Parti social-démocrate (Estonie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti social-démocrate.
Parti social-démocrate
Sotsiaaldemokraatlik Erakond
Image illustrative de l'article Parti social-démocrate (Estonie)
Logo officiel
Présentation
Président Sven Mikser
Fondation 8 septembre 1990
Siège Ahtri 10a
Tallinn 10151
Drapeau de l'Estonie Estonie
Groupe au Parlement européen Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen
Riigikogu
19 / 101
Parlement européen
1 / 6
Idéologie Social-démocratie
Troisième voie
Affiliation européenne Parti socialiste européen
Affiliation internationale Internationale socialiste
Couleurs Rouge
Site web www.sotsdem.ee

Le Parti social-démocrate (Sotsiaaldemokraatik Erakond - SDE) est un parti politique d'idéologie social-démocrate dirigé par Sven Mikser.

Il appartient au Parti socialiste européen (PSE/PES) depuis 2003 et à l'Internationale socialiste depuis novembre 1990.

Histoire[modifier | modifier le code]

La social-démocratie en Estonie de 1917 à 1940[modifier | modifier le code]

La social-démocratie est apparue en Estonie au début du XXe siècle. Elle a été influencée par les idées venues d'Europe occidentale ou de Russie. Son influence s'est répandue en 1905. Les sociaux-démocrates ont formé leur parti en 1917. Au départ, son nom était « Association social-démocrate estonienne ». D'inspiration patriotique, ils se battaient pour l'indépendance de l'Estonie et pour la justice sociale. Le nom du mouvement devint « Parti social-démocrate estonien des travailleurs » et ils remportèrent les élections (1/3 des votes et 41 sièges sur 120). Ils rédigèrent la première constitution estonienne et résolurent le problème rural d'une manière démocratique.

Le nom du parti changea à nouveau : il devint le « Parti socialiste estonien des travailleurs » en 1925, à la suite de la fusion avec le Parti socialiste estonien indépendant des travailleurs. Il occupa le pouvoir de 1924 à 1925, puis de 1928 à 1929. Ils remportèrent les élections de 1926 (24 %) et 1929 (25 %). Constituant l'un des plus grands partis d'Estonie, ils avaient des contacts avec d'autres sociaux-démocrates d'Europe et appartenaient à l'Internationale socialiste. Ils instituèrent une loi d'autonomie culturelle et donnèrent sa chance à la promotion de la vie culturelle et éducative.

Le parti fut dissous en 1935, lorsque prit fin l'ère démocratique en Estonie. Après le début de l'occupation soviétique, les dirigeants s'échapèrent vers le monde libre et continuèrent leur travail en exil, en Suède, à Stockholm.

De 1989 à nos jours[modifier | modifier le code]

Profitant des nouvelles libertés politiques accordées par la Pérestroïka, le Parti social-démocrate estonien (Eesti Sotsiaaldemokraatlik Partei, ESDP) issue de différents mouvements social-démocrates se crée en 1990. Ce parti voit le jour par la fusion du Parti du travail démocratique estonien de Vello Saatpalu, du Parti de l'Indépendance social-démocrate estonien de Marju Lauristin, du Parti social-démocrate russe en Estonie de Jossiv Jurovski et de l'Association des étrangers du Parti socialiste estonien (successeur du Parti des travailleurs socialistes estoniens en exil). Marju Lauristin fut le premier chef de l'ESDP.

En novembre de la même année, il rétablit ses relations avec l'Internationale socialiste (IS). L'ESDP change de nom pour devenir « Les Modérés » (Mõõdukad) et obtient 12 sièges lors des élections législatives de 1992. Les Modérés participent au gouvernement de 1992 à 1995.

Il s'allie ensuite avec le Parti populaire pour les législatives de 1999, et participe à la coalition gouvernementale avec l'Union Pro Patria (IL) et le Parti de la réforme (ER). Il prend alors le nom de Parti populaire des modérés (Rahvaerakond Mõõdukad).

Le 7 février 2004, le RM se transforme en Parti social-démocrate (SDE).

Il remporte les premières élections au Parlement européen avec 36 % des voix 3 sièges sur 6. Aux législatives du 4 mars 2007, le parti obtient 10 sièges sur 101, et rejoint la coalition formée par le Parti de la réforme (ER) et l'Union Pro Patria et Res Publica (IRL). Il alors dispose de trois ministres sur douze dans le second cabinet d'Andrus Ansip.

Finalement, les sociaux-démocrates quittent la coalition de centre-droit le 21 mai 2009. Quelques jours plus tard, il subit un important revers aux élections européennes avec 8 % des voix et 1 seul député européen, Ivari Padar. En 2010, l'ancien centriste Sven Mikser remplace Jüri Pihl à la présidence du parti.

Valeurs[modifier | modifier le code]

Le SDE défend le modèle d'une économie sociale de marché.

Ses valeurs sont le travail, l'égalité, la justice sociale, la solidarité et la défense de l'État-providence.

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives estoniennes de 2011[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives estoniennes de 2011, le Parti social-démocrate obtient 17,1 % des suffrages. Il est avec 19 sièges au Riigikogu la quatrième force politique du pays.

Résultats du Parti social-démocrate aux élections législatives estoniennes de 2011[1]
Circonscription Nombre de voix Score en %
Première circonscription 7 210 13,7 %
Deuxième circonscription 7 870 11,1 %
Troisième circonscription 7 648 15,1 %
Quatrième circonscription 11 759 13,5 %
Cinquième circonscription 8 187 24,1 %
Sixième circonscription 7 050 24,8 %
Septième circonscription 4 650 12,4 %
Huitième circonscription 11 219 27,4 %
Neuvième circonscription 7 092 17,6 %
Dixième circonscription 8 593 18,7 %
Onzième circonscription 11 988 25,8 %
Douzième circonscription 5 041 12,5 %
Total 98 307 17,1 %

Représentation au Riigikogu[modifier | modifier le code]

  • 1992 : 12 députés sur 101
  • 1995 : 6 sur 101
  • 1999 : 17 sur 101
  • 2003 : 6 sur 101
  • 2007 : 10 sur 101

Participation à la coalition gouvernementale[modifier | modifier le code]

Membres du Riigikogu[modifier | modifier le code]

Député européen[modifier | modifier le code]

Ivari Padar

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (et) « Valimistulemus », Commission électorale de l'Estonie, 8 mars 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]