Pariétaire officinale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


La Pariétaire officinale (Parietaria officinalis L.) est une plante herbacée, vivace, de la famille des Urticaceae. Souvent accrochée au vieux murs, étalant ses tiges rousses, elle a reçu de nombreux noms vernaculaires évocateurs : Perce-muraille, Casse-pierre, Espargoule, Gamberoussette[1] (Haute-Provence), ou encore Herbe à bouteille. Elle est couverte de poils non urticants mais son pollen est une des sources d’allergènes les plus importantes du Midi.
Parietaria désignait déjà en latin une plante croissant sur les murs, peut-être une pariétaire. Le terme était une substantification au féminin de l’adjectif parietarius «de mur», dérivé de paries, -etis «paroi». Officinalis officinal, c'est-à-dire en vente dans les officines des pharmaciens. Le terme vient du latin officina « atelier, officine ».

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante herbacée, parfois rougeâtre, à tige velue, dressée, peu ramifiée, assez cassante, mesurant de 10 à 70 cm de hauteur et à forte souche. Les poils couvrant les tiges et les nervures sont courbes et non urticants.

Les feuilles alternes, elliptiques-lancéolées, entières, pétiolées, sont atténuées aux deux extrémités. Le limbe peut faire de 1 à 9 cm et comporte des cystolithes.
Les fleurs sont petites (2-4 mm), subsessiles, verdâtres et réunies par (3-) 5 (-7) en glomérules, à l’aisselle des feuilles et le long de la partie supérieure de la tige. Sur la même plante, on trouve trois types de fleurs : des fleurs femelles (en général, une au centre du glomérule), quelques rares fleurs mâles et des fleurs hermaphrodites entourées de bractées libres et d’un périgone 4-lobé, croissant en tube campanulé (<3mm) après la fécondation. Les 4 étamines sont repliées dans le bouton et se redressent brutalement à l’anthèse en envoyant un nuage de pollen au loin.
Le fruit est un akène, ovoïde, noir, brillant, d’environ 1.5-1.8 mm qui reste entouré du périgone sec (accrescent pour la fleur hermaphrodite, non accrescent pour la fleur femelle).
La floraison s’étale d'avril-mai à octobre.

Parietaria officinalis (cliquer en 2 temps pour agrandir)

Habitat, Répartition[modifier | modifier le code]

Elle est plus abondante dans le sud de l'Europe qu'au nord. En France, elle est très présente dans certaines régions de Corse. Elle est absente de l'ouest de la France et rare dans le nord.

On la trouve dans l’Europe méridionale et centrale et dans l’Asie du sud-ouest.
Elle affectionne plus spécialement les terrains sec ou bien drainés, les rochers ou les éboulis, les friches, ruines, décombres et chantiers. C'est une plante rudérale qui pousse souvent au pied des murs et sur les vieux murs (comme son nom l'indique).

Allergénicité[modifier | modifier le code]

Très allergissant, le pollen de pariétaire, est répandu dans l'air par le vent, durant une période aussi importante que celle des graminées, s’étalant d’avril-mai à la mi-octobre. Mais, bien que très fin (10 à 15 μm de diamètre) et très léger (0.65 ng) , il n'est pas d’ordinaire transporté loin[2].
Les pollinoses à la pariétaire sont rares chez les enfants de moins de 15 ans et concernent surtout les personnes nouvellement installées dans une région exposée. Elles se manifestent par des démangeaisons des yeux, du nez et de l’arrière gorge (rhinite allergique saisonnière, le « rhume des foins »).
Le pollen des diverses espèces de pariétaires est responsable dans les pays du pourtour méditerranéen de rhinoconjonctivites persistantes et d’asthmes sévères[3].
Le pollen de pariétaire officinale peut induire des réactions allergiques croisées fortes avec les pollens de pariétaire de Judée, d’ortie et de cannabis. L’allergène majeur du pollen de Parietaria officinalis est une glycoprotéine, Par o I.

Composants[modifier | modifier le code]

Usages médicinaux[modifier | modifier le code]

  • Bref historique :

« Connue des médecins des premiers siècles, qui l'indiquaient dans la toux, les maux de gorge, les maladies de peau, les tumeurs, les traumatismes, célébrée comme vulnéraire et antilithiasique [contre la formation des calculs rénaux] à la Renaissance, elle gardera de nombreux usages jusqu'au XVIIIe siècle. Très dénigrée au XIXe siècle, elle est peu usitée officiellement de nos jours, malgré une expérimentation favorable. Dans les campagnes, on lui fait encore confiance çà et là »[4].

  • Propriétés et usages reconnus par la tradition :

« Riche en mucilage et en nitrate de potasse, la pariétaire est adoucissante et puissamment diurétique. L'infusion (10 g de plante fraîche bien lavée, ou 15-30 g de plante sèche, par litre d'eau ; aromatiser au zeste de citron, au fenouil, etc. ; 4 tasses par jour) est indiquée dans diverses affections (lithiase urinaire, strangurie, oligurie, cystite, néphrite, hydropisie, congestion pulmonaire, grippe). Elle est considérée également comme dépurative, cholagogue, antirhumatismale en pratique populaire. Le suc a été prescrit dans certains troubles nerveux, contre l'épilepsie, les syncopes, les menaces d'éclampsie ; en usage externe, elle peut être appliquée sur les hémorroïdes, les inflammations, les ulcères »[4]
Jadis, en infusion, son indication préférentielle était pour les maladies des voies urinaires (néphrite en particulier).
Les cataplasmes de feuilles broyées ont une action lénitive sur les brûlures superficielles.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Lieutaghi, L’herbe qui renouvelle : un aspect de la médecine traditionnelle en Haute-Provence, Editions MSH,‎ 1986 (ISBN 2735101819)
  2. Pollen, pollinoses et météorologie, La Météorologie n°20, 1997
  3. P. Demoly, P. Godard et J. Bousquet, « Une synthèse sur l’épidémiologie de l’asthme », Revue Française d’Allergologie et d’Immunologie Clinique, vol. 45, no 6,‎ 2005
  4. a et b Encyclopedia Universalis, article de Pierre Lieutaghi