Parti communiste d'Allemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti communiste et KPD.
Kommunistische Partei Deutschlands
Image illustrative de l'article Parti communiste d'Allemagne
Logo officiel
Présentation
Fondation 1er janvier 1919
Disparition 17 août 1956
Idéologie Communisme, marxisme, luxemburgisme ; plus tard marxisme-léninisme
Affiliation internationale Troisième Internationale
Adhérents 252 000 (1932)
Couleurs Rouge

Le Kommunistische Partei Deutschlands (KPD) était le Parti communiste d'Allemagne fondé en décembre 1918 autour de la ligue spartakiste, avec Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht.

Naissance du parti et Révolution allemande de novembre 1918[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolution allemande de 1918-1919.

Le 30 décembre 1918, la Ligue spartakiste crée, avec quelques autres groupes moins importants, le Parti communiste d'Allemagne. Pour marquer la continuité, le nom complet adopté est Kommunistische Partei Deutschlands (Spartakus Bund) - Parti communiste d'Allemagne (Ligue spartakiste).

La répression des révoltes de janvier et mars 1919 entraîne l'assassinat de nombreux militants et des principaux dirigeants du parti : Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht sont assassinés le 15 janvier 1919, et Leo Jogiches le 10 mars 1919. Paul Levi prend alors la tête du KPD.

À l'initiative de Paul Levi, les conseillistes sont exclus du KPD après l'été 1919, afin de permettre la fusion du KPD et de la gauche du Parti social-démocrate indépendant d'Allemagne (USPD), qui connaît un afflux massif et une profonde radicalisation. Ceux-ci forment alors le Parti communiste ouvrier d'Allemagne (KAPD) (environ 50 000 militants), tandis que le KPD absorbe la majorité de l'USPD en atteignant jusqu'à 350 000 membres. Le KPD prend alors le nom de Parti communiste unifié d'Allemagne (Vereinigte Kommunistische Partei Deutschlands, ou VKPD) qu'il conservera jusqu'en 1922.

L'organisation de jeunesse du parti est à partir de 1925 la Ligue des jeunes communistes d'Allemagne.

Membres remarqués : Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht, Eugen Leviné, Leo Jogiches, Paul Levi, Käte Duncker, Herman Gorter, Karl Korsch, Ruth Fischer, Arkadi Maslow, Paul Frolich, Franz Mehring, Hugo Eberlein, Franz Pfemfert, Heinrich Brandler, August Thalheimer, Wilhelm Pieck...

Partis avec lesquels certains accords politiques ont été possibles et provisoires :

Le KPD sous la République de Weimar (1919-1933)[modifier | modifier le code]

La bolchévisation du parti[modifier | modifier le code]

La prise en main du KPD par les bolcheviks entraîne plusieurs séries d'exclusions/scissions :

  • celle du KAPD en 1919 avec Herman Gorter, les exclus critiquant l'autoritarisme de Lénine et le parlementarisme.
  • celle de Paul Levi en 1921, exclu sur décision de la direction de l'Internationale (Levi défendait une révolution menée par le prolétariat, le nouvelle direction du KPD et celle de l'Internationale voulant une révolution menée par un parti). Le KPD passa alors sous le contrôle direct de Moscou[1].
  • celle du groupe Linke Kommunisten, avec Karl Korsch, en 1926.
  • celle du KPD-O en 1928, avec Paul Frolich, August Thalheimer et Heinrich Brandler, les exclus refusant le soutien à l'URSS, et de façon plus large le stalinisme.

En 1929, le KPD est ainsi devenu un parti totalement sous domination du PCUS, et défend une politique stalinienne extrêmement différente, voire tout à fait contradictoire avec la politique luxemburgiste des fondateurs.

La lutte contre la social-démocratie et le nazisme[modifier | modifier le code]

Karl-Liebknecht-Haus en 1930, elle fut le siège du KPD de 1926 à 1933.
Camion du KPD à Essen, lors de la campagne d'Ernst Thälmann pour l'élection présidentielle de 1925.

Au sixième congrès de l'Internationale communiste à Moscou en septembre 1928, Staline décide de donner priorité à la lutte contre la social-démocratie. Les communistes allemands doivent suivre. Selon l'historien du socialisme Jacques Droz, ils « considèrent les sociaux-démocrates comme leur principal ennemi, et vont même jusqu’à leur préférer les nazis, dont les excès pensent-ils, provoqueront la guerre civile puis la dictature du prolétariat. (..) Dans ces conditions, il est évident que la collaboration entre les deux partis de gauche, qui aurait été indispensable pour résister à la terreur nazie, ne peut s’organiser. En novembre 1931, la Rote Fahne, l’organe communiste, ose écrire : « le fascisme de Brüning n’est pas meilleur que celui de Hitler… C’est contre la social-démocratie que nous menons le combat principal[2]. » »

En décembre 1931, le KPD refuse de participer au Front de fer républicain contre le Front de Hazburg (nationaliste)[3].

En 1931-1932, le KPD et le parti nazi NSDAP mènent des actions parallèles et parfois concertées afin de renverser la République de Weimar : le référendum contre le gouvernement social-démocrate de Prusse en août 1931, la motion de censure contre le gouvernement social-démocrate de Prusse en mars 1932, la motion provoquant la dissolution du Parlement allemand de juillet 1932, la grève commune des transports de Berlin en novembre 1932.

Les historiens soulignent également une attitude ambivalente à la base du parti. D'un côté, des combats de rue sans concession entre militants nazis et militants communistes. En 1931, on relève ainsi la mort de 103 militants communistes et de 79 militants nazis[4]. De l'autre, une partie de la base prolétarienne oscille entre le parti communiste et le parti nazi[5]. Le parti communiste tente à plusieurs reprises de séduire la gauche nazie[6] et en particulier les SA[7]. Le cas le plus célèbre est celui de Richard Scheringer, héros nazi, converti au communisme et futur dirigeant communiste ouest-allemand après 1945[8].

Au total, et malgré le martyre que subira le parti sous le Troisième Reich, certains historiens ont jugé très sévèrement la stratégie du Parti communiste allemand face au nazisme (précédés en cela par des contemporains[9]). L'historien du socialisme Jacques Droz écrit ainsi : « De cette évolution qui aboutissait à l’effondrement des deux grands partis de la gauche allemande, c’est incontestablement le Parti communiste qui porte la plus lourde responsabilité. En dénonçant la social-démocratie, et non le nazisme, comme l’ennemi à abattre, il avait certes contribué à assouvir les haines personnelles de Staline, mais il avait fait preuve d’une servilité et d’une cécité dont l’histoire doit lui demander compte[10]. »

Répression nazie et résistance (1933-1945)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Résistance allemande au nazisme.

Le 3 mars 1933, Ernst Thälmann, secrétaire général du KPD, est arrêté. Après un long séjour à la prison d'État de Bautzen, il est transféré au camp de concentration de Buchenwald le 17 août 1944. Il y est exécuté le lendemain sur ordre d'Adolf Hitler et sa dépouille est laissée aux chiens du camp.

Les communistes allemands (membres ou non du KPD) sont massivement internés dès 1933 et l'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler, dans des camps de concentration comme Dachau. Une activité clandestine sera maintenue dans certains camps (notamment Buchenwald), organisant la solidarité, et une résistance extrêmement difficile et dangereuse.

Pour la seule année 1935, 15 000 résistants du KPD furent arrêtés en Allemagne[11].

Cependant, certains dirigeants ayant fui à temps organisent un KPD en exil. Ce sont des membres du comité central de ce parti qui, à l'instigation de Moscou, créèrent le 12 juillet 1943 à Krasnogorsk (à proximité de la capitale soviétique), dans le camp modèle no 27, le « Comité national de l'Allemagne libre » (Nationalkomitee Freies Deutschland - NKFD) dont les membres les plus influents, Wilhelm Pieck et Walter Ulbricht, furent à l'origine de la création de la République démocratique allemande. Ce comité était présidé par le poète Erich Weinert.

D'autres courants communistes participent aussi activement à la résistance allemande au nazisme de 1933 à 1945.

Le KPD après 1945[modifier | modifier le code]

À la suite de la division de l'Allemagne, le parti se trouve divisé de fait.

  • Dans la zone d'occupation soviétique, sur instruction de l'URSS, le KPD fusionne en 1946 avec les cadres locaux du SPD pour former le Parti socialiste unifié d'Allemagne (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, SED). Ce parti est placé à la tête d'une coalition du nom de « Bloc antifasciste », regroupant les seuls partis autorisés par les occupants soviétiques. Le SED est par la suite au pouvoir en RDA. Le Bloc antifasciste est rebaptisé Front national de la République démocratique allemande et regroupe les partis autorisés en Allemagne de l'Est, le SED exerçant un rôle dirigeant.
    À partir de 1989, lors de l'instauration du pluripartisme, le SED se transforme en PDS, parti de la gauche communiste de tendance réformatrice. Les communistes « orthodoxes » reconstituant pour leur part le KPD en 1990 (Parti communiste d'Allemagne), auquel adhéra notamment l'ancien dirigeant de la RDA, Erich Honecker.
  • En RFA, le KPD continue d'exister en tant qu'organisation séparée du SPD qui, en l'absence d'une pression soviétique, a refusé la fusion. Le KPD de l'ouest existe jusqu'en 1956, date à laquelle le Tribunal constitutionnel fédéral ordonne sa dissolution en tant qu'organisation inconstitutionnelle.
    En 1968, l’interdiction est levée et le Parti communiste allemand (Deutsche Kommunistische Partei, DKP) prend la succession du KPD, mais demeure une force politique négligeable. Des militants poursuivent une activité clandestine, mais à partir de 1970 les restes du KPD de RFA se divisent en de nombreuses scissions et deviennent largement insignifiants. En 2009, certains petits groupes se revendiquent comme étant héritiers du KPD.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Droz, Le Socialisme démocratique 1864-1960, Armand Colin, 1968, page 204.
  2. Jacques Droz, Le Socialisme démocratique 1864-1960, Armand Colin, 1968, p. 209.
  3. Jacques Droz, p. 211.
  4. Thierry Wolton, Rouge-Brun, le mal du siècle, JC Lattès, 1999, page 102.
  5. Thierry Wolton écrit : « À cette époque, s’opère une sorte de symbiose entre les communistes et les nazis avec des allers-retours significatifs entre les deux partis. » (Rouge-Brun, le mal du siècle, JC Lattès, 1999, page 99) Voir aussi l'historien américain Timothy S. Brown sur les SA et sur le cas Scheringer.
  6. Thierry Wolton écrit : « Durant l’hiver 1930-1931, une majorité des 5 000 membres d’une organisation nazie de gauche entre au KPD » (Wolton, Rouge-Brun, page 99). Des partisans d'Otto Strasser ou du chef SA Stennes.
  7. Par exemple, la « Lettre ouverte aux électeurs ouvriers du NSDAP » (Die Rote Fahne du 1er novembre 1932) dans laquelle Walter Ulbricht (futur dirigeant de la RDA) écrit : « Les membres prolétariens du NSDAP sont entrés dans les rangs du front uni du prolétariat. » (Wolton, Rouge-Brun, page 101)
  8. Timothy S. Brown, étude sur le cas Scheringer. Il cite aussi des exemples de faux journaux SA édités en fait par le KPD, de cas de recruteurs communistes habillés en SA, d'une section des troupes de KPD habillée en SA, etc.
  9. Boris Souvarine écrivait en décembre 1931 : « La défaite du faux communisme est acquise avant tout combat. Un parti asservi n’a jamais fait de révolution. Mais, en particulier, ce parti qui a renié l’enseignement de ses fondateurs, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, qui s’est fait l’instrument docile de la bureaucratie soviétique, qui a […] favorisé l’élection de Hindenburg […], qui récemment encore soutenait l’initiative de plébiscite des nationaux-socialistes […], incapable de réaliser avec l’ensemble de la classe ouvrière une action commune contre le danger nazi, il ne saura que laisser son élite se sacrifier trop tard » (La Critique sociale no 4, page 147)
  10. Jacques Droz, Le Socialisme démocratique 1864-1960, Armand Colin, 1968, page 211.
  11. Alfred Wahl, L'Allemagne de 1918 à 1945, Armand Colin, 1999, p. 141.

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kurt Flechtheim, Le Parti communiste allemand (K.P.D.) sous la République de Weimar, éditions François Maspero BS 23, 1972.
  • Oskar Hippe, Et notre drapeau est rouge. Du Spartakusbund à la IVe Internationale, éditions La Brèche, 1985.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]