Parti de l'unité communiste-ouvrière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parti de l'unité communiste-ouvrière
Présentation
Secrétaire général Ali Javadi
Fondation 2007
Idéologie Communisme-ouvrier
Couleurs rouge
Site web www.wupiran.org/ENsite/home.html

Le Parti de l'Unité communiste-ouvrière (farsi : حزب اتحاد کمونیسم کارگری در, anglais: Worker-communism Unity Party) est un parti politique iranien, fondé en 2007 par Azar Majedi, Ali Javadi, Homa Arjomand et Siavash Daneshvar. Il se réclame du communisme-ouvrier et de la pensée du théoricien marxiste Mansoor Hekmat. Il a d'abord existé sous la forme d'une fraction au sein du Parti communiste-ouvrier d'Iran, avant de s'en séparer.

Le Parti de l'Unité communiste-ouvrière est présent à la fois dans la diaspora iranienne (Canada, Grande-Bretagne, Suède) et en Iran, à Téhéran[1] et Sanandaj[2], sous une forme clandestine. Il appelle au renversement de la République islamique d'Iran et à la création d'un république socialiste. Il s'oppose à la fois aux sanctions économiques contre l'Iran, en raison de leurs conséquences pour la population[3], aux menaces de guerre avec les États-Unis[3], aux courants nationalistes qui accordent leur soutien à la République islamique en cas de guerre[4] et aux mouvements séparatistes (« nationalismes tribaux »), qu'il accuse d'être devenus des instruments de la politique américaine[4]. De même, il accuse l'Organisation des moudjahiddines du peuple iranien d'être l'équivalent des Contras Nicaraguayens ou de l'Unita Angolaise[4].

Dans la diaspora, sa politique se caractérise par l'accent mis sur la lutte contre l'islam politique. Homa Arjomand, membre du comité central[5], est surtout connue pour sa lutte contre la mise en place de tribunaux islamiques jugeant selon la charia au Canada[6], ce qui lui a notamment valu d'être consacrée femme de l'année 2006 par le journal québécois La Gazette des Femmes[7]. Azar Majedi, également membre du comité central[5], est présidente de l'Organisation pour la Libération des femmes (Azadizan)[8].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]