement, le parti souhaite s'attaquer au dogme de la croissance économique à tout prix. Il propose notamment de renégocier les contrats de coupe en forêt pour mettre un terme aux coupes à blanc, d'interdire les OGM et de tenir un référendum pour obtenir l'appui de la population pour appliquer les mesures nécessaires afin d'améliorer la qualité de l'air dans les centres urbains. Le parti UN est contre le projet d'Hydro-Québec de construire tout barrage hydroélectrique qui serait néfaste à l'environnement et qui inonde indûment les terrains.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux du Parti unité nationale
Élection Sièges Voix
Candidats /
Circonscriptions
en élection
Sièges
obtenus
Nombre Pourcentage
Avril 2003 25 / 125 0 3 226 0,08 %
Mars 2007 12 / 125 0 1 548 0,04 %
Décembre 2008 - - - -
Septembre 2012 12 / 125 - 1 227 0,03 %

Chefs[modifier | modifier le code]

Liste des chefs du Parti unité nationale
Chef Mandat
Gilles Noël 2002-2005[5]
2006-2008
Malcolm Tremblay 2008 - 2010
Michel Bélanger 2010[travail inédit ?]
Paul Biron 2010 - ...

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Membership des partis politiques en 2011 », sur quebecpolitique.com,‎ 19 juin 2012 (consulté le 30 août 2012).
  2. QuébecPolitique.com
  3. http://partiunitenationale.org/programme2012.html
  4. http://partiunitenationale.org/
  5. Michel Bélanger a assuré l'intérim entre les deux mandats de Gilles Noël.