Parti pour la démocratie (Chili)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parti pour la démocratie
Partido por la Democracia
Image illustrative de l'article Parti pour la démocratie (Chili)
Logo officiel
Présentation
Président Jaime Quintana
Fondation 15 décembre 1987
Siège Santiago du Chili
Coalition Concertation des partis pour la démocratie
Sénat du Chili
6 / 38
Chambre des députés du Chili
15 / 120
Idéologie Progressisme
Social-démocratie
Social-libéralisme
Catholicisme social
Affiliation internationale Internationale socialiste
Conférence permanente des partis politiques d'Amérique latine et des Caraïbes
Couleurs Bleu, jaune et rouge
Site web www.ppd.cl/

Le Partido por la democracia (Parti pour la démocratie, PPD) est un parti politique chilien d'orientation sociale-libérale fondé par Ricardo Lagos en 1987. Il est aujourd'hui présidé par Pepe Auth, élu député en décembre 2009.

Le PPD est membre de l'Internationale socialiste et de la COPPPAL.

Oscillant aux alentours de 12 % des voix, le PPD est un parti relativement stable, un parti pivot au sein de la Concertation des partis pour la démocratie qui a joué un rôle déterminant dans l'alliance politique liant le parti démocrate-chrétien du Chili au parti socialiste du Chili dont il est issu.

Le PPD est représenté au parlement par 21 députés et 3 sénateurs depuis les élections générales de 2005. Il dirige également 35 villes et communes (sur 345) depuis les élections d'octobre 2008.

Historique[modifier | modifier le code]

Politique au Chili
Image illustrative de l'article Parti pour la démocratie (Chili)

Le PPD fut fondé en décembre 1987 à la veille du référendum chilien de 1988 par lequel le général Pinochet comptait prolonger de 8 années supplémentaires son mandat présidentiel.

Contrairement au parti démocrate-chrétien du Chili, toléré par la dictature militaire chilienne depuis le début des années 1980, les partis de gauche liés au marxisme et au socialisme n'avaient jamais été légalisés. Des socialistes modérés, dont Ricardo Lagos, décident alors de fonder, en vue du plébiscite, un parti qui serait une vitrine légale de la faction modérée du parti socialiste chilien. Il devient alors avec le PDC l'un des deux partis légaux d'opposition au régime militaire et à la prorogation du mandat présidentiel d'Augusto Pinochet.

La légalisation de l'ensemble des partis politiques par la junte puis le retour à la démocratie ne mettent pourtant pas fin à l'existence du PPD qui enregistre alors de bons scores électoraux. Lagos décide de continuer avec cette expérimentation institutionnelle bien que se maintienne une double appartenance politique entre le PS et le PPD. À partir de 1997, la double appartenance n’est cependant plus permise et les liens organiques avec le PS sont rompus[1] .

En 2005, il a soutenu la candidature de la socialiste Michelle Bachelet qui se présentait au titre de la Concertation des partis pour la démocratie et a été élue présidente de la République. Aux élections législatives de la même année, le PPD a obtenu 15,44 % des voix, faisant ainsi élire 22 députés et 3 sénateurs.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le PPD est un parti dont l'électorat est l'un des plus jeunes du Chili au côté de celui de l'Union démocrate indépendante. En 1987, l’âge moyen des militants est de 26 ans. Son image contraste avec celle du reste de la gauche politique marquée par les années 1960 et 1970. Son iconographie diffère et son programme n'évoque aucune nostalgie, même pas celui des luttes sociales. Lors de la campagne référendaire de 1988, le PPD met l'accent sur ses affiches de campagne sur la jeunesse, présentant des couples qui s'embrassent ou des adolescents montrant leur majeur avec espièglerie sous un No.

Par la suite, l'iconographie du PPD évolue peu mais en appelle à Superman, Batman et Robin dans l'une de ses publicités promotionnelles.

Le PDD rend hommage à Salvador Allende, mais il est idéologiquement proche d'Anthony Giddens et de Tony Blair.

Le parti affiche une idéologie sociétalement libérale, en faveur du mariage gay et du divorce. Il défend également la laïcité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Ostiguy, La transformation de système des partis politiques chiliens, Politique et société, vol.24, p109-146

Lien externe[modifier | modifier le code]