Parti el-Ghad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hizb al-Ghad (arabe: حزب الغد Hizb al-Ghad) « Parti de demain » en égyptien), fondé officiellement en octobre 2004, est un parti politique égyptien reconnu légalement au bout d'une longue bataille au cours de laquelle son dossier a été rejeté trois fois par les autorités. Il est de nature centriste, libéral et non-religieux. Le parti, dirigé par ʼAyman ʼabd al-ʼAzīz Nūr (ou Ayman Nour, en arabe :أيمن عبد العزيز نور), demande une ouverture politique plus grande de la part du pouvoir, ainsi qu'une rotation pacifique du pouvoir.

Le parti possède des députés à l'assemblée, mais n'en possède aucun au Conseil de la Shūra (شورَى).

Le jeune avocat, ʼAyman Nūr, défenseur des droits de l'homme, a été élu président du parti après le premier congrès du mouvement en 2004. Le parti a été fondé par d'ancien membre du Néo-Wafd. Le parti milite pour la démocratisation de l'Égypte, et l'application des droits de l'homme dans le pays. Nour s'est servi du parti comme tribune pour demander des réformes constitutionnelles, limité les pouvoirs du président de la république et la mise en place d'élection multipartite démocratique. Ayman est arrivé deuxième de l’élection présidentielle de 2005, avec environ 13 % des voix, selon les observateurs indépendants (pourtant empêchés d'exercer leur droit de regard), mais 7,6 % selon le Ministère de l'Intérieur égyptien et la CIA (The World Factbook — Egypt).

Neuf mois avant l’élection présidentielle, ʼAyman Nūr a été privé de son immunité parlementaire, puis arrêté et condamné à cinq ans de prison, malgré un état de santé défaillant et la protestation (modérée, mais de poids) du porte-parole de la Maison Blanche. Il doit sa libération temporaire sous caution, après 42 jours d'incarcération, à la grève de la faim qu'il avait entamée, malgré son diabète (nécessitant des injections d'insuline régulières), à l'acharnement de ses avocats et à une pétition lancée par la Commissaire européenne Emma Bonino. Il a été condamné à 5 ans de prison le 24 décembre 2005 et réincarcéré.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Kifāya, mouvement laïc d'opposition

Liens externes[modifier | modifier le code]