Parlement sáme de Norvège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

69° 28′ 17″ N 25° 29′ 47″ E / 69.4713, 25.4965 ()

La bibliothèque du Parlement sáme de Norvège
Parlement sáme de Norvège, vue de l'extérieur. L'assemblée est abritée sous un toit évoquant l'habitat traditionnel sáme

Le Parlement sáme de Norvège, ou Sámediggi en same, est une assemblée élue siégeant à Karasjok (« Kárášjohka » en sáme) en Laponie et mise en place en Norvège pour représenter et traiter des affaires concernant le peuple Saami (ou Lapon) en Norvège. L’Assemblée nationale norvégienne, le Storting, a en effet établi que la culture et la langue sáme devaient être considérées comme devant recevoir un traitement égal à ceux accordés aux cultures et langues norvégiennes. La minorité ethnique que constitue le peuple Sáme a été jugée particulière en ce qu’elle ne relève pas d’une immigration récente, mais qu’elle est une composante propre de l’État norvégien au même titre que les langues et cultures norvégiennes.

Le Sámediggi a été instauré pour être l’instrument de cette volonté de traitement équitable de la minorité Sáme, et est notamment compétent dans les domaines de la langue, de la culture, de l’industrie et de l’éducation. Les institutions démocratiques traditionnelles de l’État norvégien ne permettaient en effet pas de rencontrer concrètement cette politique de traitement équitable de la minorité.

La genèse[modifier | modifier le code]

Les 3 premiers présidents du Sámediggi, Sven-Roald Nystø, Aili Keskitalo et Ole Henrik Magga, du parti NSR

Dans les années 1960 se fit jour la question relative à la rivière Alta-Kautokeino. Les plans de développement présentés remettaient, en effet, gravement en cause l’intégrité de territoires traditionnellement sámes, et menaçant directement d’inondation la communauté de Masi, forte de quelque 200 personnes. Le Storting vota en 1973 la protection inconditionnelle de Masi, mais autorisa en 1978 un barrage sur la rivière. Une pétition de 15 000 signatures, une campagne de désobéissance civile et une grève de la faim en plein centre d’Oslo menèrent à l’ajournement des travaux. Ils reprendront en 1981 sur décision de justice de la Cour du district d’Alta. De nouvelles grèves de la faim eurent lieu en janvier et février, qui amenèrent de nouveau la suspension des travaux. La Cour Suprême autorisa cependant la reprise des travaux, sous étroite surveillance policière.

Les autorités d’Oslo mirent en place un Conseil des droits sámes et un Conseil de la culture sáme pour étudier les problèmes posés aux Sámes par le projet. Le Conseil des droits sámes remit ses recommandations en 1984, qui furent à la base de la décision du Storting en 1987 d’établir le Sámedeggi.

La création du Sámediggi a été confirmée par l’article 110a de la Constitution norvégienne. Le Sámediggi fut inauguré le 9 octobre 1989 par le Roi Olav V de Norvège.

Organisation du Sámediggi[modifier | modifier le code]

À gauche l'hémicycle, à droite la bibliothèque

Session plénière[modifier | modifier le code]

Siégeant quatre fois l’an, elle est composée des 39 représentants élus. C’est l’assemblée législative du parlement.

Le Présidium[modifier | modifier le code]

Composé de cinq des délégués, il a la charge de la gestion des sessions plénières et des délégations externes.

Le Comité de contrôle[modifier | modifier le code]

Désigné par la session plénière, il supervise les activités de celle-ci et vérifie qu’elle reste dans le cadre budgétaire et politique fixé.

Le Conseil du Sámediggi[modifier | modifier le code]

C’est le Gouvernement du Sámediggi. Ses membres sont au nombre de cinq, et sont choisis au sein de la majorité du Sámediggi. Il a en charge les activités politiques et de gestion courantes. Il lui soumet à la session plénière des propositions au vote. Le Conseil du Sámediggi se réunit 10 à 12 fois par an.

Autres institutions[modifier | modifier le code]

  • Le Bureau des subsides
  • Le Bureau de la langue

Les groupes politiques[modifier | modifier le code]

Les groupes de la majorité :

Les groupes de l’opposition :

  • Parti travailliste (13 élus)
  • Union de l’élection Sáme (2 élus)
  • Liste des résidents permanents de Kautokeino (1 élu)
  • Liste des nomades Sámes (1 élus)
  • Conservateurs (1 élu)
  • Midtre Nordland Sijda (1 élu)

L’élection du Sámediggi[modifier | modifier le code]

Celui-ci est renouvelé tous les quatre ans, à l’occasion des élections législatives norvégiennes. Elle eut lieu pour la première fois en 1989.

Le registre électoral Sáme[modifier | modifier le code]

Ce registre fut constitué dès l’origine et a pour but de permettre à toute personne considérée comme Sáme de participer au scrutin. Tout individu norvégien Sáme de plus de 18 ans peut y être inscrit. De même pour tout citoyen Sáme suédois ou finlandais inscrit sur les registres de population le 31 mars de l’année électorale. Les citoyens russes Sámes enregistrés depuis 3 ans au moins y ont également accès.

Pour être inscrit sur ce registre, les citoyens doivent :

  • se considérer eux-mêmes comme "Sámi" ;
  • déclarer soit :
    • a) qu’ils parlent Sáme chez eux, ou qu’au moins un de leur parents, grands-parents ou arrières grands-parents le parle;
    • b) qu’au moins un de leurs parents est lui-même enregistrée comme "sami".

Importance du registre électoral Sáme[modifier | modifier le code]

  • 1989 : 5 497 individus
  • 1993 : 7 236 individus
  • 1997 : 8 667 individus
  • 2001 : 9 923 individus
  • 2005 : 12 475 individus

Les districts électoraux du Sámediggi[modifier | modifier le code]

Le Parlement en hiver

Ceux-ci sont au nombre de 13 et couvrent l’ensemble du territoire norvégien. La superficie de ceux-ci augmente dans les districts méridionaux, où les Sámes sont peu nombreux. Du nord au sud :

  • Varanger
  • Tana
  • Karasjok
  • Kautokeino
  • Porsanger
  • Alta / Kvalsund
  • Nord-Troms
  • Troms moyen
  • Sud-Troms
  • Nord Nordland
  • Nordland moyen
  • Sud-région Sáme
  • Sud-Norvège

Le budget du Sámediggi[modifier | modifier le code]

Le budget du Sámediggi n’est constitué que des sommes octroyées par le Strorting. Le Parlement Sáme est en principe libre de délivrer les montants dont il dispose en accord avec ses compétences. Ceux-ci vont en majorité à des projets existants, et il n’a été que peu loisible de développer de nouvelles politiques. Le Sámediggi gère environ la moitié des budgets liés aux programmes Sámes en Norvège, divers ministères dépendant du Gouvernement central gérant le solde des budgets Sámes.

Entre 1998 et 2003, il n’y a pas eu de croissance du budget du Sámediggi. Sur cette même période, le budget de l’État norvégien a lui crû de 37 %.

L’administration du Sámediggi[modifier | modifier le code]

L’administration du Sámediggi remplit un triple rôle de relation entre le public et ses représentants :

  • un cadre administratif aux programmes mis en œuvre sous l’autorité du Parlement sáme ;
  • l’administration parlementaire du Sámediggi
  • le secrétariat politique du Conseil du Sámediggi

Au sein du Sámediggi, le Parlement, son organe politique et son administration, sont rassemblés en une seule organisation. L’Administration est donc chargée de tâches nombreuses et variées, tant à l’égard du public qu’à un niveau politique. Elle est structurée en sept départements et compte une centaine d’employés. Elle possède des bureaux à Karasjok, Kautokeino, Nesseby, Tromsø, Tysfjord et Snåsa.

Le Conseil parlementaire Sáme[modifier | modifier le code]

Le Conseil parlementaire Sáme est une instance coopérative mise en place par les trois parlements Sáme, de Norvège, Finlande et Suède. Le Conseil Sáme et les Sámes de Russie y prennent part en tant qu’observateurs. Il fut institué le 2 mars 2000.

Le rôle de cette instance est la représentation Sáme sur la scène internationale et en toutes affaires sámes requérant une prise en considération par delà les frontières.

Le Conseil parlementaire Sáme est ainsi une instance active auprès du Conseil arctique, de la coopération de Barents, d’Interreg et des travaux des Nations unies consacrés aux minorités. Il s’intéresse aussi aux problématiques de culture, de langue et d’art sáme.

Le Comité de la langue Sáme[modifier | modifier le code]

Le Comité de la langue Sáme fut institué en 1971. Il s’agit d’une instance consultative destinée à promouvoir la langue sáme, et à essayer d’harmoniser son statut dans les quatre pays où elle est parlée. Ses bureaux sont établis dans ceux du département de la langue du Sámediggi à Kautokeino.

Rencontre des ministres sámes et des présidents des parlements sámes[modifier | modifier le code]

Instaurés en 2000, ces rencontres se tiennent une fois par an, afin de débattre de problématiques communes, et de rechercher à uniformiser le statut des Sámes dans les différents pays où ils sont présents. Les trois présidents de parlement se rencontrent également quand ils le jugent nécessaire.

Le bâtiment du Sámediggi[modifier | modifier le code]

Le bâtiment abritant le Sámediggi à Karasjok a été officiellement inauguré le 2 novembre 2000 par le roi Harald V de Norvège. Ses architectes en furent Stein Halvorsen et Christian Sunbdy, dont le projet fut choisi parmi 47 autres propositions en mars 1996. La construction s’étala d’août 1998 à juin 1999.

Le bâtiment se présente sous forme d’un demi-cercle à deux étages, comprenant la bibliothèque, l’accueil, cinq salles de réunion et de nombreux bureaux. À l’une des extrémités du demi-cercle se trouve la salle de l’assemblée plénière, abrité par un édifice en forme de tipi. Le bâtiment est notamment équipé de facilités en termes de liaisons télématiques et en réseaux informatiques.

Le bâtiment comprend deux œuvres d’art d’importance : « Luotta », par Hild Skancke Pedersen dans la salle des assemblées plénières, et diverses représentations de proverbes sámes sont l’œuvre de Kristin Ytreberg.

Le bâtiment offre une superficie totale de 5 300 m3, et a coûté la somme de 128 700 000 NOK.

En 2001, le bâtiment a reçu le trophée national d’architecture : le « Statens byggeskikkspris », ainsi que le Prix d’architecture de Norvège septentrionale en 2002. Lors de l’attribution de ces prix, l’intégration d’une architecture moderne avec la culture sáme a été souligné.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Brochure « Sámediggi – the Sámi Parliament, The elected assembly of the Sámi people » : Sámediggi Sametinget.