Paroisse de la Pointe Coupée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

30° 43′ N 91° 36′ O / 30.71, -91.6 ()

Paroisse de la Pointe Coupée
Pointe Coupee Parish
Situation de la paroisse de la Pointe Coupée en Louisiane
Situation de la Louisiane aux États-Unis
Foundé 1807
Siège New Roads
Plus grande ville New Roads
Superficie 1 444 km²
Population (en 2000) 22 763
Densité 16 habitants par km²
Zone horaire Centrale: UTC-6/-5

La paroisse de la Pointe Coupée (anglais : Pointe Coupee Parish) est située dans l'État américain de la Louisiane. Son siège est à New Roads. Selon le recensement de 2000, sa population est de 22 763 habitants. Elle est une des 22 paroisses de la région officielle de l'Acadiane.

La paroisse a une superficie de 1 530 km² de terre émergée et 86 km² d’eau. Elle est enclavée entre la paroisse de Concordia au nord, la paroisse de Feliciana Est au nord-est, la paroisse de Baton Rouge Est à l'est, la paroisse d'Iberville au sud, la paroisse de Saint-Martin au sud-ouest, la paroisse de Saint-Landry à l'ouest, et la paroisse des Avoyelles au nord-ouest.

Historique[modifier | modifier le code]

Pointe Coupée était avec Natchez un poste français au nord de La Nouvelle-Orléans sur le Mississippi. Elle procédait du peuplement français dit en arêtes de poisson de part et d'autre du Mississippi. Ce furent les représentants de la Compagnie des Indes qui distribuèrent des concessions foncières et non pas le roi ou les seigneurs, comme dans d'autres pays français d'Amérique du nord. De même, le développement y était moins dense que dans la vallée du Saint-Laurent.

Le tabac était cultivé à Pointe Coupée, surtout après le massacre de Natchez de 1729. La culture demandait beaucoup de temps et de main-d’œuvre. Aux semailles en février succédait, à partir d'avril, la période pendant laquelle on transplantait de jeunes plants et on nettoyait les terrains. La récolte avait lieu aux mois d'août et de septembre. Les feuilles de tabac étaient séchées et empaquetées. Ensuite, les caisses de tabac étaient envoyées à La Nouvelle-Orléans. Là, avec les peaux de chevreuil, elles attendaient dans les magasins de la Compagnie des Indes (ou du roi) et des négociants, d'être expédiées en métropole.

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2000, les 22 763 habitants de la paroisse se divisaient en 68,91 % de « Blancs », 29,61 % de « Noirs » et d’Afro-Américains, 0,25 % d’Asiatiques, 0,17 % d’Amérindiens, ainsi que 0,32 % de non répertoriés ci-dessus et 0,56 % de personnes métissées.

4,89 % des répondants parlaient le français ou le français cadien à la maison, soit 1 035 personnes parlant au moins une fois par jour la « langue de Molière »[1].

Municipalités[modifier | modifier le code]

Communautés non enregistrées[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Gilles Havard et Cécil Vidal, Histoire de l'Amérique française, Flammarion, Paris, 2003.