Parti rural de Finlande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parti rural de Finlande
finnois : Suomen Maaseudun Puolue
autre nom finnois : Suomen Pientalonpoikien Puolue
Présentation
Chef Veikko Vennamo
Fondation 9 février 1959
Idéologie populisme,
conservatisme,
social-démocratie,
euroscepticisme
souverainisme

Le Parti rural finlandais (finnois : Suomen maaseudun puolue, généralement nommé SMP) était un parti politique finlandais populiste qui exista de 1959 à 1995. En 1995 il devient le "Parti des vrais Finlandais"[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fondateur du Parti rural de Finlande était Veikko Vennamo, leader d'un courant de la Ligue agraire (qui sera renommée Parti du Centre en 1965). Les relations entre Veikko Vennamo et l'homme fort de la Ligue agraire Urho Kekkonen étaient très froides. Quand Kekkonen est élu Président de la République de Finlande en 1956 Vennamo décide de fonder un nouveau parti ce qu'il fera en 1959 en créant le Parti rural de Finlande.

Le parti rural est à ses débuts un mouvement protestataire des personnes sans emploi et des petits fermiers réinstallés après la spoliation de leurs terres par l'URSS à la fin de la Seconde Guerre mondiale[2]. La source principale d'adhésion vient des vétérans de guerre et évacués de Carélie réinstallés pa l'éta dans des petites fermes indépendantes. La force principale du parti est Veikko Vennamo, qui est charismatique, bon orateur et un négociateur compétent. A son apogée le Parti rural gagne 18 sièges au parlement finlandais (sur les 200 sièges) et à plusieurs reprises arrive à obtenir un siège ministériel. Le fils de Veikko, Pekka Vennamo, devient le chef du parti quand son père prend sa retraite dans les années 1980. Pekka n'a ni le charisme ni les capacités oratoires de son père. Les autres parti en profite pour attribuer au parti des sièges ministériels. Ainsi ce mouvement protestataire, sans leader charismatique et entrainé dans des coalitions impopulaires perdra progressivement son électorat.

Les mutations de l'agriculture s'avèrent difficiles pour les petits fermiers qui vendent leur ferme et s'installent en ville. Le Parti social-démocrate de Finlande est perçu comme étant une alternative plus crédible pour les chômeurs. Finalement le déclin du Parti rural pousse Pekka Vennamo à abandonner la politique. Certains cadres du parti rejoignent le Parti du Centre ou se retirent de la vie politique comme Pekka Vennamo. Le dernier président du parti Raimo Vistbacka, élu en 1995, sera l'un des fondateurs des Perussuomalaiset et devient membre politique et président de ce parti. Le dernier secrétaire du Parti rural Timo Soini devient le premier secrétaire du Parti Perus suomalaiset. Avec le succès électoral des Perussuomalaiset aux élections législatives finlandaises de 2011, trois anciens cadres politiques du parti rural (Anssi Joutsenlahti, Lea Mäkipää, Pentti Kettunen) retournent au parlement sous l'étiquette des Vrais Finlandais.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives
Année Représentants Voix
1962 0 49 773 2,16 %
1966 1 24 351 1,03 %
1970 18 265 939 10,49 %
1972 18 236 206 9,16 %
1975 2 98 815 3,59 %
1979 7 132 457 4,58 %
1983 17 288 711 9,69 %
1987 9 181 938 6,32 %
1991 7 132 133 4,85 %
1995 1 36 185 1,30 %
  Élections municipales
Année Conseillers Voix
1960 359 52 524 2,68 %
1964 30 683 1,43 %
1968 910 165 139 7,29 %
1972 646 125 061 5,00 %
1976 245 56 091 2,09 %
1980 348 83 265 3,04 %
1984 639 142 474 5,28 %
1988 453 95 258 3,62 %
1992 354 64 880 2,44 %
Élections présidentielles
Par un collège électoral
Année Candidat Collège électoral Voix
1968 Veikko Vennamo 33 231 282 11,35 %
1978 Veikko Vennamo 10 114 488 4,68 %
1982 Veikko Vennamo 1 71 947 2,3 %
1988 Mauno Koivisto 7 120 043 4,02 %
au suffrage universel
1994 Sulo Aittoniemi premier tour  30 622 second tour 1,0 %

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Corinne Deloy, « Elections législatives en Finlande du 17 avril 2011 », Fondation Robert Schuman (consulté le 1 mai 2012)
  2. (en) Anders Widfeldt, A fourth phase of the extreme right? Nordic immigration-critical parties in a comparative context”, NORDEUROPAforum (2010:1/2),‎ 2010 (lire en ligne), p. 7-31