Parliament

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la marque de cigarettes Parliament.

Parliament

Surnom The Parliaments
Pays d'origine Plainfield, New Jersey
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Doo-wop, P-Funk, rock
Années actives 19681980
Labels Revilot
Westbound Records
Composition du groupe
Membres George Clinton, Ray Davis, Clarence « Fuzzy » Haskins, Calvin Simon, Grady Thomas, Billy Bass Nelson, Eddie Hazel, Tawl Ross, Tiki Fulwood, Mickey Atkins, Bernie Worrell, Bootsy Collins, Cordell Mosson, Rodney « Skeet » Curtis, Garry Shider †, Prakash John, Tyrone Lampkin, Glenn Goins †, Michael Hampton, Debbie Wright, Gary « Muddbone » Cooper, Jerome Brailey, Fred Wesley, Maceo Parker, Michael Brecker †, Randy Brecker, Rick Gardner, Reunald « Renny » Jones, Jeanette « Baby » Washington, Dawn Silva, Lynn Mabry, Ron Ford, Shirley Hayden, Greg Thomas, Larry Heckstall, Walter « Junie » Morrison, Robert « P-Nut » Johnson

Parliament est un groupe américain de funk, appelé initialement The Parliaments.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le groupe naît, sous le nom The Parliaments, dans le salon de coiffure de George Clinton à Plainfield, New Jersey. Ce nom est rapidement abandonné à cause de problèmes légaux avec Revilot et Atlantic Records, leurs maisons de disques. Parallèlement, la plupart des membres de la formation jouent dans le groupe Funkadelic, les deux groupes publiant leurs albums sous leur nom respectif.

Le problème légal concernant le nom « The Parliaments » est résolu en 1970, et Clinton signe Funkadelic avec le label Invictus Records. L'album Osmium sort sous le nom Parliament et le single Breakdown atteint la 30e place au classement R&B en 1971. Le nom Parliament est ensuite abandonné un temps car Funkadelic a beaucoup plus de succès.

Au début des années 70, Bernie Worrell, Bootsy Collins et Catfish Collins rejoignent Funkadelic, qui sort cinq albums jusqu'en 1974. Funkadelic signe alors chez Casablanca Records en tant que Parliament, sortant Up for the Down Stroke qui atteint la 10e place au classement R&B mais ne dépasse pas la 63e place au classement pop. Ce morceau fut le plus grand tube de P-Funk. En 1975 sort Chocolate City, dont le single éponyme atteint la 24e place.

Les albums qui suivent permettront à Parliament de devenir l'un des groupes les plus respectés des années 1970. Ils sont reconnus comme les pères du funk.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]