Parthenocissus tricuspidata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Parthenocissus tricuspidata, la Vigne-vierge à trois pointes est une espèce de plantes de la famille de la Vigne (les Vitaceae). Elle est originaire d’Asie orientale et cultivée très largement comme plante grimpante ornementale pour son feuillage qui vire au rouge écarlate à l’automne. Les jardiniers utilisent parfois aussi les termes moins heureux de « lierre de Boston » ou de « lierre japonais » traduit de l’anglais « Boston ivy » et « Japanese ivy ».

Synonymes[modifier | modifier le code]

Ampelopsis tricuspidata Siebold & Zuccarini, Abh. Math.-Phys. Cl. Königl. Bayer. Akad. Wiss. 4(2): 196. 1845; Cissus thunbergii Siebold & Zuccarini; Parthenocissus thunbergii (Siebold & Zuccarini) Nakai; Psedera thunbergii (Siebold & Zuccarini) Nakai; P. tricuspidata (Siebold & Zuccarini) Rehder; Quinaria tricuspidata (Siebold & Zuccarini) Koehne; Vitis inconstans Miquel; V. taquetii H. Léveillé; V. thunbergii (Siebold & Zuccarini) Druce (1917), not Siebold & Zuccarini (1845).

Description[modifier | modifier le code]

Parthenocissus tricuspidata est une plante grimpante vigoureuse, à feuilles caduques trilobées, s’accrochant aux supports par des vrilles. Les vrilles possèdent de 5 à 9 branches terminées tout d’abord par un petit renflement qui peut se transformer en pelote adhésive. Celle-ci stimulée par le contact d’une surface libère une protéine arabinogalactane collante.

Les feuilles sont simples, généralement à 3 lobes acuminés et parfois entières, aux marges largement dentées. En automne, elles virent au rouge vif, avant que le limbe ne se sépare du pétiole, qui finit lui-même dans un deuxième temps par tomber.

Les fleurs sont rassemblées en inflorescences de 2 à 12 cm, apparaissant à l’opposée des feuilles (tout comme les vrilles). Elles sont insignifiantes, verdâtres, et possèdent 5 pétales libres, elliptiques de 2-3 mm, 5 étamines opposées aux pétales et un ovaire ovale. Au moment de la floraison, de fin juin à août, elles émettent un léger parfum et produisent un nectar qui attire les abeilles et d’autres pollinisateurs.

Les fruits sont des baies de 10-15 mm de diamètre, virant à un bleu foncé pruiné à maturité. Elles sont consommées par les oiseaux l’hiver mais sont légèrement toxiques pour les mammifères et donc pour l’homme.

Habitat et distribution[modifier | modifier le code]

Elle croît dans les formations arbustives, sur les collines rocheuses.

Son aire de répartition naturelle est la Chine centrale et du nord, la Corée et le Japon.

Cette espèce est largement cultivée comme ornementale dans tous les pays de la zone tempérée. Moins vigoureuse et moins rustique que la vigne vierge vraie (Parthenocissus quinquefolia), elle s'est cependant naturalisée en France[1].

Propriété[modifier | modifier le code]

Parthenocissus tricuspidata contient divers dérivés de stilbène aux propriétés pharmacologiques intéressantes[2]. Il a été montré qu’un de ces composés, le glucopyranoside de picéide, avait une activité antimalariale aussi puissante que la drogue la plus employée contre le paludisme, la chloroquine[3].

Utilisation[modifier | modifier le code]

La vigne vierge Japonaise est utilisée comme plante grimpante ornementale pour couvrir les murs. Elle se fixe sur ceux-ci par des pelotes adhésives qui risquent moins de dégrader les crépis que le lierre qui introduit ses racines dans les joints.

En Chine, les racines et la tige sont utilisées comme matière médicale sous le nom de 地锦 dijin[4].

On la cultive le plus souvent sur un porte-greffe de Parthenocissus quinquefolia bien plus vigoureux et résistant au froid.

Espèces voisines[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Référence Tela Botanica (France métro) : Parthenocissus tricuspidata (fr)
  2. (en) TOSH1YUKI TANAKA, MASAYOSHI OHYAMA, KUNIYASU MORIMOTO, FUJIO ASAI and MUNEKAZU INUMA, « A RESVERATROL DIMER FROM PARTHENOCISSUS TRICUSPIDATA », Phytochemistry, vol. 48, no 7,‎ 1998, p. 1241-1243
  3. (en) Won-Hwan Park, Sung-Jae Lee, and Hyung-In Moon, « Antimalarial Activity of a New Stilbene Glycoside from Parthenocissus tricuspidata in Mice », Antimicrob Agents Chemother., vol. 52, no 9,‎ 2008, p. 3451-3453
  4. Francine Fèvre, Georges Métailié, Dictionnaire RICCI des plantes de Chine ; chinois-français, latin, anglais, Association Ricci, les Editions du Cerf,‎ 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :