Paroisse de Musquash

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paroisse de Musquash
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Région Baie de Fundy, Collines de Sainte-Croix
Comté ou équivalent Saint-Jean
Statut municipal District de services locaux
Maire
Mandat
aucun
aucun
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 1 200 hab. (2011 en diminution)
Densité 5,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 10′ 48″ N 66° 20′ 27″ O / 45.180101, -66.340942 ()45° 10′ 48″ Nord 66° 20′ 27″ Ouest / 45.180101, -66.340942 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 120 m
Superficie 23 554 ha = 235,54 km2
Divers
Site(s) touristique(s) Centrale nucléaire de la Pointe Lepreau
Langue(s) Anglais, minorité française
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 1301016
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Musquash

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Paroisse de Musquash

La paroisse de Musquash est à la fois une paroisse civile[note 1] et un district de services locaux (DSL) canadien du comté de Saint-Jean, au sud-est du Nouveau-Brunswick.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.
Un rat musqué.

Musquash est un mot malécite, repris en anglais, qui signifie rat musqué. Le village porta à l'origine le nom Ivanhoe, possiblement choisi par la Lancaster Mill Co. Le village prit vers 1885 le nom de Clinchs Mills, en l'honneur de son premier maître des postes, Charles F. Clinch. Le nom actuel date de 1914[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le DSL de Musquash recoupe les limites de la paroisse civile de Musquash.

Musquash est délimité à l'ouest par le comté de Charlotte, au nord par le comté de Kings et à l'est par la ville de Saint-Jean. La paroisse est bordée au sud par la baie de Fundy. Elle ne contient aucune ville, village ou réserve indienne.

Le relief est irrégulier et le point culminant est la colline Harvey, à 120 mètres d'altitude. Le littoral est tout aussi irrégulier et compte de nombreuses pointes, anses, havres, baies et rochers.

La région est plutôt marécageuse. Sur les dizaines de lacs qu ecompte la paroisse, les principaux sont le Loch Alva, le réservoir de la Branche Est de la Musquash et le réservoir de la Branche Ouest.

Le principal cours d'eau est la Musquash et son large estuaire où elle se jette dans la baie de Fundy.

La plupart du territoire au nord de l'autoroute est protégée par l'aire protégée provinciale du Loch Alva.

Sur les berges de la Musquash se trouvent les hameaux de Musquash, South Musquash, Five Fathom Hole et Prince of Wales.
Au bord de la baie de Fundy se trouvent, d'ouest en est, Dipper Harbour Est et Dipper Harbour Ouest, Chance Harbour et Goosbery Cove.
À l'extrémité ouest, sur la Petite Rivière Lepreau, s'élève le hameau de Little Lepreau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du Nouveau-Brunswick.

Selon William Francis Ganong, le nom du lac Indian le long de la rivière Musquas rappellerait la présence d'un village Malécite[2].

La tradition orale soutient que les Acadiens avaient des aboiteaux au havre Dipper et dans l'estuaire de la rivière Musquash[3]. Selon Gesner, le hameau de Frenchman Creek fait allusion non pas à la présence d'Acadiens mais au lieu de retraite d'un bateau français, probablement celui mentionné dans les Manuscrits de Québec[3].

Chance Harbour et Dipper Harbour sont des villages de pêche fondé par quelques familles loyalistes en 1784[4],[5].

La Commission d'énergie électrique du Nouveau-Brunswick, fondée en 1920, inaugure sa première centrale électrique sur la rivière Musquash en 1922 et une nouvelle ligne électrique alimente les villes de Saint-Jean, Sussex et Moncton[6]. Des plus abondantes et la crue des eaux provoquent l'effondrement du barrage de terre à l'automne 1923[6]. Cet événement menace temporairement la survie même de la commission mais l'augmentation de la demande électrique dans les années suivante assure son avenir[6].

La municipalité du comté de Saint-Jean est dissoute en 1966[7]. La paroisse de Musquash devient un district de services locaux en 1967[7].

L'école Fundy Shores de Dipper Harbour est inaugurée en 1988[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de Statistique Canada, la paroisse comptait 1235 habitants en 2006, comparativement à 1280 en 2001, soit une baisse de 3,5 %. La paroisse compte 571 logements privés, a une superficie de 233,45 kilomètres2 et une densité de population de 5,3 habitants au kilomètre2.

Économie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Économie du Nouveau-Brunswick.

Entreprise Charlotte, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[9].

Administration[modifier | modifier le code]

Comité consultatif[modifier | modifier le code]

En tant que district de services locaux, Musquash est administré directement par le Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, secondé par un comité consultatif élu composé de cinq membres dont un président.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

La paroisse de Musquash fait partie de la Région 9[10], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[11]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnel à leur population et leur assiette fiscale[7]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[7]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[12].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Musquash fait partie de la circonscription provinciale de Saint John-Fundy, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Glen Savoie, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu lors de l'élection de 2010.

Drapeau du Canada Canada: Musquash fait partie de la circonscription électorale fédérale de Nouveau-Brunswick-Sud-Ouest, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Gregory Francis Thompson, ministre des Anciens Combattants et membre du Parti conservateur. Il fut élu lors de la 40e élection fédérale, en 1988, défait en 1993 puis réélu à chaque fois depuis 1997.

Vivre dans la paroisse de Musquash[modifier | modifier le code]

L’école Fundy Shores de Dipper Harbour accueille les élèves de la maternelle à la 8e année. C'est une école publique anglophone faisant partie du district scolaire #8.

Le DSL est inclus dans le territoire du sous-district 9 du district scolaire Francophone Sud[13]. L'école Samuel-de-Champlain de Saint-Jean est l'établissement francophone le plus proche alors que les établissements d'enseignement supérieurs les plus proches sont dans le Grand Moncton.

La paroisse est le site de la centrale nucléaire de la Pointe Lepreau.

L'autoroute 1 traverse le territoire.

Musquash possède une caserne de pompiers. Le bureau de poste le plus proche est à Lepreau et le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est à Pointe-Lepreau.

L'église St. Margaret's de Lepreau et l'église Trinity de Maces Bay sont des églises anglicanes.

Les anglophones bénéficient du quotidien Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean. Les francophones bénéficient quant à eux du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe, et du mensuel Le Saint-Jeannois, de Saint-Jean.

Personnalités célèbres[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lepreau Westfield Grand Bay-Westfield Rose des vents
Lepreau N Saint-Jean
O    Musquash    E
S
Lepreau baie de Fundy
Drapeau : Nouvelle-Écosse Nouvelle-Écosse
baie de Fundy
Drapeau : Nouvelle-Écosse Nouvelle-Écosse

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au Nouveau-Brunswick, une paroisse civile est une subdivision territoriale ayant perdu toute signification administrative en 1966 mais étant toujours utilisée à des fins de recensement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rayburn 1975, p. 192
  2. (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1899 (lire en ligne), p. 229
  3. a et b (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1899 (lire en ligne), p. 272
  4. Ganong 1904, p. 123
  5. Ganong 1904, p. 127
  6. a, b et c Énergie NB, « Les années 1920 : les premières années » [PDF],‎ 1990 (consulté le 17 novembre 2012).
  7. a, b, c et d Jean-Guy Finn, Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables : plan d'action pour l'avenir de la gouvernance locale au Nouveau-Brunswick, Fredericton,‎ 2008, 83 p. (ISBN 978-1-55471-181-9, lire en ligne [PDF]), p. 30
  8. [PDF] « Anglophone South », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012).
  9. « Réseau Entreprise » (consulté le 7 novembre 2012).
  10. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  11. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  12. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  13. [PDF] « Francophone Sud », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975