Paris Sciences et Lettres - Quartier latin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PSL.
Paris Sciences et Lettres
Image illustrative de l'article Paris Sciences et Lettres - Quartier latin
Informations
Fondation 8 juillet 2010
Type Fondation de cooperation scientifique
Localisation
Ville Paris
Pays Drapeau de la France France
Campus Quartier latin, Jourdan, Porte Dauphine, Meudon
Direction
Président Vacant
Chiffres clés
Chercheurs 2 500
Étudiants 14 000
Doctorants 1 800
Divers
Site web www.univ-psl.fr/

Paris Sciences et Lettres (PSL), est un pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) qui a évolué, en 2014, en communauté d'universités et établissements, constitué sous la forme d’une fondation de coopération scientifique rassemblant dix-huit institutions d’enseignement supérieur et de recherche situées à Paris et en région parisienne, ainsi que trois organismes nationaux de recherche.

La fondation PSL porte plusieurs projets de développement, d'abord dans le cadre du Plan campus, puis dans le cadre des Investissements d'avenir.

La fondation a été présidée lors de sa création par Claude Cohen-Tannoudji, lauréat du Prix Nobel de physique en 1997. Elle est présidée jusqu'à sa démission[1] à l'automne 2014 par Monique Canto-Sperber[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Paris Sciences et Lettres a été originellement constituée en 2010[3] sous la forme d'une fondation de coopération scientifique « réunissant l’ensemble des disciplines académiques et des champs de la recherche fondamentale »[4]. Les statuts de cette dernière ont été adoptés par les conseils d’administration des 5 membres fondateurs. Son existence juridique a été validée par la parution au Journal officiel du décret ministériel du 8 juillet 2010 officialisant sa création[5]. Ces statuts ont été modifiés par décret du 20 janvier 2012[6] pour prendre en compte en particulier l'élargissement du périmètre de la Fondation et le contexte des initiatives d'excellence.

« L’ambition de la Fondation est de constituer un campus unifié où les mutualisations sont nombreuses, où les étudiants circulent librement d’un établissement à l’autre et qui soit doté d’une très grande visibilité internationale liée à l’excellence et au dynamisme de sa recherche et de son offre de formation. »[4]

Avec la création de cette Fondation, les membres fondateurs « se dote[nt] d’une gouvernance resserrée, réactive, garantissant la cohérence du projet et respectant l’identité de chacune des institutions. [...] La Fondation est à la fois la structure chargée d’exercer les compétences et de mettre en œuvre les activités communes que lui confient ses membres et le lieu de la coordination de leurs politiques d’établissement. [Elle] permettra d’élaborer une stratégie partagée de rénovation immobilière au service de son développement. »[4]

À l'été 2011 les premiers membres fondateurs ont été rejoints par huit autres institutions, membres fondateurs ou membres associés, ainsi que par trois organismes de recherche nationaux.

Dates clés[modifier | modifier le code]

  • 16 avril 2010: 1ère phase du regroupement PSL (5 établissements de la Montagne Sainte-Geneviève)
  • 7 janvier 2011: 2nde phase de regroupement (11 autres établissements dont une université, et 3 grands établissements de recherche)
  • 4 juillet 2011: Annonce de la sélection IDEX de PSL
  • Convention de pré financement: Une avance de 10 M d'€ est versée par le gouvernement
  • 13 décembre 2011 : Signature des statuts de la fondation PSL (9 membres fondateurs et 7 associés dont l'INRIA)[7]
  • 19 avril 2012 : la convention de financement de PSL est signée avec l'ANR (750 M d'€ de dotation en capital)
  • 18 décembre 2013 : MINES ParisTech devient membre fondateur de la Fondation de coopération scientifique à l'unanimité des votes du conseil d'administration
  • 18 décembre 2013 : l'accord de consortium est voté à l'unanimité des membres de la FCS PSL

Membres[modifier | modifier le code]

Les institutions membres couvrent une grande variété de champs académiques, de l'astrophysique (Observatoire de Paris) à la création artistique (Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, Conservatoire national supérieur d'art dramatique, École nationale supérieure des arts décoratifs, École nationale supérieure des beaux-arts, La Fémis), en passant par l'économie (Université Paris-Dauphine, Institut Louis Bachelier[8]), les sciences de l'ingénieur (Mines ParisTech, École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris, École nationale supérieure de chimie de Paris) ou la recherche médicale (Institut Curie). Les deux institutions qui apparaissent comme pilotes du projet, en raison de leur prestige et du champ académique qu'elles couvrent, sont l'École normale supérieure (de la rue d'Ulm) et le Collège de France. Le groupement inclut également la Fondation Pierre-Gilles de Gennes pour la recherche, dont la fonction principale est d'encourager la valorisation socio-économique de la recherche[9].

Trois organismes nationaux de recherche, le CNRS, l'INSERM et l'INRIA, qui sont très présents dans le périmètre de PSL en tant que cotutelles de laboratoires, sont aussi membres de la fondation.

Liste :

Fondateurs Associés
Collège de France École nationale supérieure des arts décoratifs
Chimie ParisTech École nationale supérieure des beaux-arts
École normale supérieure Conservatoire national supérieur d'art dramatique
ESPCI ParisTech Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
Institut Curie Institut Louis Bachelier
MINES ParisTech Fondation Pierre-Gilles de Gennes pour la recherche
Observatoire de Paris IBPC - Fondation Edmond de Rothschild
Université Paris-Dauphine Lycée Henri-IV
CNRS INRIA
INSERM La fémis - École nationale supérieure des métiers de l'image et du son


Labels et financements liés aux "investissements d'avenir" (2010-2012)[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du grand emprunt, ou des "investissements d'avenir", PSL* a déposé plusieurs projets qui ont été retenus. Le financement de l'initiative d'excellence (IDEX) englobe celui des laboratoires d'excellence (LABEX). Les équipements d'excellence (EQUIPEX) disposent d'un financement propre, tout comme les Instituts Carnot et les Sociétés d'accélération du transfert de technologies.

Initiative d'excellence PSL*[modifier | modifier le code]

le pôle de recherche et d'enseignement supérieur Paris Sciences et Lettres - Quartier latin a été à l'origine de l'initiative d'excellence baptisée PSL*. Elle regroupe désormais 21 membres situés à Paris et dans la région parisienne. Le 25 mars 2011, le projet PSL* a intégré un groupe restreint de 7 projets pré-sélectionnés[10]. Le 19 mai 2011, le dossier de sélection Idex a été déposé, donnant lieu à la publication d'un résumé opérationnel[11]. Le projet était finalement sélectionné en juillet 2011, en même temps que deux autres projets, présentés par les Universités de Bordeaux et Strasbourg[12].

La diversité des participants au projet a été parfois mentionnée comme une source de faiblesse pour le projet[13], mais les défenseurs de PSL* soulignent la complémentarité entre les établissements et le potentiel de collaboration[14].

Le groupe ainsi formé représente à l'époque le 17e groupe par son nombre de doctorats décernés par an, ainsi que par son nombre de membres de l'institut universitaire de France, le 15e par son nombre de chercheurs travaillant dans un laboratoire classé « A » ou « A+ » par l'AERES, le 3e par son nombre de financements obtenus auprès de l'European research council, le 7e par son nombre de titulaire d'une médaille du CNRS, soit le 13e groupe en général en utilisant ces critères[15].

Université Paris-Dauphine
Collège de France


Équipements d'excellence[modifier | modifier le code]

L'établissement présente des projets dans le cadre des équipements d'excellence. Le 20 janvier 2011, Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a dévoilé la liste des 52 équipements d'excellence sélectionnés en première vague. Les institutions de PSL* ont obtenu 8 Equipex, sur les 10 qu'elles avaient initialement présentés. Les projets disposent d'un financement qui va de 2 à 10 millions d'euros.

Les Equipex présentés par PSL* recouvrent l'ensemble des domaines que couvre le projet, des sciences humaines et sociales aux sciences exactes. Plusieurs ont un caractère interdisciplinaire. Ils associent, dans la plupart des cas, des institutions extérieures à PSL*, de même que les équipes de PSL* appartiennent souvent à des Equipex portés par d'autres centres[16]. Les Equipex retenus sont les suivants :

  • D-FIH (Données financières historiques) constitue une base de données sur les marchés financiers français sur une longue période (Domaine: Sciences humaines et sociales; Partenaires: Institut Louis Bachelier, GIS Quetelet, Pôle de compétitivité Finance innovation; budget: 3,1 M €).
  • Equip@meso (Équipement d'excellence de calcul intensif de Mesocentres coordonnés - Tremplin vers le calcul petaflopique et l'exascale) renforce le réseau de centres régionaux de calcul à haute performance (Domaine: Sciences informatiques; Partenaires: GENCI / Université de Strasbourg, universités Joseph Fourier de Grenoble, Claude Bernard de Lyon, Pierre et Marie Curie, universités de Toulouse, de Provence, de Reims - Champagne - Ardenne (URCA), PRES Paris et Sciences et Lettres, CEA, Centre de ressources informatiques de Haute-Normandie (CRIHN); budget: 10,5 M €).
  • Planaqua (PLAteforme expérimentale NAtionale d'écologie aQUAtique) établit une infrastructure expérimentale pour l'étude des systèmes aquatiques.
  • ICGex (Equipement de biologie intégrative du cancer pour une médecine personnalisée) intègre des données génomiques dans des programmes de recherche à grande échelle sur les mécanismes de développement du cancer (Domaine: Sciences de l'environnement; Partenaires: École normale supérieure Ulm / CNRS, Universités Paris 6, Paris11, AgroParisTech, Institut de recherche pour le développement (IRD), Muséum national d'histoire naturelle (MNHN); budget: 3,2 M €).
  • IPGG (Institut Pierre Gilles de Gennes pour la microfluidique) crée l'infrastructure et les équipements du projet de plateforme fédérative dédiée à la microfluidique (Domaine: Nanotecnologies; Partenaires: Fondation Pierre Gilles De Gennes / École supérieure de physique et de chimie industrielles (ESPCI), Institut Curie, ENS, Ecole nationale supérieure de chimie de Paris (ENSCP); budget: 6,2 M €).
  • Paris-en-Resonance (Résonance Magnétique: de la Polarisation Nucléaire Dynamique à l'Imagerie à 800 MHz à Paris) associe la spectroscopie RMN, l'IRM et la polarisation nucléaire dynamique (DNP) à haut champs 800 MHz (Domaine: Biologie- santé; Partenaires: ENS / Laboratoire de biomolécules, Université Paris Descartes, Laboratoire Conditions extrêmes et matériaux : haute température et irradiation (CEMHTI - Université d'Orléans, CNRS), Hôpital Pitié-Salpêtrière, UPMC, Collège de France, Institut Pasteur, Institut Curie, Institut de biologie physico - chimique (Paris-Diderot, CNRS); budget: 3,6 M €).
  • Ultrabrain (Thérapie et Neurostimulation cérébrale de très haute précision par Ultrasons Transcraniens) établit une plateforme de recherche clinique pour la chirurgie non invasive du cerveau par ultrasons focalisés, ainsi que pour la neurostimulation non invasive à haute précision (Domaine: Biologie- santé; Partenaires: Fondation Pierre Gilles de Gennes / Institut Langevin (ESPCI-PARISTECH), CNRS 2; budget: 0.8 M €).
  • BEDOFIH [17] : Porté par Eurofidai, le projet BEDOFIH vise à créer une base de données financières européenne à haute fréquence, permettant une analyse très précise de la dynamique de plus en plus rapide des marchés financiers européens. Actuellement, la recherche sur les marchés financiers européens est freinée par le manque de données disponibles. Grâce au projet BEDOFIH, les chercheurs pourront s'appuyer sur des historiques de données européennes à haute fréquence, et ainsi travailler sur la conception de modèles plus fiables et la définition de nouvelles modalités de régulation financière. C'est pour cette dernière raison que l'Autorité des Marchés Financiers, aussi bien que la Direction Générale du Trésor, ont soutenu le projet.
MINES ParisTech

Laboratoires d'excellence[modifier | modifier le code]

11 Laboratoires d'excellence (Labex) sont portés par PSL. D'autres sont soit portés par un établissement membre de PSL* dans le cadre d'un projet régional ou national, soit portés par un Réseau thématique de recherche avancée dont les membres de PSL sont fondateurs : FIRST-TF, L-IPSL, OSE et SMP. Par-delà les 11 Labex sélectionnés, les institutions de PSL sont impliquées, par leurs unités de recherche, dans de nombreux autres laboratoires d’excellence : on peut ainsi citer Laboratoire des arts et médiations humaines, Industries culturelles et création artistique. Numérique et internet, Lifesenses, UnivEarthS, MiChem, Matisse et l’Institut Lagrange de Paris[18].

Observatoire de Paris
  • ENS-ICFP[19] : l’objectif du Labex est d’augmenter l’attractivité internationale du département de physique de l'ENS.
  • IEC[20] : Création d'un Institut d'Étude de la Cognition (IEC) à l'École normale supérieure.
  • IPGGM[21] : création d'un nouvel institut consacré à la recherche fondamentale en micro-fluidique et aux applications de « laboratoire sur puce ».
  • MemoLife[22] : renforcer les collaborations entre scientifiques travaillant à différents niveaux de la biologie du vivant dans le but d’étudier tous les niveaux du concept de mémoire dans les organismes vivants.
  • TransferS[23] : étudier la façon dont les transferts culturels ont façonné les sociétés et les cultures de l’Antiquité à nos jours.
  • WIFI[24] : devenir la référence mondiale dans le domaine de la physique des ondes et de l'imagerie. Les retombées attendues vont de la médecine à la défense en passant par la biologie, les interfaces homme-machine, la géophysique et les communications.
  • DEEP [25] : DEEP propose d'utiliser une stratégie intégrée pour comprendre le lien entre le génotype et le phénotype. Ses équipes explorent simultanément les concepts de l'épigénèse et de l'épigénétique dans des systèmes biologiques variés (depuis la levure jusqu'aux modèles mammifères).
  • ESEP [26] : réseau de laboratoires d'Île de France et de la région Centre pour concevoir les futures générations d'instruments spatiaux.
  • Celtisphybio [27] : ce projet a pour objectif de mettre en place un Centre de Recherche qui s'appuie sur la Physique et la Biologie Cellulaire pour approfondir notre connaissance des fonctions cellulaires, comme le transport intracellulaire, la dynamique du cytosquelette ou la division cellulaire. Cela permettra notamment d'améliorer la compréhension des mécanismes de croissance tumorale et de développer de nouvelles approches thérapeutiques contre le cancer.
  • DCBIOL [28] : le projet a pour objectifs l'étude des mécanismes cellulaires impliqués dans le déclenchement et le contrôle des réponses immunitaires et inflammatoires avec des applications thérapeutiques.
  • FCD [29] : le Labex porte sur l'étude de la finance au regard de la crise économique actuelle et des grands enjeux socio-économiques que sont le changement démographique, les problèmes environnementaux et le vieillissement de la population. Il s'agit de donner un nouveau fondement au développement de la finance, qui devrait désormais être placée au service de la croissance durable. Le projet se décline en quatre composantes principales : finance du développement durable, finance des transitions économiques et démographiques, risques et régulation, finance comportementale.

Les Projets de recherche financés par PSL[modifier | modifier le code]

Effet Meissner: lévitation d'un aimant au dessus d'un supra-conducteur

Les Projets généraux[modifier | modifier le code]

Destinés à l'ensemble des chercheurs et enseignants chercheurs de PSL, les appels à projets sont destinés à renforcer l'excellence de la recherche au sein de l'Idex, à construire des synergies entre les disciplines et les institutions membres, à structurer les principaux domaines de recherche sur l'ensemble de l'Idex. Ils recouvrent trois domaines : - chaires d'excellence avec leur environnement recherche sur des thématiques particulièrement stratégiques pour PSL. Ces chaires pourront conduire au recrutement de chercheurs ou de professeurs. - financement d'équipes de recherche recrutées sur des projets structurants qui peuvent être transdisciplinaires. - financement de restructuration/rapprochement entre équipes existantes au sein d'une même thématique entre plusieurs institutions de PSL ou à l'échelle de PSL. À l'issue du premier appel, 11 projets ont été retenus, impliquant 10 établissements membres de PSL (1 chaire d'excellence Junior, 1 chaire d'excellence Senior, 3 financements d'équipes recrutées sur projet structurant, 6 rapprochements d'équipes).

Les Projets exploratoires premier soutien[modifier | modifier le code]

L'IdEx PSL et le CNRS ont lancé en juillet 2012 un premier appel à projets commun 'Projets Exploratoires Premier Soutien (PEPS) visant à favoriser la recherche interdisciplinaire sur le site de PSL. Ces PEPS ont une double vocation : soutenir des projets innovants destinés à préparer des réponses à des appels nationaux et européens,favoriser l'intégration disciplinaire et interdisciplinaire des communautés impliquées. Un PEPS peut également servir de fond de démarrage pour des jeunes chercheurs en vue de création ou de reconversion d'équipes. Un montant total de 400 k€ (200K€ CNRS, 200K€ PSL) a permis de financer des projets d'une durée d'un an et d'un montant maximal de 30 k€. 18 projets, toutes disciplines confondues, ont été retenus à l'issue de ce premier appel [30].

Instituts Carnot[modifier | modifier le code]

La seconde vague des appels d'offres pour les Instituts Carnot a débouché sur l'obtention par PSL* et les institutions associées de deux Instituts Carnot, alors que trois avaient été proposés[31]:

  • Curie-Cancer (porté par l'Institut Curie) qui doit faciliter les transferts vers l'industrie dans la lutte contre le cancer.
  • ICI (porté par l'INRIA) qui doit promouvoir les usages industriels des technologies numériques.

Le label Carnot est un label d'excellence attribué pour 5 ans qui vise à encourager la recherche partenariale (public-privé). Il permet aux projets concernés d'obtenir des financements supplémentaires de l'État en même temps que des revenus issus de leurs accords avec le secteur privé.

École normale supérieure

La Formation à PSL[modifier | modifier le code]

De la licence au Doctorat, PSL dispose d'une offre de formation globale, reposant sur un concept de formation par la recherche. Tous les champs disciplinaires y sont enseignés : de l'astrophysique à la création artistique, des mathématiques aux humanités classiques. La réunion des 20 institutions membres de PSL a notamment permis l'émergence de nouveaux parcours : PSL-ITI, le doctorat SACRe et le Cycle Pluridisciplinare d'Etudes Supérieures.

Institut de Technologie et d'Innovation (PSL-ITI): innovation et entrepreneuriat [32][modifier | modifier le code]

Lancé à la rentrée 2014, PSL-ITI est l'œuvre de quatre institutions membres de PSL (Chimie ParisTech, ESPCI ParisTech, MINES ParisTech et L'École normale supérieure). Le projet inclut le concours d'autres membres de PSL : l'Université Paris-Dauphine, l'Institut Curie, l'Observatoire de Paris, le Collège de France, l'École nationale supérieure des Arts Décoratifs. Il repose aussi sur partenariat renforcé avec l'École nationale des ponts et chaussées. Tourné vers l'entreprise et l'innovation, PSL-ITI propose un nouveau parcours doctoral de quatre ans conforme aux standards internationaux qui comprend :

- une année pré-doctorale (préparation au Doctorat) inédite dans le paysage universitaire français, et entièrement tournée vers : o des apprentissages aux interfaces disciplinaires o une formation à l'innovation et à l'entrepreneuriat. Le Diplôme Supérieur de Recherche et d'Innovation de PSL-ITI délivré à l'issue de cette année pré-doctorale valide une formation de niveau BAC+6 qui donne accès au Doctorat de PSL-ITI.

- Un programme doctoral tourné vers l'innovation appuyé sur une École Doctorale, en cours de création, et des financements doctoraux dédiés. La formation se poursuit par un travail de thèse mené en partenariat avec un des laboratoires de PSL.

le Cycle Pluridisciplinaire d'Études Supérieures (CPES) [33][modifier | modifier le code]

Forme innovante de premier cycle, le CPES a été créé en 2012 sous l’égide de Monsieur le Recteur de l’académie, Chancelier des Université de Paris, par l’Université de Recherche Paris Sciences et Lettres et le Lycée Henri-IV, membre associé de PSL. En 2013-2014, l'ENS, l’ESPCI ParisTech, MINES ParisTech, l’Observatoire de Paris et l’Université Paris-Dauphine, tous membres de PSL, deviennent à leur tour porteurs du projet. Le Lycée Louis-le-Grand en devient partenaire. L'ambition du CPES est de faire converger les filières CPGE/Grandes Écoles et Universités en associant les atouts de chacune : l’intensité et la qualité des cours, l’encadrement et le suivi pédagogique, les effectifs limités dans des groupes-classes, autant de caractéristiques qui sont celles des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) ; l’apprentissage de l’autonomie, la diversité des choix de spécialisation, la formation par la recherche spécificités propres aux meilleures universités. Ce cycle novateur entend également favoriser la diversité des parcours et des profils, ainsi que la mixité sociale : ses promotions comptent au minimum 50% d’élèves boursiers.

le Doctorat SACRe [34][modifier | modifier le code]

SACRe (Sciences, Art, Création, Recherche) est le doctorat qu'ont créé en se rassemblant six établissements membres de PSL : le Conservatoire national supérieur d'art dramatique, le conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, l'École nationale supérieure des arts décoratifs, l'École nationale supérieure des beaux-arts, l'École normale supérieure et La fémis. L’objectif est double. Il s'agit d'une part de stimuler les échanges et les synergies entre des domaines que l’université séparait jusqu’ici : sciences humaines et sociales, sciences exactes, création artistique. Il s'agit d'autre part de rénover et ressourcer les modes et les méthodes d’expérimentation, de pensée, d’invention et d’innovation aussi bien des plasticiens, musiciens, cinéastes, metteurs en scène, acteurs ou designers, que des chercheurs en sciences exactes, en sciences humaines et sociales. Ce nouveau doctorat s’inscrit dans l’organisation des cursus d'enseignement supérieur européens, dite L.M.D. (Licence, Master, Doctorat).

La Diffusion des savoirs à PSL[modifier | modifier le code]

PSL compte plusieurs établissements reconnus dans le domaine de la création, de la conservation et de la diffusion des savoirs (Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes de l'ESPCI ParisTech, Musée Curie, Musée des Mines, Observatoire de Paris, Palais des Beaux-Arts, Cabinet des dessins Jean Bonna etc.[35]). Ils totalisent un patrimoine important et pluridisciplinaire de plus de 500 000 objets (instruments, dessins, photographies, plaques de verre, mobilier, décors, etc). Dans le cadre de l'université de recherche, ces établissements mutualisent leurs forces et leurs compétences pour atteindre un triple objectif : • Développer l'offre documentaire et promouvoir la production et l'usage de l'information scientifique numérique au sein du Liberlabo • Concevoir un espace commun d'expérimentation et d'exposition : le FaberLabo • Renforcer la diffusion des savoirs Ce partenariat vise à proposer une offre inédite de services intégrés articulant de façon globale bibliothèques, centres de ressources, archives, systèmes d'information, édition scientifique papier ou en ligne et diffusion des savoirs. Une plateforme documentaire et patrimoniale sera mise en œuvre afin de réunir étudiants, chercheurs et enseignants autour d'outils communs, de plates-formes collaboratives et d'espaces d'échanges. Elle aura également vocation à diffuser auprès d'un large public les ressources conservées ou produites par PSL.

Entrée du Musée Curie
collection de lapidaires de la chapelle de l'ENSBA


Orchestre et Chœur PSL[modifier | modifier le code]

L'Orchestre et Chœur Paris Sciences et Lettres [36] est un ensemble choro-symphonique ouvert à l'ensemble de la communauté universitaire de l'Université de recherche PSL : étudiants, chercheurs, enseignants, personnel. La saison musicale de l'Orchestre et du Chœur PSL comporte 5 programmes différents [37]. Il intègre des œuvres contemporaines. L'invitation de solistes de stature internationale permet aux étudiants de côtoyer des grands noms de l'interprétation musicale. Johan Farjot [38] est le directeur artistique et musical de l'Orchestre et Chœur PSL. Autour de lui, une équipe permanente de six professionnels assure l'encadrement musical. Arnaud Thorette est le premier violon de l'orchestre.

Association sportive PSL[modifier | modifier le code]

Créée en 2013, l'association sportive Paris Sciences et Lettres [39] se fixe une triple ambition : - promouvoir, organiser et favoriser la pratique de toutes les activités physiques et sportives par les étudiants et le personnel de PSL : Body tonic, musculation, Krav Maga, squash, golf, zumba, parachutisme, football américain. - organiser et promouvoir les activités sportives pour tous les étudiants de PSL dans le cadre des compétitions universitaires - représenter PSL dans toutes les épreuves sportives universitaires.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cf. lemonde.fr, 19 septembre 2014: "la récente démission forcée de Monique Canto-Sperber, présidente de Paris sciences et lettres" [1]
  2. Benoît Floc'h, « Monique Canto-Sperber quitte Normale sup pour la fondation « Paris Sciences et Lettres » », Le Monde,‎ 22 février 2012 (lire en ligne)
  3. Romain Parlier, « Cinq grandes écoles parisiennes créent une fondation », dans Le Monde du 16 avril 2010.
  4. a, b et c Extraits des statuts adoptés par les conseils d’administration des 5 membres fondateurs de Paris Sciences et Lettres - Quartier latin.
  5. Décret du 8 juillet 2010 portant approbation des statuts de la fondation de coopération scientifique « Paris Sciences et Lettres - Quartier latin », JORF no 158 du 10 juillet 2010, p. 12809, texte no 33, NOR ESRS1014096D, sur Légifrance.
  6. Décret du 20 janvier 2012 portant approbation des modifications apportées aux statuts d'une fondation de coopération scientifique, JORF no 0018 du 21 janvier 2012, p. 1211, texte no 27, NOR ESRR1133514D, sur Légifrance.
  7. Statuts de la fondation de coopération scientifique Paris Sciences et Lettres - Quartier Latin, consulté le 3 mai 2012
  8. Site web de l'Institut Louis Bachelier
  9. Descriptif des objectifs de la FPGG disponible sur son site officiel
  10. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid55559/initiatives-d-excellence-7-projets-pre-selectionnes.html Communique du MESR, 25 mars 2011.
  11. http://www.parissciencesetlettres.org/psl/media/psl_fr/UPL5981167207320759218_PSLetoile_resume_operationnel.pdf Résumé opérationnel du projet PSL*, 19 mai 2011.
  12. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid56778/trois-premieres-initiatives-d-excellence-selectionnees.html Communiqué du MESR, 4 juillet 2011.
  13. Blog de Gilbert Béréziat, professeur à l'UPMC (membre de l'Initiative d'excellence concurrente SUPER).
  14. "Le Figaro", 5 juillet 2011, "Paris sciences et lettres vise à valoriser la recherche"
  15. Philippe Jacqué, « Initiatives d'excellences : l'état des forces scientifiques en présence », lemonde-educ.blog.lemonde.fr, 11 mars 2011, consulté le 16 avril 2011
  16. Descriptif des participants aux 52 Equipex retenus, 20 janvier 2011.
  17. [2]
  18. Communiqué de presse PSL*, 25 mars 2011.
  19. Laboratoire Kastler-Brossel
  20. Institut d'Étude de la Cognition
  21. Institut Pierre-Gilles de Gennes
  22. l’Institut de Biologie de l’École normale
  23. Labex TransferS
  24. Labex WIFI
  25. [3]
  26. [http: // http://www.univ-psl.fr/default/EN/all/research_fr/ESEP.htm
  27. [http: //www.univ-psl.fr/default/EN/all/research_fr/celtisphybio.htm
  28. [4]
  29. [5]
  30. [6]
  31. Instituts Carnot sur le site du Ministère de la Recherche
  32. [7]
  33. [8]
  34. [9]
  35. [10]
  36. [11]
  37. [12]
  38. [13]
  39. [14]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]