Parti socialiste (Argentine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti socialiste.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Parti socialiste argentin.
Parti socialiste
Partido Socialista
Image illustrative de l'article Parti socialiste (Argentine)
Logo officiel
Présentation
Président Rubén Giustiniani
Fondation 28 juin 1896
Siège Buenos Aires, Argentine
Idéologie Socialisme démocratique, social-démocratie
Affiliation internationale Internationale socialiste, COPPPAL
Couleurs Rouge et blanc
Site web www.partidosocialista.org.ar/

Le Parti socialiste (Partido Socialista) est un parti politique argentin de tendance social-démocrate, membre de l’Internationale socialiste et de la COPPPAL. Parti mineur, il fait aujourd'hui parti de l'Accord civique et social, une coalition électorale formée pour les élections générales de 2009 avec l'Union civique radicale (UCR) et la Coalition civique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il fut fondé lors du congrès des 28 et 29 juin 1896 à Buenos Aires par Juan B. Justo.

Le PS faisait partie de l'opposition lors du premier gouvernement de Juan Perón, critiquant ses aspects autoritaires, bien qu'Alicia Moreau de Justo, figure historique du féminisme argentin et femme de Juan Justo, salua l'octroi du droit de vote aux femmes par le régime péroniste. Après le coup d'État de 1956, qui déposa le général Perón, le PS se divisa en deux tendances, l'une, représentée par Américo Ghioldi, appuyant les militaires, tandis que l'autre, représentée par Alfredo Palacios et Alicia Moreau de Justo, se montrait plus critique et davantage proche de l'opposition péroniste. Alicia Moreau de Justo fut néanmoins nommée par le parti en tant que représentante de celui-ci dans la junte consultative nationale créée par la dictature.

Ces tensions conduisirent à une scission en 1958, la tendance la plus à gauche, représentée par les dirigeants historiques Alfredo Palacios et Alicia Moreau de Justo, rejoignant le Parti socialiste argentin, tandis que les autres (dont Ghioldi) fondaient le Parti socialiste démocratique.

Le PS aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Le dirigeant du PS, Rubén Giustiniani, a été le colistier d'Elisa Carrió (Coalition civique) lors de l'élection présidentielle de 2007, arrivant deuxième derrière Cristina Kirchner qui fut élue au premier tour.

Membre de l'Accord civique et social, qui s'oppose au gouvernement péroniste de Cristina Kirchner, le PS s'est cependant séparé de ses alliés en octobre 2009, lors du vote de la loi n°26 522 sur les médias qui abroge la loi de 1980, en votant pour (à une exception près) tandis que l'UCR et la Coalition civique s'y opposaient. Il vota aussi le projet de nationalisation des fonds de pension, contrairement à l'UCR et à la Coalition civique. Bien qu'allié à la Coalition civique d'Elisa Carrió, certains secteurs du parti considèrent que celle-ci est à droite (dont Eduardo García, le dirigeant de la section de Córdoba [1]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]