Parfums Caron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Parfums Caron

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Caron

Création 1904
Dates clés Vente en 1962 à un groupe suisse
Vente au groupe Cora-Revillon en 1987
Vente à L.T. Piver en 1997[1]
Vente au groupe Phyto-Lierac, (devenu groupe Alès) en 1998[2]
Fondateurs Ernest Daltroff
Personnages clés Félicie Wampouille
Michel Morsetti
Forme juridique S.A.S
Siège social Drapeau de France 99 rue du Faubourg-Saint-Honoré (Paris(France)
Direction Romain Alès
Activité Parfums
Société mère Alès Groupe
Site web http://www.parfumscaron.com

Parfums Caron est une maison de haute-parfumerie française, créée par Ernest Daltroff (1867-1941) en 1904.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tabac blond, parfum créé en 1919 par Caron.

Ernest Daltroff commence à travailler dans une petite parfumerie à Asnières-sur-Seine à l'âge de 35 ans. En 1904, il ouvre sa propre boutique à Paris, au 10 rue de la Paix. Il y a deux origines possibles pour le nom « Caron » : soit le nom d'un célèbre acrobate de l'époque, soit le nom de l'établissement précédent son commerce, l'enseigne Anne-Marie Caron ; quoi qu'il en soit, le nom plaît à Ernest Daltroff puisqu'il est court, se retient facilement et peut se prononcer en plusieurs langues tout en étant associé à la France. Il rencontre ensuite la styliste Félicie Wanpouille, qui va devenir sa compagne et a l'avantage de fréquenter le Tout-Paris de la création (Coco Chanel, Jeanne Lanvin, etc.)[3].

Leur premier grand parfum est Narcisse Noir, créé en 1911, « un jus envoûtant, subtil et fort [qui] plaît immédiatement à la haute société », au point que l'actrice américaine Gloria Swanson exige que les studios où elle tourne en soit embaumés. Autre réussite, En Avion (1932), offert à l'aviatrice Hélène Boucher (amie de Félicie Wanpouille) avant sa traversée de l'Atlantique ; celle-ci déclarera ensuite : « sans ce parfum, je ne serais peut-être pas arrivée jusqu'au bout ». En 1934 sort Pour un homme. Par ailleurs, le couple met au point une technique de fabrication particulière, dite de la « poudre libre », encore utilisée de nos jours. Ernest Daltroff, d'origine juive polonaise, quitte la France après son invasion par l'Allemagne, en 1939. Il s'installe aux États-Unis, notant dans un carnet, alors qu'il passe devant la statue de la Liberté (New York) : « je ferai un jour un parfum pour remercier ce pays de me rendre ma liberté ». Toutefois, il décède en 1941 au Canada, à 73 ans. Félicite Wanpouille dirige ensuite la maison jusqu'à sa mort, en 1967 ; elle participe à créer de nouvelles essences comme Poivre[3].

Après plusieurs années difficiles, la maison Caron est reprise en 1998 par Patrick Alès (Alès Groupe) ; son fils Romain lui succède par la suite[3].

Liste de parfums[modifier | modifier le code]

  • Royal Emilia (1904)
  • Royal Caron (1904)
  • Radiant (1904)
  • Bel Amour (1905)
  • Chantecler (1906)
  • Ravissement (1906)
  • Modernis (1906)
  • Affolant (1908)
  • Isadora (1910)
  • Parfum précieux (1910)
  • Rose précieuse (1910)
  • Narcisse noir (1911)
  • Jacinthe précieuse (1911)
  • Elégancia (1911)
  • Infini (1912)
  • Violette Précieuse (1913)
  • N'aimez que Moi (1916)
  • London Paris (1917)
  • Mimosa (1917)
  • Tabac Blond (1919)
  • Narcisse clanc (1922)
  • Bichon fard (1922)
  • Nuit de Noël (1922)
  • Acaciosa (1923)
  • Pocahontas (1923)
  • Pois de senteur de chez moi (1927)
  • Bellodgia (1927)
  • En Avion (1932)
  • Les Rocailles de Caron (1933)
  • Fleurs de rocaille (1934)
  • Pour un homme (1934), flacon créé par Félicie Wanpouille[4] et Michel Morsetti[5]
  • Les Cent Fards (1935)
  • Madame peau fine (1935)
  • Adastra (1936)
  • French Cancan (1936)
  • La Fête des roses (1936)
  • Alpona (1939)
  • Vœu de Noël (1939)
  • Rose de Noël (1939)
  • Royal Bain de champagne (1944)
  • Farnesiana (1947)
  • Yatagan (1976)
  • Nocturnes (1981), flacon créé par Pierre Dinand[5]
  • Le 3e Homme (1985), flacon créé par Pierre Dinand[5]
  • Parfum sacré (1990)[5]
  • Fleur de Rocaille (1993)
  • Aimez-Moi (1996)
  • L'Anarchiste (2000)
  • Yuzu Man (2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Dictionnaire des parfums - 10e édition 1990-1991, Sermadiras,‎ , 304 p.
  • Jean-Marie Martin-Hattemberg, Caron , parfumeur depuis 1904, éditions Milan, 2000

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Valérie Leboucq, « Philippe Bouriez cède les parfums Caron à LT Piver », Les Échos,‎ (consulté le 11 novembre 2012)
  2. « Phyto-Lierac acquiert les Parfums Caron », Les Échos,‎ (consulté le 11 novembre 2012)
  3. a, b et c Romain Alès, président des parfums Caron, interviewé par Anne-Cécile Beaudoin, « L'essence de l'homme - Caron », supplément de 4 pages au numéro 3418 de Paris Match du 20 au 26 novembre 2014.
  4. « Caron », in perfumesprojetcs.com, consulté le 10 février 2013.
  5. a, b, c et d Dictionnaire des parfums, pp. 78 et 79.

Lien externe[modifier | modifier le code]