Pariser Zeitung

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Pariser Zeitung était un périodique en langue allemande paraissant à Paris sous l’Occupation, de 1941 à 1944[1], mais comprenant des pages françaises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 5 octobre 1940, la Deutsche Zeitung commença à paraître comme organe officiel de l’Occupation allemande en France. En janvier 1941, le Pariser Zeitung la remplaça. L’immeuble du Pariser Zeitung était installé au 100 rue Réaumur, à la place du journal L’Intransigeant.

Généraliste, le journal couvre tous les aspects de l’actualité : économie, guerre, social, politique, culture, faits-divers. Il a publié une « carte spéciale » des établissements et boites de nuit recommandés à Paris. Son annuaire du spectacle recense 102 boîtes de nuit où les soldats allemands peuvent faire la fête sans souci. Parmi ses plumes françaises, Raymond Signouret, Denise Petit et Georges Oltramare, qui signe « Charles Dieudonné ».

Son imprimerie est plusieurs fois la cible d’attentats des résistants. À la Libération, il est remplacé par le quotidien Défense de la France, fondé par le résistant Philippe Viannay.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Presse et propagande allemandes en France occupée : des Moniteurs officiels (1870-1871) à la Gazette des Ardennes (1914-1918) et à la Pariser Zeitung (1940-1944), thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, par Andreas Laska, sous la codirection de Pierre Albert et Ursula E. Koch, Université de Paris II – Panthéon-Assas, 2003.