Parent hélicoptère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illustration de parents hélicoptère.

Le terme parent hélicoptère désigne au Canada et aux États-Unis un parent qui « plane » au-dessus de son enfant pour le diriger vers le « meilleur » avenir qui soit, ou encore qui vole à son secours dès qu'un problème se présente. Ces parents « sont très engagés dans la vie scolaire, très près de leurs enfants et d'excellents conseillers pour les aider à traverser les diverses phases de la vie[1]. » Incapables de dire non, ils n'enseignent pas la gestion de la frustration à leurs enfants[2]. L'existence de ces parents serait causée par deux facteurs : la société occidentale (1) s'attend à ce qu'ils soient des amis de leurs enfants plutôt que des guides et (2) maintient un niveau élevé de compétition qui incite les parents à constamment participer à la réussite de leurs enfants[3].

Ce comportement pourrait empêcher les enfants de « passer à l’âge adulte », car ils seraient incapables d'avoir une bonne opinion d'eux-mêmes[4]. Les « parents hélicoptères entraînent une dépendance accrue ainsi qu’une capacité réduite à effectuer des tâches sans surveillance parentale. » Leurs enfants ne pourraient gérer des conflits car « ils sont souvent incapables de penser par eux-mêmes » et seraient plus enclins à souffrir de dépression[4]. En Amérique du Nord, des parents accompagneraient leur enfant lors d'entrevue d'embauche[3].

À la suite des attentats du 11 septembre 2001, plusieurs enfants seraient plus enclins à profiter du moment présent, étant anxieux de ne pas voir le lendemain[2]. Les parents contemporains préfèrent être bienveillants, plutôt que fermes[2]. Ils sont soumis à des changements (technologie et mode, par exemple) de plus en plus rapides, mais sont incapables d'établir un modèle de comportement[2]. Étant dans la même situation que leurs enfants, ils cherchent des répères, y compris chez leurs enfants[2]. Lorsque ces derniers s'éloignent, les parents ressentent un sentiment d'ingratitude[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nathalie Prézeau, « Les parents hélicoptères », L'express, Toronto,‎ avril 2010 (lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e et f Marie Auffret-Pericone, « Olivier Revol : «On les appelle ‘‘parents hélicoptères’’» », La Croix,‎ 1er octobre 2013 (lire en ligne)
  3. a et b (en) Misty Harris et Postmedia News, « 'Helicopter parents' hovering ever closer, experts say », Canada.com,‎ 17 janvier 2013 (lire en ligne)
  4. a et b « Si la génération Y est incapable de grandir, c'est à cause des parents hélicoptères », Slate.com,‎ 3 janvier 2014 (lire en ligne)