Parti libéral de l'Alberta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

53° 32′ 40″ N 113° 32′ 08″ O / 53.5445, -113.5356

Parti libéral de l'Alberta
Image illustrative de l'article Parti libéral de l'Alberta
Logo officiel
Présentation
Chef Raj Sherman
Fondation 1905
Siège 10247 - 124 Street NW
Edmonton (Alberta)
T5N 1P8
Niveau provincial
Président Todd Van Vilet
Personnalités marquantes Alexander Cameron Rutherford, Arthur Lewis Sifton
Assemblée législative de l'Alberta
5 / 87
Idéologie Libéralisme
Couleurs Rouge
Site web www.albertaliberal.com

Le Parti libéral de l'Alberta est un parti politique dans la province canadienne d'Alberta.

Bien que les membres du parti appuient souvent également le Parti libéral du Canada au niveau fédéral, les deux partis ne sont plus officiellement affiliés depuis 1976.

Origines[modifier | modifier le code]

Les libéraux ont formé le gouvernement albertain durant les quinze premières années d'existence de la province. Alexander C. Rutherford (1905-1910), Arthur L. Sifton (1910-1917) et Charles Stewart (1917-1921) ont été les dirigeants successifs jusqu'à l'élection de 1921, quand les United Farmers of Alberta ont pris le pouvoir.

Depuis 1921[modifier | modifier le code]

Actuellement, le parti forme l'opposition officielle à l'assemblée législative de l'Alberta, mais le parti a eu beaucoup de difficultés à s'imposer durant les huit décennies qui ont suivi leur perte de pouvoir. Leur meilleur résultat depuis 1921 sera 32 sièges dans l'élection de 1993, mais entre 1971 et 1986, les libéraux seront complètement exclus de l'Assemblée législative, avec moins de 6 % du vote populaire.

On considère que la popularité des libéraux en Alberta a été particulièrement handicapé par le gouvernement fédéral du Parti libéral du Canada sous Pierre Elliott Trudeau, de 1968 à 1984. Les politiques de Trudeau telles que le bilinguisme officiel et le Programme énergétique national, étaient très impopulaires dans l'Ouest canadien et particulièrement en Alberta. Durant cette période, le Parti libéral provincial a souffert de ses liens avec son homologue fédéral. Toutefois, le parti provincial faisait face à ses propres problèmes internes, ce qui explique mieux pourquoi il n'a jamais réussi à s'approcher du niveau d'appui dont jouissait le parti fédéral durant cette période.

La situation des libéraux s'améliore dans les années 1980 et ils reviennent à l'Assemblée législative lors de l'élection de 1986 ; sous la direction de Nicholas Taylor, ils remportent 4 sièges et obtiennent 12 % du vote populaire. Suite à un vote de confiance en 1987, une élection à la direction du parti est organisée en 1988. Taylor, Grant Mitchell et Laurence Decore sont candidats ; Decore est élu chef du parti au premier tour de scrutin.

Les années 1990[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection générale albertaine de 1993|élection générale de 1993, les libéraux, dirigés alors par l'ex-maire d'Edmonton Laurence Decore, obtiennent leur meilleur succès depuis leur perte de pouvoir, en grande partie grâce au votes de la capitale provinciale. Ils remportent 32 sièges avec 39 % des voix. Ce faisant, ils forment l'opposition officielle au gouvernement progressiste-conservateur de Ralph Klein, délogeant le Nouveau Parti démocratique qui devient le troisième parti à l'Assemblée législative.

En 1994, Laurence Decore démissionne en tant que chef du parti. Quatre députés se portent candidat à sa succession : Grant Mitchell, Adam Germain, Sine Chadi et Gary Dickson. Après le dépouillement du scrutin, Mitchell est élu chef du parti.

Le parti conserve sa position d'opposition officielle, mais perd dix sièges aux élections de 1997. Avec maintenant 18 sièges aux Législatives, Mitchell démissionne et une nouvelle course à l'investiture est lancée.

La course au leadership de 1988 oppose encore 4 candidats :

MacBeth est élue au premier tour de scrutin.

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Aux élections de 2001, la campagne électorale de MacBeth se conclut avec uniquement 7 sièges à l'Assemblée législative. MacBeth perd même son propre siège.

Quelques jours après, elle démissionne et Ken Nicol la remplace jusqu'en 2004, lorsqu'il fait le saut en politique fédérale et se présente dans la circonscription de Lethbridge pour le Parti libéral du Canada. Don Massey sert brièvement de chef par intérim jusqu'à la prochaine course au leadership.

Le 27 mars 2004, Kevin Taft est choisi comme chef du Parti libéral de l'Alberta. Lors de l'élection générale de 2004, ils ont doublé leur présence à l'Assemblée législative en obtenant 16 sièges et 29 % du vote populaire. Plus important, à la grande surprise de la plupart des analystes, les libéraux réussissent à prendre 3 sièges dans la ville traditionnellement conservatrice de Calgary.

Chefs du parti[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]