Parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé
Image illustrative de l'article Parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé
Le rocher Percé et l'Île Bonaventure
Catégorie UICN III (monument naturel)
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Municipalité régionale de comté Le Rocher-Percé
Ville proche Percé
Coordonnées 48° 29′ 47″ N 64° 09′ 43″ O / 48.496389, -64.16194448° 29′ 47″ Nord 64° 09′ 43″ Ouest / 48.496389, -64.161944  
Superficie 5,8 km2
Création 6 février 1985
Visiteurs/an 60 000
Administration SEPAQ

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé

Situé face au village de Percé sur la pointe de la péninsule gaspésienne, le parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé, - d'une superficie de 5,8 km²- fait partie du réseau Parcs Québec géré par la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ).

Il comprend, entre autres, le célèbre rocher Percé et l'Île Bonaventure, qui héberge la plus importante colonie de fous de Bassan au monde. Ce parc national a également été désigné Refuge d'oiseaux migrateurs par le

Logo

Géographie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Île Bonaventure et Rocher Percé.

La parc possède une superficie de 5,8 km2[1]. Il est entièrement situé dans la ville de Percé, qui est comprise dans la municipalité régionale de comté du Rocher-Percé. Le parc partage le même territoire que le refuge d'oiseaux migrateurs du même nom, qui avec une superficie de 12,95 km2 comprend les mêmes îles, mais possède un plus grand rayon de protection autour de celles-ci[2].

Le parc est accessible par bateau à partir de Percé.

Géologie[modifier | modifier le code]

Malgré sa petite taille, le parc possède un passé géologique particulièrement riche. Le rocher Percé est composé de calcaire fossilifère datant du Devonien (il y a environ 400 million d'année). L'île Bonaventure est quant à elle formée de conglomérat du Carbonifère (il y a environ 310 million d'année)[3].

Milieu naturel[modifier | modifier le code]

Flore[modifier | modifier le code]

On retrouve dans le parc 387 espèces de plantes différentes[3].

Faune[modifier | modifier le code]

Le petite taille du parc et son insularité ne lui ont permis la présence que de seulement 16 espèces de mammifères, dont sept sont terrestres. Il y a trois carnivores terrestres : le renard roux (Vulpes vulpes), l'hermine (Mustela erminea) et la belette à longue queue (Mustela frenata). Les petits mammifères sont la petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus), le lièvre d'Amérique (Lepus americanus), le Campagnol à dos roux de Gapper (Clethrionomys gapperi) et la souris à pattes blanches (Peromyscus leucopus). Les eaux du parc sont aussi fréquentées par plusieurs espèces de mammifères marins, soit le phoque commun (Phoca vitulina), le phoque gris (Halichoerus grypus), le marsouin commun (Phocoena phocoena), le dauphin à flancs blancs (Lagenorhynchus acutus), le petit rorqual (Balaenoptera acutorostrata), le rorqual à bosse (Megaptera novaeangliae), le rorqual bleu (Balaenoptera musculus), le rorqual commun (Balaenoptera physalus) et la baleine franche (Eubalaena glacialis)[4].

La faune aviaire du parc est particulièrement riche. Le parc est fréquenté par 224 espèces d'oiseaux, dont 60 y nichent. La population de ces derniers est estimée à 350 000 individus[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Au temps de la Nouvelle-France et jusqu’à la conquête, l'île Bonaventure fut fréquentée l’été par des pêcheurs en provenance d'Irlande, de France (Pays basque et Normandie) et de Bretagne. Puis, quelques compagnies anglo-normandes (la plus importante fut Le Boutillier Brothers) vinrent s’y installer de façon permanente afin de pêcher la morue. C'est de cette façon que l’île parvint peu à peu à se peupler, malgré la rigueur des saisons et l’isolement. Cette communauté y fut présente pendant presque 300 ans.

Au début du XXe siècle, on assiste à la fin des entreprises de pêche et au dépeuplement insulaire progressif. C'est à ce moment que le tourisme commence à se développer autour du rocher Percé et de l'île Bonaventure. Ce n’est qu’en 1971 que le gouvernement du Québec acquiert l'île et la transforme en réserve naturelle, et en 1974 qu’il fait de même avec le rocher Percé. Puis, en 1985, ces deux réserves naturelles deviendront un parc de conservation, le parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé, ayant comme objectif d’assurer la conservation à long terme de la faune et de la flore, ainsi que les vestiges historiques et culturels de la vie insulaire passée qui s’y trouvent.

Refuge d'oiseaux migrateurs[modifier | modifier le code]

Refuge d'oiseaux de l'Île Bonaventure et du Rocher Percé
Catégorie UICN III (monument naturel)[5]
Superficie 1 299 ha
dont 832 ha marin
Création 29 mars 1919
Administration Service canadien de la faune
Remarque Est chevauché par le parc national

En 1919, le gouvernement fédéral désigna l'île et le rocher comme refuge d'oiseaux migrateurs dans le but de protéger les sites de nidification d'oiseaux marins, principalement pour le Fou de Bassan. Le territoire du refuge, qui est de 12,99 km2, comprend à la fois le territoire du parc national et les eaux l'entourant, soit une superficie terrestre de 467 ha et une superficie marine de 832 ha[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Registre des aires protégées au Québec: Parc national du Québec », sur Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs,‎ 2009 (consulté le 27 février 2010)
  2. « Registre des aires protégées au Québec: Refuge d'oiseaux migrateurs », sur Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs,‎ 2009 (consulté le 27 février 2010), p. 2
  3. a, b et c « Portrait du parc », sur Sépaq (consulté le 2 mars 2010)
  4. « Liste des mammifères », sur Sépaq (consulté le 27 février 2010)
  5. « Registre des aires protégées au Québec », sur Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs,‎ 2011 (consulté le 20 juillet 2011), p. 2
  6. « Système de rapport et de suivi des aires de conservation », sur Conseil canadien des aires écologiques (consulté le 20 juillet 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]