Paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Notre-Dame-de-Lourdes.
Paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes
Image illustrative de l'article Paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Madawaska
Statut municipal District de services locaux
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 263 hab. (2011 en diminution)
Densité 1,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 05″ N 67° 56′ 15″ O / 47.251271, -67.937393 ()47° 15′ 05″ Nord 67° 56′ 15″ Ouest / 47.251271, -67.937393 ()  
Superficie 18 863 ha = 188,63 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1313008
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes

La paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes est à la fois une paroisse civile[note 1] et un district de services locaux (DSL) canadien du comté de Madawaska, au nord-ouest du Nouveau-Brunswick. Il y avait 306 habitants en 2001.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Le village est nommé en l'honneur de l'apparition mariale à Bernadette Soubirous en 1858.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Notre-Dame-de-Lourdes dans le comté de Madawaska.

Situation[modifier | modifier le code]

La paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes se trouve à 38 kilomètres de route au sud-est d'Edmundston, dans le comté de Madawaska.

La paroisse est limitrophe de la paroisse de Saint-Léonard à l'est ainsi que de la paroisse de Sainte-Anne au sud et à l'ouest. La paroisse de Drummond, dans le comté de Victoria, se trouve au nord-est. Siegas, une autorité taxatrice de la paroisse de Saint-Anne, se trouve quant à elle au sud. Les municipalités les plus proches sont le villes les plus proches sont Saint-Léonard, à 10 km au sud-est, ainsi que Sainte-Anne-de-Madawaska, à 12 km à l'ouest.

La paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes est généralement considérée comme faisant partie de l'Acadie[1], quoique l'appartenance des Brayons à l'Acadie fasse l'objet d'un débat[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La paroisse comprend les hameaux de Flemming, Harrison Brook Settlement et Notre-Dame-de-Lourdes.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction du chemin de fer Restigouche and Western, entre Tide Head et Saint-Léonard, commence en 1898[3]. Les travaux sont ralentis en raison du terrain difficile et du manque de fonds et le chemin de fer International prend le contrôle de la ligne en 1906[3]. Les travaux sont terminés en 1910[3].

L'histoire de Notre-Dame-de-Lourdes débute en 1909, avec son détachement de la paroisse de Sainte-Anne-de-Madawaska. Le curé de Sainte-Anne, responsable de cette nouvelle mission, fait construire une église sur des plans de l'architecte Berlinquet de Québec. Dès février 1914, la mission ouvre un registre, qui consigne en outre les démarches entreprises afin de transformer le statut de Notre-Dame en paroisse. Le conseil du comté de Madawaska vote unanimement en faveur du changement de statut en janvier 1921, demande qui sera accueillie favorablement des autorités civiles trois mois plus tard. Malgré son changement de statut, la nouvelle paroisse est toujours servie par un curé de Sainte-Anne, que les paroissiens vont chercher à cheval et qui, faute de presbytère, loge chez un résident lorsqu'il est de passage[4].

Il faudra attendre une vingtaine d'années avant la nomination d'un premier curé, Fidèle Poitras, qui célébrera sa première messe dans la petite église le 2 juillet 1943. Outre sa mission pastorale, le nouveau curé doit veiller aux affaires urgente : l'église, qui avait été construite sans sous-sol, doit être rénovée d'urgence en plus de faire compléter la construction du presbytère, dont la construction a débuté en 1938. Le révérend Poitras s'engage aussi auprès de ses paroissiens en effectuant des démarches pour obtenir le branchement à l'électricité, qu'il obtiendra en 1944[4].

La caisse populaire de Notre-Dame-de-Lourdes est fondée en 1945[5],[4].

La municipalité du comté de Madawaska est dissoute en 1966[6]. La paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes devient un district de services locaux en 1967[6].

Le chemin de fer International est abandonné en 1989[3].

La caisse est plus tard fusionnées avec celles de Drummond, Saint-Georges (Grand-Sault) et Saint-André pour former la Caisse populaire Les Chutes[5]. Elle fusionne ensuite avec la Caisse populaire La Vallée en 2003 pour former la Caisse populaire La Vallée de l'Érable[5]. La fermeture de la caisse est toutefois prévue pour l'automne 2012[7].

Notre-Dame-de-Lourdes est l'une des localités organisatrices du Ve Congrès mondial acadien en 2014[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprise Grand-Sault, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[9].

Administration[modifier | modifier le code]

Comité consultatif[modifier | modifier le code]

En tant que district de services locaux, Notre-Dame-de-Lourdes est en théorie administré directement par le Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, secondé par un comité consultatif élu composé de cinq membres dont un président. Il n'y a actuellement aucun comité consultatif.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

La paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes fait partie de la Région 1[10], une commissions de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[11]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnels à leur population et leur assiette fiscale[6]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[6]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[12].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Notre-Dame-de-Lourdes fait partie de la circonscription provinciale de Restigouche-la-Vallée, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Martine Coulombe, du Parti progressiste-conservateur. Elle fut élue en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Notre-Dame-de-Lourdes fait partie de la circonscription fédérale de Madawaska—Restigouche, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Jean-Claude D'Amours, du Parti libéral. Il fut élu lors de la 38e élection générale, en 2004, puis réélu en 2006 et en 2008.

Vivre dans la paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-Lourdes est une église catholique romaine faisant partie du diocèse d'Edmundston. Le bureau de poste et le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est à Saint-Léonard. Les postes d'Ambulance Nouveau-Brunswick les plus proches sont à Sainte-Anne-de-Madawaska et Saint-Léonard. L'hôpital général de Grand-Sault dessert la région.

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi qu'à l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Ils ont aussi accès à l'hebdomadaire La Cataracte de Grand-Sault et aux hebdomadaires Le Madawaska et La République, d'Edmundston. Les anglophones bénéficient des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean, et The Daily Gleaner, publié à Fredericton.

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Paroisse de Sainte-Anne Paroisse de Sainte-Anne Paroisse de Drummond Rose des vents
Paroisse de Sainte-Anne N Paroisse de Saint-Léonard
O    Notre-Dame-de-Lourdes    E
S
Paroisse de Sainte-Anne Paroisse de Sainte-Anne, Siegas, Paroisse de Sainte-Anne Paroisse de Saint-Léonard

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au Nouveau-Brunswick, une paroisse civile est une subdivision territoriale ayant perdu toute signification administrative en 1966 mais étant toujours utilisée à des fins de recensement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  2. Jacques Paul Couturier, « La République du Madawaska et l'Acadie : la construction identitaire d'une région néo-brunswickoise au XXe siècle », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 56, no 2,‎ Automne 2002, p. 153-184 (lire en ligne).
  3. a, b, c et d (en)« International Railway », sur Riding the Rails, New Brunswick Railway Museum (consulté le 2 septembre 2012)
  4. a, b et c Diocèse d'Edmundston, « Paroisse Notre-Dame-de-Lourdes » (consulté le 17 juillet 2012)
  5. a, b et c « Caisse populaire La Vallée de l'Érable », sur Caisses populaires acadiennes (consulté le 30 décembre 2010).
  6. a, b, c et d Jean-Guy Finn, Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables : plan d'action pour l'avenir de la gouvernance locale au Nouveau-Brunswick, Fredericton,‎ 2008, 83 p. (ISBN 978-1-55471-181-9, lire en ligne [PDF]), p. 30
  7. Mathieu-Roy Comeau, « La Caisse populaire Sud-Est fermera trois centres de services », L'Acadie Nouvelle,‎ 24 avril 2012, p. 4
  8. « Programme officiel » [PDF], sur Congrès mondial acadien 2014 (consulté le 11 août 2014)
  9. « Réseau Entreprise » (consulté le 8 novembre 2012).
  10. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) » (consulté le 9 novembre 2012).
  11. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  12. « Services obligatoires », sur [Gouvernement du Nouveau-Brunswick] (consulté le 9 novembre 2012).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975