Parc zoologique d'Amnéville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zoo d’Amnéville
Chameau de Bactriane au zoo d’Amnéville.
Chameau de Bactriane au zoo d’Amnéville.
Situation Amnéville, Moselle, France
Superficie 17 hectares
Latitude
Longitude
49° 14′ 46″ N 6° 08′ 20″ E / 49.246004, 6.13901249° 14′ 46″ Nord 6° 08′ 20″ Est / 49.246004, 6.139012  
Nombre d'animaux 2 000 revendiqués[1]
Nombre d'espèces 360 revendiqués[1]
À voir Lions de mer, orang-outans, tigres blancs, ours polaires
Site officiel http://zoo-amneville.com

Le zoo d’Amnéville est un parc zoologique privé situé à Amnéville entre Metz et Thionville en Moselle. 2 000 animaux de 360 espèces y sont regroupés sur 17 hectares. Le zoo est membre de l’Association mondiale des zoos et des aquariums et d’autres organisations reconnues telles que le Programme européen pour les espèces menacées.

Historique[modifier | modifier le code]

Créé par Michel Louis et Jean-Marc Vichard, soutenus par Jean Kiffer alors maire d'Amnéville, le zoo d'Amnéville accueille depuis 1986 des animaux de tous les continents dans un parc de 17 hectares situé dans le nord de la région Lorraine et à proximité de la frontière luxembourgeoise. Avec 360 espèces et 2 000 animaux[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Guépard au zoo d'Amnéville.
Ours bruns dans leur enclos.
Enclos des girafes.

Une équipe de 110 permanents (CDI), doublée en pleine saison[réf. nécessaire] gère toutes les tâches du parc ; de la direction aux soigneurs en passant par la maintenance du parc.

Chaque année, 150 à 200 nouvelles naissances sont comptabilisées dans le parc.[réf. nécessaire]

Le parc s'étend sur 17 hectares et comporte un vivarium de 1 000 m2.

Il a accueilli près de 600 000 visiteurs en 2012[réf. nécessaire].

Le zoo est élu 6ème plus belle entreprise de France par le journal L'Express L'Entreprise en 2013[3].

Animations et Spectacles[modifier | modifier le code]

Le parc propose un ensemble d'animations et de spectacles qui mettent en avant une préoccupation pédagogique.

Certaines sont organisées autour du nourrissage, occasion de faire passer des messages de préservation des milieux naturels ou sur les comportement animaliers : ours polaires, loups du Canada, manchots, hippopotames et tigres.

D'autres donnent lieu à un spectacle : otaries, rapaces et perroquets.

Derniers aménagements principaux[modifier | modifier le code]

  • 1996 : Les hippopotames d'Afrique
  • 1997 : Vivarium tropical de 1000 mètres carrés
  • 1998 : Penguiland (manchots de Humboldt)
  • 1999 : Les ours polaires
  • 2000 : Les éléphants d'Afrique
  • 2001 : la plaine africaine, avec girafes, zébres, antilopes et de nombreuses petites espèces...
  • 2002 : Amazon jungle : tapirs, jaguars, oiseaux d'Amérique du sud...
  • 2003 : Les rhinocéros blancs
  • 2004 : American forest et Fort Cheyenne (lynx, loup…)
Otaries dans la baie des lions de mer
Enclos des pélicans gris
  • 2005 : La baie des lions de mer : lieu de vie pour les otaries de Californie et otaries à crinière.
  • 2006 : Lodge Africain : potamochères, meute de lycaons, porc-épics, oiseaux exotiques
  • 2007 : Oran'Utan Jungle : arrivée de trois orang-outans de Sumatra dans un loft de 850 m2 et un vaste enclos extérieur pouvant communiquer avec l'enclos des siamangs. Des loutres viennent enrichir l'enclos des orangs-outans. Volières intérieures pour oiseaux.
    Restauration en self service avec possibilité de déjeuner en terrasse, avec vue sur l'enclos extérieur des siamangs et orang-outans.
  • 2008 : Tigres blancs
  • 2009 : Spectacle de fauconnerie à cheval[4] ouvert le 4 avril 2009
  • 2010 :
    • Pour l'Afrique : Les serpentaires, une colonie de roussettes d'Égypte est présentée en lumière crépusculaire. Une volière de 800 m3 accueille une féerie d'oiseaux africains : Calaos trompette, touracos et spréos, francolins à tête rouge. Des tortues géantes et des mangoustes occupent la partie terrestre.
    • Pour l'Asie : Les tigres sibériens et les tigres de Sumatra évoluent désormais dans un espace agrandi et complètement transformé. Vous pouvez accéder à une terrasse panoramique située au-dessus des parcs à tigres.
    • Pour l'Australie : Deux nouvelles volières accueillent de superbes perroquets. Les kéas et les cacatoès des Moluques.
    • Pour l'Amérique : Les grues du Canada en compagnie d’eiders à duvet et le sconse rayé.
    • Pour l'Amérique du sud : Les tamarins-lion et les ouistitis pygmées, les plus petits singes du monde. Les saimiris (appelés "singes-écureuils" à cause de leur agilité) évoluent dans une végétation luxuriante. Les aras hyacinthes (les plus grands perroquets du monde) qui partagent une vaste volière avec les toucanets aux couleurs vives et au bec démesuré.
  • 2011 :
    • Le retour des manchots de Humboldt dans une nouvelle installation avec une quarantaine d'individus.
    • « Péruvia » avec les fourmiliers géants, ouistitis argentés, agamis trompettes, chaunas à collier et tamarins pinchés ...
  • 2012 : Les gorilles dans Gorilla's Camp.
  • 2013 : Ouverture de la mini-ferme, et de l'enclos des lions blancs.
  • 2014 : Babouins géladas, varis noir-et-blanc et varis roux évoluent ensemble dans une nouvelle volière, avec des makis catta.
  • Prévu pour 2015 : l'attraction Tiger World : spectacle de tigres dans un grand amphithéâtre. Ce projet de 14 millions d'euros fait polémique et est dénoncé par les associations qui craignent que les zoos français se transforment en cirques, mais aussi par les professionnels du secteur qui dénoncent les "établissements qui n'hésitent pas à abuser des animaux sauvages pour des effets toujours plus spectaculaires" [5]. Devant ces critiques, Michel Louis, directeur du zoo, a perdu son sang froid en usant de mots violents pour qualifier ceux qui s'opposent à son projet[6].
  • Pour les prochaines années à venir : serre australienne avec dragons de Komodo, delphinarium[7],[8] pour grands dauphins, panthère nébuleuse, réaménagement de l'enclos à ours brun, volière avec singes de Java, projet pour éléphants d'Asie...

Élevages et registres d'élevage[modifier | modifier le code]

Le zoo d'Amnéville participe à plus de 50 élevages et registres d'élevage[réf. nécessaire] : manchots de Humboldt, lémurs cattas, mandrills, sakis à face blanche, lycaons, guépards, léopards des neiges, panthères de Perse, tigres de Sumatra, tigres sibériens, petits pandas, éléphants d'Afrique, girafes, chats des sables, tapirs américains, loups à crinières, rhinocéros blancs, orangs-outangs, siamangs, aras hyacinthes …

Actions pour la conservation des espèces[modifier | modifier le code]

Le zoo d'Amnéville augmente chaque année le budget[réf. nécessaire] qu'il consacre à la conservation : 480 000 euros en 2013, dont 410 000 euros d'aides directes. Plus de 2 200 000 euros durant ces 10 dernières années[réf. nécessaire].

Ces dons sont répartis entre 17 associations qui œuvrent dans 18 pays :

  • Help Congo-Cedreta : pour renvoyer dans la nature des chimpanzés maltraités ou victimes du braconnage, sensibiliser les populations locales, contribuer à la lutte contre le braconnage) se trouve au Congo.
  • SOS faucons pèlerins : réintroduction des oiseaux dans les Vosges, en France.
  • Oïkoveva : étude et protection des carnivores et de leur milieu dans la province de Corrientes, en Argentine.
  • projet « tapirs terrestres » : étudie et protège les tapirs dans la forêt atlantique brésilienne qui constitue un écosystème menacé.
  • Sokapila : sauvegarde des espèces de tortues rayonnées et d'araignées, à Madagascar.
  • Kenya wildlife service : aide financière aux équipes de rangers, lutte contre le braconnage aux plans de délocalisation de rhinocéros, au Kenya.
  • Vida silvestre argentina : assure la gestion, l'étude et la conservation de l'otarie à crinière en Argentine.
  • Awely « des animaux et des hommes » : limitation des conflits hommes-animaux, conservation d'espèces animales emblématiques menacées, développement, coordonne des programmes en Zambie, au Cameroun, au Congo, en Inde et au Népal.
  • Living with elephants « des éléphants et des hommes » : créer une cohabitation harmonieuse entre villageois et éléphants.
  • Ikamaperou : réserve naturelle pour y introduire singes laineux et atèles élevés en semi-liberté, au Pérou.
  • Kalaweit : conservation des gibbons en Indonésie.
  • Sumatran orangtan conservation programme : protection des orangs-outangs et de leur habitat à Sumatra, réintroduction d'orphelins ou de détenus chez des particuliers) se trouve en Indonésie.
  • Kwata concilier la protection de la biodiversité, la pérennité des ressources naturelles et l'épanouissement des populations locale, en Guyane française.
  • Painted dog conservation : protection du lycaon, sensibilisation des populations locales, travaux de recherche, au Zimbabwe.

Animaux[modifier | modifier le code]

Ara chloroptère
Bucorve du sud
Daman des rochers
Hyène tachetée
Jaguar dans son enclos
Loups de l'Arctique
Ours polaire
Panthère des neiges
Potamochères
Rhinocéros blancs
Tigre blanc
Vautour fauve pendant un spectacle
Caïman
Varan géant de Papouasie
Varan jaune des Moluques


Vivarium

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le parc », sur Zoo-amneville.com (consulté le 18/12/2014)
  2. 2 000 animaux des 5 continents 360 espèces
  3. « Palmarès: les 100 plus belles entreprises de France », sur L'Entreprise,‎ 11/09/2013 (consulté le 25/08/2014)
  4. Le zoo d'Amnéville montre patte blanche
  5. « Les zoos ne sont pas des cirques », sur AVES France,‎ 16/08/2014 (consulté le 16/08/2014)
  6. « Putain d'écologistes de merde ! » : Le directeur du zoo d'Amnéville perd son sang froid., sur AVES France,‎ 05/08/2014 (consulté le 16/08/2014)
  7. « Un avant-projet pour des dauphins », Le Républicain lorrain,‎ 21 juillet 2013 (lire en ligne)
  8. « Pétition "Que la construction d'un delphinarium au ZooParc d'Amnéville (57) ne voie jamais le jour" », sur Change.org (consulté le 30 août 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

 Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :