Parti Wildrose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 02′ 45″ N 114° 03′ 37″ O / 51.0457, -114.0602

Wildrose Party
Parti Wildrose
Image illustrative de l'article Parti Wildrose
Logo officiel
Présentation
Chef Brian Jean
Fondation
Siège #3, 1303 - 44 Ave NE
Calgary AB
T2E 6L5

#401 Legislature Annex
9718-107 St
Edmonton AB
T5K 1E4
Niveau provincial
Président David Yager
Assemblée législative de l'Alberta
21 / 87
Idéologie Conservatisme
Libertarianisme
Libéralisme économique
Couleurs Bleu et vert
Site web http://www.wildrosealliance.com

Le Parti Wildrose (en anglais Wildrose Party, officiellement Wildrose Alliance Party et légalement Wildrose Alliance Political Association[1]) est un parti politique conservateur provincial de l'Alberta au Canada[2]. Il a été formé à partir de l'Alberta Alliance Party en 2008 à la suite de sa fusion avec le Wildrose Party of Alberta (en) qui n'était pas enregistré. « Wild rose » signifie « rose sauvage » en anglais et fait référence à la Rosa acicularis ou rose arctique qui est l'emblême floral de l'Alberta.

Le parti se définit comme étant un parti conservateur qui concurrence sur sa droite le Parti progressiste-conservateur de l'Alberta[3]. Le Wildrose forme l'Opposition officielle depuis les élections de 2012. À l'issue des élections de 2015, le parti conserve ce statut, devançant le parti conservateur historique avec 21 sièges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Danielle Smith, l'ancienne cheffe du parti

La Wildrose Party, anciennement Wildrose Alliance (Alliance Wildrose), est née de la fusion de deux petits partis albertains : le Wildrose Party of Alberta et l'Alberta Alliance Party. Il tire son nom de l'emblème floral de la province de l'Alberta, la rose aciculaire[4]. À la faveur d'une course au leadership, l'ancienne présidente de la section albertaine de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes, Danielle Smith, a été élue chef du parti. La Wildrose Alliance a élu son premier député lors d'une élection partielle dans une circonscription de Calgary, en élisant l'ancien chef de l'Alberta Alliance Paul Hinman, devenu président du nouveau parti. En novembre 2009, un sondage confirmait la montée spectaculaire de la Wildrose Alliance, alors que le parti recueillait près de 28 % des voix à l'échelle de la province[5].

Les élections de 2012 sont une déception pour le Wildrose. Galvanisé par des sondages qui lui prédisaient une victoire électorale, le parti de Danielle Smith s'effondre au dernier moment mais sauve la face en formant l'Opposition officielle avec 17 députés. Il ne parvient toutefois pas à ébranler la dynastie progressiste-conservatrice au pouvoir depuis 1971. Les conservateurs sont réélus pour un 12e mandat consécutif avec une majorité de 61 députés.

En décembre 2014, huit députés font défection vers les progressistes-conservateurs du nouveau chef Jim Prentice, dont la cheffe Danielle Smith. Le caucus tombe à 5 députés, le même nombre que les libéraux. Les sondages annoncent alors que le parti est autour de 20%. Il s'agit d'un creux historique dans les sondages qui sont largement dominés par les progressistes conservateurs[6].

Une course à la chefferie est donc organisée. Le 28 mars 2015, Brian Jean, ancien député fédéral conservateur, est choisi comme chef alors que le premier ministre Jim Prentice déclenche des élections générales anticipées pour le 5 mai. Alors que le scrutin se rapproche le Wildrose et le NPD grimpent fortement dans les sondages.

L'élection générale renverse finalement les prédictions. Les progressistes-conservateurs perdent le pouvoir pour la première fois depuis plus de 40 ans et terminent troisièmes, devancés par le Wildrose qui remporte 21 sièges (+16) et le NPD, qui forme un gouvernement majoritaire. Le Wildrose reste donc l'Opposition officielle, mais avec un caucus très largement renforcé et en devançant son concurrent conservateur pour la première fois de son histoire.

Idéologie et positions politiques[modifier | modifier le code]

L'Alliance Wildrose a entre autres pris position sur les enjeux suivants[7],[8] :

Relations entre l'Alberta, le gouvernement fédéral et les autres provinces

  • Gestion de la perception des taxes et impôts provinciaux;
  • Création d'une police provinciale;
  • Pouvoirs accrus dans le domaine de l'immigration;
  • Considère le système actuel de péréquation injuste pour l'Alberta.

Environnement et ressources naturelles

  • Le parti rejette la thèse selon laquelle les activités humaines sont la cause du réchauffement climatique.

Questions sociales

  • Abolition des régies régionales de santé en Alberta;
  • Financement des hôpitaux et des cliniques selon la performance des établissements;
  • La chef du parti affirme ne pas vouloir rouvrir la question du mariage entre conjoints de même sexe et de l'avortement.

Questions économiques

  • Réduction de la taille de l'État et plus de libéralisme économique.
  • Rejet des programmes de stimulation économique créés par le gouvernement lors de la récession de 2008.

De façon générale, l'Alliance Wildrose est présentée comme un parti situé à droite du spectre politique, rattachée au libertarianisme ou au conservatisme.

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection Bannière Candidats Sièges Votes % Position Chef
2004[9] Alberta Alliance 83/83 1 77 506 8,7 % 4e Randy Thorstienson
2008 Wildrose Alliance 61/83 0 64 407 6,78 % 4e Paul Hinman
2012 Wildrose 87/87 17 442 429 34,29 % 2e Danielle Smith
2015 Wildrose 86/87 21 360 101 24,23 % 2e Brian Jean

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Constitution of the Wildrose Alliance Party, septembre 2011, document consulté en ligne le 4 septembre 2012
  2. (en) « Parties », Elections Alberta, page consultée le 4 septembre 2012
  3. http://www2.lactualite.com/chantal-hebert/2009-11-06/la-mario-dumont-de-l%E2%80%99alberta/
  4. http://www.pch.gc.ca/pgm/ceem-cced/symbl/101/117-fra.cfm#a6
  5. http://www.radio-canada.ca/regions/alberta/2009/11/07/001-vote-confiance-stelmach.shtml
  6. http://www.mainstreettechnologies.ca/calgary-herald-exclusive Sondage Mainstreet Technologies], Décembre 2014.
  7. http://www.radio-canada.ca/regions/alberta/2010/01/14/001-politique_Wildrose_jeudi.shtml
  8. « Les positions du Wildrose », L'Actualité, volume 35, numéro 9, 1er juin 2010
  9. « 2004 General election report », Elections Alberta (consulté le 19 mars 2012)

Lien externe[modifier | modifier le code]