Parc national de Theniet El Had

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc national de Theniet El Had
Catégorie UICN II (parc national)
Identifiant 9739
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Wilaya de Tissemsilt
Ville proche Tissemsilt
Coordonnées 35° 40′ 00″ N 1° 49′ 00″ E / 35.666667, 1.816667 ()35° 40′ 00″ Nord 1° 49′ 00″ Est / 35.666667, 1.816667 ()  
Superficie 34,25 km2
Création 1983
Site web www.parcnationalthenietelhad.dz

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Parc national de Theniet El Had

Le parc national de Theniet El Had se situe près de la ville de Theniet El Had au Nord-ouest de l'Algérie, au centre de l'Atlas tellien et à la limite sud du grand massif de l'Ouarsenis. Avec ses 3 425 ha, ce parc abrite de vastes forêts de cèdres de l'Atlas (Cedrus atlantica) ainsi qu'une flore et une faune très diversifiées. Il offre également la possibilité de faire des randonnées.

Description[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cèdre en Algérie.

La forêt des cèdres de Theniet El Had s’étend sur 3000 ha dont 1000 ha de cèdre.

On y rencontre diverses essences telles : l’amélanchier, le sorbier, l’if, les chênes vert, zéen et liège. À partir de 1000 m d’altitude, le cèdre gagne du terrain sur les autres essences. Néanmoins de temps à autre, il s’efface pour concéder quelques espaces aux chênes vert et zéen, souvent de grande allure qui se mêlent au cèdre et rivalisent avec eux par leurs énormes dimensions, particulièrement au lieu dit « El Merkez » au pied de Kef Siga.

Le point culminant, Ras El Braret s’élève à 1787 m, suivi immédiatement par Kef Siga (1784 m) caractérisé par un immense rocher au sommet duquel sort hardiment un grand cèdre « parasol ». Les deux pics dominent le Rond Point des Cèdres (1461 m).

C'est une grande clairière, véritable mer de verdure, entourée de cèdres multi-centenaires. La beauté du site était jadis, agrémentée d’une maison forestière et d’un chalet éponyme (Chalet Jourdan), construit en 1887 par Jourdan, délégué financier de Theniet El Had.

À proximité de la maison forestière, sur le sentier qui monte vers Kef Siga, trône le fameux cèdre connu sous le nom de « Soltana » qui forme avec un autre cèdre, le « Sultan », un couple dont les troncs ne mesurent pas moins de 9 mètres de circonférence. Il ne reste d’eux que les troncs desséchés mais toujours enracinés grâce à un sève imputrescible qui les protège du pourrissement et la décomposition.

El Meddad, autre nom de la forêt des cèdres, compte plusieurs sources ferrugineuses carbonatées à 12°., conseillées pour les maladies des intestins et des ulcères (Ain Harhar, Tirsout, Ouertane, Djèdj El-Ma, Sidi Abdoun – Eau sulfureuse).

La faune est constituée essentiellement de l’aigle royal, l’aigle de Bonelli, le percnoptère, l’épervier, le chacal, le caracal, le sanglier, la buse, le porc-épic.

La forêt des cèdres de Theniet El Had a incontestablement beaucoup plus valeur artistique qu’économique. Le cèdre appartient au « nobiliaire sylvestre »[1].

En 1923, fut créé le Parc National des Cèdres qui s’attèle, jusqu’à nos jours, à la préservation du site. Il occupe actuellement un imposant bâtiment, fleuron de l’architecture moderne construit au milieu d’une cédraie dominant du haut de ses 1100 m.

La cour intérieure de l’établissement est agrémentée d’un chalet construit en bois de cèdre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Émile Larche- Traité élémentaire de la législation algérienne- Edition Rousseau Paris 1923

Liens externes[modifier | modifier le code]