Parc zoologique de Champrepus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc zoologique de Champrepus
La passerelle du parc zoologique enjambant la route Villedieu - Granville.
La passerelle du parc zoologique enjambant la route Villedieu - Granville.
Date d'ouverture juillet 1957
Situation Champrepus (Manche)
Superficie 8 ha
Latitude
Longitude
48° 50′ 02″ N 1° 19′ 27″ O / 48.83389, -1.3241748° 50′ 02″ Nord 1° 19′ 27″ Ouest / 48.83389, -1.32417  
Nombre d'espèces Plus de 50
Site officiel http://www.zoo-champrepus.com

Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
Parc zoologique de Champrepus

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc zoologique de Champrepus

Le parc zoologique de Champrepus est un zoo privé situé sur la route Villedieu-les-Poêles - Granville, dans le département de la Manche.

Le parc et sa gestion[modifier | modifier le code]

Le parc est géré par Yves et Jacques Lebreton, petits-fils du fondateur. Il occupe un terrain paysager de 8 hectares et mobilise à temps plein 11 employés et 30 saisonniers[1]. Il est ouvert tous les jours d'avril à septembre et pendant les vacances de février et de la Toussaint, ainsi que les week-ends d'octobre. Il accueille chaque année plus de 100 000 visiteurs[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le parc est né de la passion pour l'élevage d'un agriculteur, Lucien Lebreton, qui avait créé sur les lieux, sur le bord de la route, une volière qui ne manqua pas d'attirer les regards des passagers vers la côte granvillaise. L'endroit devint petit à petit un centre de refuge et de soin, puis s'agrandit, pour finalement aboutir à un parc d'animaux européens ouvert au public en juillet 1957. Les premiers animaux exotiques furent accueillis au milieu des années 1970. Depuis la mort du fondateur, en 1980, le parc, repris par ses petits-enfants, a triplé de surface[1]. En 2004, le parc intègre le club des parcs et jardins de Normandie.

Population et disposition[modifier | modifier le code]

L'allée d'accueil avec la passerelle au fond.

Le zoo de Champrepus regroupe une cinquantaine d'espèces[3] selon quatre thèmes principaux : savane, Madagascar, espace tropical et mini-ferme à laquelle on peut accéder en empruntant la passerelle qui, enjambant la route Villedieu - Granville, invite ainsi les automobilistes à la visite du parc. Un cinquième thème présent jusqu'en 2010, les animaux domestiques exotiques, a été remplacé par un nouvel espace dans lequel figure un bassin accueillant des manchots du Cap[4].

La visite commence avant l'entrée au parc par le jardin des trois continents situé au bord de la route Villedieu-Granville. Après l'entrée, il faut emprunter la passerelle chevauchant la route pour accéder à la première partie du parc. Arrivé au bout, le parc s'ouvre sur l'espace consacré aux animaux de la ferme. Dans cette partie, sont présentés dans quatre enclos : chèvre naine, âne du Poitou, âne du Cotentin, vache bretonne Pie noire, mouton d'Ouessant, porc du Vietnam, lapin, oie, poule Brahma perdrix, canard de Rouen, canard de Barbarie. Après avoir fait le tour, le visiteur accède à la volière tropicale en passant devant l'enclos des ouistitis de Geoffroy ; dans la volière, il y a des aras ararauna, des ibis rouges, des aigrettes garzettes. À la sortie de la volière se trouve l'enclos du tigre de Sumatra, en sortant de la zone protégée de la pluie, sur la droite se trouve l'enclos des chimpanzés. En allant sur la gauche, les enclos des animaux suivants accueillent les visiteurs : saïmiri, panthère de Perse, flamant du Chili, percnoptère d'Égypte et héron garde-bœufs, ara macao, ara ararauna, canard à collier noir, guira, canard mandarin et canard carolin. La fin de la première partie du zoo se termine par le jardin des plantes à parfum.

Cercopithèque diane du zoo

Après avoir repassé la passerelle, le visiteur accède à la deuxième partie du parc en traversant l'esplanade de l'entrée et la zone de jeux pour enfants mais aussi le jardin exotique de l'accueil, où on peut admirer des aras chloroptères. La deuxième zone du parc commence par la partie ayant pour thème Madagascar. Sur différentes îles, on peut admirer des makis vari blanc et noir et des makis vari roux. Ensuite le visiteur entre dans l'enclos des makis catta et des lémurs à front blanc. Tous les enclos sont agrémentés de plantes malgaches. Avant de quitter la zone, la déforestation causée par l'homme et les actions à mener sur la préservation de Madagascar sont expliquées. Ensuite, on arrive sur deux enclos comprenant des cercopithèques de Brazza et dianes. La visite se poursuit vers la savane africaine, sur la droite on admire les guépards, puis vient la représentation de la plaine africaine qui est observable avec trois points de vue distincts. Dans cette plaine se trouve à la fois : girafes, damalisques à front blanc, oryx d'Arabie, autruches et zèbres de Grant.

Un babiroussa du zoo

À la fin du troisième point de vue de la savane africaine se trouve à droite l'enclos des suricates. Il faut aller sur la gauche pour faire la dernière partie du second parc. Tout de suite se trouve une volière comprenant cigognes, ibis sacrés, percnoptères d'Égypte, hérons cendrés et grues couronnées. En face se trouve l'enclos des porcs-épics. Le visiteur entre dans le jardin des graminées et sur la droite se trouve l'enclos des loutres puis il arrive près de l'enclos des lions. En sortant de la zone des lions, le visiteur contourne la zone de jeux pour enfants, et observe des babiroussas[5], puis à sa droite se trouve l'enclos des wallabys de Bennett. À la fin se trouve la nouvelle zone créée en 2011 avec la nouvelle attraction que constituent les manchots du Cap, accompagnés d'autres nouveaux habitants du zoo que sont les coatis et les chiens de prairies[4],[6]. La visite se termine par la zone de jeux pour enfants et la restauration.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le zoo de Champrepus est membre de l'Association européenne des zoos et des aquariums (EAZA), de la Conservation des espèces et des populations animales (CEPA), de l'Association nationale des parcs zoologiques de France (ANPZ) et participe aux programmes européens d'élevage. Il soutient également des associations de sauvegarde en Afrique continentale et à Madagascar[2].

Les animations présentées favorisent la sensibilisation du public à la préservation des espèces. En outre, les animaux sont présentés dans un environnement paysager rappelant les décors de leurs territoires d'origine, univers créés par un paysagiste breton spécialisé. Le parc adhère d'ailleurs au club des parcs et jardins de Normandie[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La Manche libre, n°3306, 12 avril 2008, Le zoo de Champrepus : pour les curieux de nature.
  2. a, b et c « Zoo de champrepus - Presse » (consulté le 14 mai 2008)
  3. « Page d'accueil du site du zoo » (consulté le 14 mai 2008)
  4. a et b « Zoonaute - Les Manchots et leurs copains ont débarqué à Champrépus ! » (consulté le 14 mars 2012)
  5. Très rare dans un zoo européen
  6. « Plan du zoo » (consulté le 14 mars 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]