Parc national de Lemmenjoki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc national de Lemmenjoki
Catégorie UICN II (parc national)
Identifiant 654
Emplacement Laponie
Ville proche aucune à moins de 200 km
Coordonnées 68° 34′ 40″ N 25° 36′ 01″ E / 68.577778, 25.600278 ()68° 34′ 40″ Nord 25° 36′ 01″ Est / 68.577778, 25.600278 ()  
Superficie 2 850 km2
Création 1956
Classement  Site Ramsar (2004)
Visiteurs/an 12 400[1] en 2012
Administration Metsähallitus

Géolocalisation sur la carte : Finlande

(Voir situation sur carte : Finlande)
Parc national de Lemmenjoki

Le parc national de Lemmenjoki (Lemmenjoen kansallispuisto en finnois) est un parc national du nord de la Finlande, en Laponie.

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est largement le plus grand parc national du pays, représentant à lui seul 35 % de la superficie totale des parcs. Il est partagé entre les communes d'Inari et Kittilä.

Il est constitué de forêts primaires de pins et de marais, les principaux sommets étant coiffés de toundra.

La vallée de la rivière Lemmenjoki marque le cœur historique du parc, qui a depuis sa création été agrandi à deux reprises. Cette rivière est dominée de près de 400 mètres par des sommets très sauvages, donnant à la vallée un caractère unique en Finlande. En été, des bateaux touristiques remontent la rivière, navigable sur 22 km.

Les autres cours d'eau importants sont la Vaskojoki, l'Ivalojoki et la Kietsimäjoki, cette dernière faisant frontière avec la Norvège et le Parc national d'Øvre Anarjóhka. L'ouest du parc, marquant la source des quatre rivières principales, est très marécageux.

Une des particularités du parc est d'abriter également des concessions d'orpaillage (36 en tout) et une centaine de chercheurs d'or travaillant en été, bien loin cependant de la ruée de la fin des années 1940. Les camps principaux disposent de deux terrains d'atterrissage pour petits avions.

Les chercheurs d'or doivent maintenant partager l'espace avec des randonneurs toujours plus nombreux, qui peuvent y voir élans, aigles royaux, ours bruns et plus rarement gloutons ou loups. Les éleveurs lapons continuent quant à eux l'élevage extensif des rennes, qui a succédé à la chasse des rennes sauvages après l'extermination de l'espèce au XIXe siècle.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]