Paresseux terrestre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les paresseux terrestres sont un groupe d'espèces éteintes de paresseux appartenant au super-ordre des mammifères  : les Xénarthres. Les derniers membres en vie du groupe semblent avoir vécu aux Antilles jusque vers l'an 1550 [1] ; cependant la dernière datation par le carbone 14 donne entre 4190 et 4700 avant notre ère à Cuba pour le Megalocnus (en)[2]. Ce groupe est éteint sur le continent américain Nord et Sud depuis au moins 10 000 ans[3]. Le terme paresseux terrestre est utilisé pour faire référence à toutes les espèces de paresseux éteintes de grande taille. Cependant les paresseux actuels sont arboricoles et cette convention n'implique pas que toutes les espèces éteintes étaient strictement terrestres[4].

La grande partie de l'évolution des paresseux terrestres a lieu du milieu à la fin du tertiaire en Amérique du Sud alors que le continent est isolé. Les plus anciens fossiles de paresseux terrestres montrent qu'ils sont alors déjà séparés en familles. La présence d'îles intermédiaires entre les continents américains au Miocene permet au groupe de s'implanter en Amérique du Nord. Il semble qu'un certain nombre de groupes de paresseux de taille petite ou moyenne se soient auparavant implantés aux Antilles à la nage ou via des ponts terrestres maintenant disparus. Les paresseux terrestres sont un groupe robuste de par leur diversité et leur zone d'occupation étendue, des restes ont été trouvés jusqu'en Patagonie (Cueva del Milodón (en))[5] et en Alaska.

Les paresseux, et les xénarthranes dans leur ensemble, représentent un des groupes les plus fructueux en Amérique du Sud durant le Grand échange interaméricain. Durant cet échange, la plupart des espèces sont allées d'Amérique du Nord vers l'Amérique du Sud. Des fossiles d'au moins cinq genres de paresseux terrestres ont été trouvés en Amérique du Nord, exemple d'un échange Sud-Nord réussi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ground sloth » (voir la liste des auteurs)
  • Cuvier, G. (1796) : Notice sur le squelette d'une très grande espèce de quadrupède inconnue jusqu'à présent, trouvé au Paraquay, et déposé au cabinet d'histoire naturelle de Madrid. Magasin encyclopédique, ou Journal des Sciences, des Lettres et des Arts (1) : 303–310 ; (2) : 227–228.
  • De Iuliis, G. & Cartelle, C. (1999): A new giant megatheriine ground sloth (Mammalia: Xenarthra: Megatheriidae) from the late Blancan to early Irvingtonian of Florida. Zool. J. Linn. Soc. 127(4): 495–515.
  • Harrington, C.R. (1993): « Yukon Beringia Interpretive Center – Jefferson's Ground Sloth » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-04-08. Retrieved 2008-JAN-24.
  • Hogan, C.M. (2008): Cueva del Milodon, Megalithic Portal. Retrieved 2008-APR-13
  • Kurtén, Björn and Anderson, Elaine (1980): Pleistocene Mammals of North America. Columbia University Press, New York. (ISBN 0-231-03733-3)
  • McKenna, Malcolm C. & Bell, Susan K. (1997): Classification of Mammals Above the Species Level. Columbia University Press, New York. (ISBN 0-231-11013-8)
  • Nowak, R.M. (1999): Walker's Mammals of the World (Vol. 2). Johns Hopkins University Press, London.
  • White, J.L. (1993): Indicators of locomotor habits in Xenarthrans: Evidence for locomotor heterogeneity among fossil sloths. Journal of Vertebrate Paleontology, 13(2): 230–242.
  • White, J.L. & MacPhee, R.D.E. (2001): The sloths of the West Indies: a systematic and phylogenetic review. In: Woods, C.A. & Sergile, F.E. (eds.): Biogeography of the West Indies: Patterns and Perspectives: 201–235.
  • Woodward, A.S. (1900): On some remains of Grypotherium (Neomylodon) listai and associated mammals from a cavern near Consuelo Cove, Last Hope Inlet. Proceedings of the Zoological Society of London, 1900 (5): 64–79.
  1. R.M. Nowak (1999)
  2. (en) R. D. E. MacPhee, « Prehistoric Sloth Extinctions in Cuba: Implications of a New "Last" Appearance Date », [[|]] (en), College of Arts and Sciences, Université de Porto Rico, vol. 43, no 1,‎ Juin 2007, p. 94–98 (lire en ligne)
  3. Stuart Fiedal, American Megafaunal Extinctions at the End of the Pleistocene, Springer,‎ 2009, 21–37 p. (ISBN 978-1-4020-8792-9, lien DOI?, lire en ligne)
  4. J.L. White (1993)
  5. C.M. Hogan (2008)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :