Parlement national (Papouasie-Nouvelle-Guinée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Façade du Parlement.
Politique en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Le Parlement national (National Parliament) est le corps législatif monocaméral de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Emplacement et bâtiment[modifier | modifier le code]

Les locaux du Parlement se trouvent à Waigani, banlieue de Port Moresby, la capitale, dans le district de la Capitale nationale[1].

Le bâtiment est conçu pour évoquer un oiseau depuis les airs, et son architecture plus généralement s'inspire des haus tambaran, les "maisons des esprits" des hommes de la région autour du fleuve Sepik, dans le nord-ouest du pays. D'autres formes s'inspirent d'architectures traditionnelles dans les Hautes-Terres. La principale façade est richement décorée de motifs culturels[2].

Fonctions et pouvoirs[modifier | modifier le code]

Le Parlement est établi par l'article 100 de la Constitution, entrée en vigueur au moment de l'indépendance en 1975[3].

La Papouasie-Nouvelle-Guinée étant un royaume du Commonwealth, dont les institutions sont fondées sur le système de Westminster, les ministres -y compris le premier ministre- ne peuvent être choisis que parmi les députés. Le premier ministre est choisi par le Parlement, et choisit ensuite ses ministres ; le gouvernement composé par les ministres est responsable devant le Parlement, qui peut le destituer par une motion de censure. (art.141-142)

Spécificité papou-néo-guinéenne, c'est le Parlement, et non le premier ministre, qui choisit le Gouverneur général. La reine nomme ce dernier en application du choix des députés. (art.88)

Composition[modifier | modifier le code]

L'art. 101 de la Constitution dispose que les députés soient élus à partir de circonscriptions uninominales, dont certaines sont des 'circonscriptions provinciales'. Le Parlement peut en outre nommer jusqu'à trois membres supplémentaires, qui n'ont pas été élus mais qui recueillent l'approbation des deux tiers des députés élus. Cette disposition n'est pas actuellement mise en application.

Il y a 109 députés, dont 89 élus dans des circonscriptions 'ordinaires', et 20 élus dans des 'circonscriptions provinciales' - c'est-à-dire que les citoyens dans chacun des vingt provinces du pays élisent un représentant de leur province[4].

La Papouasie-Nouvelle-Guinée avait initialement adopté le système électoral britannique : le scrutin uninominal majoritaire à un tour. En 2006, toutefois, le pays a adopté un système de vote alternatif, où les électeurs classent des candidats par ordre de préférence dans leur circonscriptions. Le vote s'effectue toujours au suffrage universel direct[4].

Le mandat d'une législature est de cinq ans, sauf élection anticipée décidée par le Parlement lui-même. (art.105) L'assemblée est présidée par un Speaker, député élu à cette fonction par ses pairs. (art.107) L'actuel président de l'Assemblée, suite aux législatives de 2012, est Theo Zurenuoc[5].

Un député doit avoir au moins 25 ans, et avoir résidé dans sa circonscription au moins deux ans au moment de l'élection, ou bien au moins cinq ans au cours de sa vie. (art.103)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Adresse sur le site du Parlement
  2. (en) "The National Parliament Building", ambassade de Papouasie-Nouvelle-Guinée aux Amériques
  3. (en) Constitution de l'État indépendant de Papouasie-Nouvelle-Guinée
  4. a et b "Papouasie-Nouvelle-Guinée : système électoral", Union inter-parlementaire
  5. (en) "Peter O’Neill elected as PNG Prime Minister", Radio New Zealand International, 3 août 2012