Parc national d'Uluṟu-Kata Tjuṯa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc national d'Uluṟu-Kata Tjuṯa
Image illustrative de l'article Parc national d'Uluṟu-Kata Tjuṯa
Uluṟu au soleil couchant
Catégorie UICN II (parc national)
Identifiant 313663
Pays Drapeau de l'Australie Australie
Territoire Territoire du Nord
Ville proche Alice Springs
Coordonnées 25° 20′ 00″ S 131° 00′ 00″ E / -25.333333, 131 ()25° 20′ 00″ Sud 131° 00′ 00″ Est / -25.333333, 131 ()  
Superficie 1 326 km2
Création 1987
Administration Department of the Environment, Water, Heritage and the Arts
Site web www.environment.gov.au/parks/uluru

Géolocalisation sur la carte : Territoire du Nord

(Voir situation sur carte : Territoire du Nord)
Parc national d'Uluṟu-Kata Tjuṯa

Géolocalisation sur la carte : Australie

(Voir situation sur carte : Australie)
Parc national d'Uluṟu-Kata Tjuṯa
Parc national d'Uluṟu-Kata Tjuṯa *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Pays Drapeau de l'Australie Australie
Type Mixte
Critères (v) (vi) (vii) (ix)
Superficie 132 566 ha
Numéro
d’identification
447rev
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 1987 (11e session)
Année d’extension 1994 (18e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le parc national d'Uluṟu-Kata Tjuṯa, auparavant appelé parc national d'Uluru (Ayers Rock-Mont Olga)[1], est un parc national classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Il est situé dans l'« Outback » au centre de l'Australie, plus précisément au sud du Territoire du Nord, à proximité de la ville d'Alice Springs.

Il est l'un des six parcs nationaux d'Australie administré directement par le Commonwealth, les autres étant gérés par les États.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Européens pénètrent dans le désert australien dans les années 1870. Les monolithes d'Uluṟu et de Kata Tjuṯa furent cartographiés durant l'expédition montée pour la construction de la ligne télégraphique d'Overland (Australian Overland Telegraph Line) en 1872.

Dans deux expéditions séparées, William Ernest Powell Giles et William Christie Gosse sont les premiers explorateurs européens dans la région. En 1872, Ernest Giles découvre Kata Tjuṯa depuis le Kings Canyon et le nomme Mont Olga, l'année suivante Gosse découvre Uluṟu et le nomme Ayers Rock, du nom de Sir Henry Ayers, le premier ministre d'Australie-Méridionale de l'époque.

D'autres expéditions suivent afin d'étudier les possibilités d'élevage dans la région.

Dessin aborigène sur les rochers d'Uluṟu

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, les rapports entre les autochtones (la tribu des Anangu) et les fermiers européens sont conflictuels, la compétition pour les ressources entraîne des réactions violentes et nécessite une présence policière accrue. Entre 1918 et 1921, de larges portions de l'Australie-Méridionale, de l'Australie-Occidentale et du Territoire du Nord sont déclarées réserves d'aborigènes. En 1920, une partie du parc est déclarée réserve aborigène (sous le nom de South-Western ou Petermann Reserve) par le gouvernement australien.

Les premiers touristes arrivent en 1936, en 1948 le premier véhicule touristique pour Uluṟu voit le jour. Vers la fin des années 1950 un service de bus touristiques se met en place. En 1958 pour répondre à l'accroissement de la pression touristique, la région actuelle du parc est détachée de la Petermann Aboriginal Reserve pour devenir l'Ayers Rock - Mt Olga National Park sous l'égide de la Northern Territory Reserves Board. Le premier ranger est une figure mythique de l'Australie intérieure, Bill Harney. En 1959 un motel est construit puis un aérodrome.

L'Aboriginal Land Rights (Northern Territory) Act est promulgué en 1976, il signifie qu’après plusieurs années de luttes, les droits aborigènes sur la terre sont reconnus dans la loi australienne. En 1985, un accord de gestion partagée est conclu entre le service des parcs australiens et les aborigènes. Depuis le parc est géré en partenariat entre les autochtones et les services de l'état.

En 1987, l’Uluru National Park est répertorié sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en tant que site naturel[1]. En 1993 le nom du parc devient parc national d'Uluṟu-Kata Tjuṯa et l’année suivante il est listé sur la liste de l'UNESCO en tant que patrimoine culturel. Cette double reconnaissance montre bien le rôle de ce site dans la culture aborigène.

Géographie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Uluṟu et Kata Tjuṯa.

D'une superficie de 1 326 km²[1], ce parc a été créé en 1987 à la suite de l'inscription la même année d'Uluṟu, le plus grand monolithe du monde[2], au patrimoine mondial de l'Unesco

Constitué d'une large plaine sablonneuse[1], les énormes rochers sont très liés à la culture aborigène. Les propriétaires traditionnels étant la tribus des Anangu[1].

Le parc est classé comme catégorie « II » par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), c'est-à-dire comme un parc national.

Faune[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Faune de l'Australie.

Le parc possède 25 espèces de mammifères, 74 de reptiles, 178 d'oiseaux et 4 de grenouilles[3].

Le kowari (Dasyucercus byrnei), un petit marsupial carnivore, est le seul mammifère listé comme vulnérable.

Le parc possède une riche faune reptilienne, le scinque du grand désert est listé comme vulnérable.

Galerie[modifier | modifier le code]

Vue panoramique d'Uluṟu.
Vue panoramique de Kata Tjuṯa.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Anne Kerle, Uluru Kata Tjuta & Watarrka: Ayers Rock/the Olgas & Kings Canyon, New South Wales Univ Pr Ltd, 1995, (ISBN 0868400556)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b, c, d et e Site de l'UNESCO.
  2. Patricia Schultz, Les 1000 lieux qu'il faut avoir vus dans sa vie, Flammarion, 2006. Page 532 et 533.
  3. Uluru visitor guide p.18 (Disponible en pdf)