Église royale Sainte-Marie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Sainte-Marie.
Église royale Sainte-Marie
Image illustrative de l'article Église royale Sainte-Marie
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Doyenné de Bruxelles Nord-Est
Début de la construction 1845
Fin des travaux 1885
Architecte Louis van Overstraeten
Style dominant Romano-byzantin
Protection 9 novembre 1976
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Région de Bruxelles-Capitale
Commune Schaerbeek
Coordonnées 50° 51′ 33″ N 4° 22′ 08″ E / 50.8590908, 4.36877450° 51′ 33″ Nord 4° 22′ 08″ Est / 50.8590908, 4.368774  

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Église royale Sainte-Marie

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Église royale Sainte-Marie

L'église royale Sainte-Marie est un édifice religieux situé place de la Reine à Schaerbeek en Belgique.

Située sur le « tracé royal » menant du château de Laeken au palais royal de Bruxelles et dédiée à la reine Louise-Marie (1812-1850), tout comme la place où elle est située, l'église Sainte-Marie obtint le qualificatif « royal »[1],[2].

La paroisse Sainte-Marie fait partie de l'unité pastorale Les Coteaux qui fait elle-même partie du doyenné de Bruxelles Nord-Est.

Historique[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Le monument, de style romano-byzantin, a été édifié par l'architecte Louis van Overstraeten, de 1845 à sa mort en 1849 et terminée par Gustave Hansotte de 1849 à 1853[3].

Classement[modifier | modifier le code]

L'édifice a été classé par arrêté royal du 9 novembre 1976 et les abords de l'église ainsi que la place de la Reine par arrêté royal du 3 octobre 1983 (Mon. 7 décembre 1983).

Évènements[modifier | modifier le code]

Controverse[modifier | modifier le code]

Il est tout à fait inexact de dire comme on peut lire dans le journal le Soir du samedi 22 août 2009 que l'église Sainte-Marie aurait été construite grâce à l'exploitation du Congo[4]: « une colonie, qui a permis à Léopold II de construire le plus grand palais de justice du monde, l’église Sainte-Catherine, l’église Sainte-Marie, l'avenue Louise, l'avenue de Tervuren... Tout cela avec l’argent des colonies et le fruit de nos exploitations du cuivre du Katanga », en un mot l'église Sainte-Marie aurait été construit avec le sang du Congo… alors que l'église Sainte-Marie a été commencée en 1845 et que le Congo ne fut attribué au roi Léopold II par la Conférence de Berlin qu’en 1885. De même, l'église Sainte-Catherine, fut commencée en 1854 et terminée en 1874, et que le Palais de Justice de Bruxelles commencé en 1860 fut inauguré le 15 octobre 1883 après les morts de Poelaert et de Léopold Ier, bien avant que la Belgique n'ait eu une colonie.

Architecture[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Accès[modifier | modifier le code]

92 94 N04 arrêt Sainte-Marie
Villo! : station n°144 (rue Royale)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1850 : Louis van Overstraeten, Architectonographie des Temples chrétiens, Malines, 1850.
  • 1968 : Jean Delsaux, L'église Ste-Marie à Bruxelles, une œuvre d'une ferveur et d'une probité artistique exceptionnelles, Bruxelles, "Les Amis de l'église Ste-Marie, s. d. (1968 ?) (publiée "en hommage à leur cher président M. Jean Delsaux").

Notes[modifier | modifier le code]

  1. C'est sous le nom d'église royale Sainte-Marie qu'elle est nommée dans la loi qui la classe comme monument historique : Ministère de l'éducation nationale et de la culture française, 1977 : "est classée comme monument, en raison de sa valeur historique et artistique, conformément aux dispositions de l'article 1er de la loi du 7 août 1931 sur la conservation des monuments et des sites, l'église royale Sainte-Marie, à Schaerbeek."
  2. Abords de l'Eglise Sainte MarieInventaire du patrimoine naturel de la Région de Bruxelles-Capitale
  3. Marcel M. Celis, Bruxelles Protège, Éditions Mardaga, 1988, p.92
  4. Le Soir, 22 et 23 août 2009, "Xavier Magnée, le garnement tragique", interview de Xavier Magnée par Nicolas Crousse, p. 15.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]