Parc national de Lobéké

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc national de Lobéké
Image illustrative de l'article Parc national de Lobéké
Buffle dans le parc
Catégorie UICN II (parc national)
Identifiant 1245
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Coordonnées 2° 15′ N 15° 45′ E / 2.25, 15.75 ()2° 15′ Nord 15° 45′ Est / 2.25, 15.75 ()  
Superficie 2 178,54 km2
Création 19 mars 2001
Administration Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC)

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

(Voir situation sur carte : Cameroun)
Parc national de Lobéké

Le parc national de Lobéké, principalement constituée de forêt équatoriale, fait partie du bassin du Congo à l’extrême Sud-est du Cameroun. Il couvre une superficie de 217 854 ha. Créé le 19 mars 2001, la gestion du parc s’inscrit dans le cadre de l’initiative de conservation transfrontalière, connue sous le nom de Trinational de la Sangha (TNS). C’est un paysage prioritaire de conservation de la biodiversité qui regroupe, en plus du parc national de Lobéké, la réserve spéciale de Dzangha-Sangha (RCA) et le Parc national de Nouabalé-Ndoki (Congo-Brazzaville). Lobéké dispose d’un réseau de clairières marécageuses en particulier sur le flanc oriental du parc.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Panthère dans le Parc National de Lobéké.

Le PNL dispose d’une biodiversité variée et très riche en ressources fauniques et floristiques.

  • 45 espèces de mammifères
  • 305 espèces d’oiseaux
  • 18 espèces de reptiles
  • 16 espèces d’amphibiens
  • 134 espèces de poissons
  • 215 espèces de papillons
  • 764 espèces de plantes appartenant à 102 familles

Plusieurs de ces espèces sont endémiques et le parc possède l'une des plus fortes concentrations d'éléphants et gorilles d'Afrique.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Qu'il s'agisse de l'éco-tourisme, ou de l'ethno-tourisme, le parc national de Lobéké ne manque pas d'attrait on peut ainsi citer :

  • les clairières Bolo, Djangui, Ndangaye, Ngoa, de Djaloumbe et Petite Savane où des miradors ont été construits pour observer les nombreux oiseaux, gorilles et autres mammifères dont c'est le royaume.
  • les rivières poissonneuses
  • Les fêtes traditionnelles Baka
  • L'artisanat local

Le parc national de Lobéké a fait l'objet de nombreux investissements pour le convertir en site éco-tourisque. On peut ainsi trouver, des bases vies avec des bungalows aménagés, et des guides formés pour promener les touristes dans la forêts et même internet et le réseau GSM. En 2011 le nombre de touristes est ainsi passé du simple au double (environ 111 touristes). Mais c'est loin d'être à la hauteur du potentialité du parc et des investissements consentit. C'est pourquoi fin 2011, une mission d'évaluation a été dépêchée sur les lieux pour essayer de trouver des solutions concrètes pour mieux vendre cette destination.

Braconnage[modifier | modifier le code]

En raison de cette richesse faunique le parc est le terrain de chasse favori des braconniers lourdement armés qui organisent de véritables expéditions à partir de la RDC ou du Congo. Les 30 éco-gardes du parc avec leurs matériels rudimentaires sont loin de pouvoir faire face. Les pouvoir publics ont promis de prendre les disposiltions pour mieux sécuriser le parc.

En 2011, un éco-garde a payé de sa vie la lutte contre le braconnage. Le crime qualifié "d'odieux" s'est produit alors qu'avec ses collègues il était à la recherche de gorille à la frontière avec la RCA[1].

Aménagement[modifier | modifier le code]

Logo du parc

En 2011 un plan d'aménagement de 800 millions de francs CFA a été adopté en faveur du PNL et le programme qui s'achève en 2012 devrait permettre de transformer Lobéké en destination touristique au même titre que Waza.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Charles Batenbaum, « Un écogarde lâchement assassiné par un groupe de braconniers », sur Portail environnement, RecyConsult,‎ 12 octobre 2011 (consulté le 8 janvier 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ministère de l'Environnement et de la Faune, Plan d'aménagement du parc national de Lobéké et de sa zone périphérique : Période d’exécution : 2005 – 2009,‎ novembre 2004, 95 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]