Parc de Majolan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc de Majolan
Image illustrative de l'article Parc de Majolan
Parc de Majolan, les grottes
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Blanquefort
Superficie 20 ha
Cours d'eau Jalle de Blanquefort
Caractéristiques
Création 1870-1880
Type Parc
Lieux d'intérêts Grottes, lac
Gestion
Protection  Inscrit MH (1987)[1]
Localisation
Coordonnées 44° 54′ 00″ N 0° 38′ 41″ O / 44.9, -0.64472244° 54′ 00″ Nord 0° 38′ 41″ Ouest / 44.9, -0.644722  

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Parc de Majolan

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc de Majolan

Le Parc de Majolan est un parc de la commune de Blanquefort en Gironde

Présentation[modifier | modifier le code]

Il a été réalisé sur une dizaine d’années, de 1870 à 1880, par le paysagiste Le Breton, dans le goût romantique baroque, sur un terrain qui n’était alors qu’un marécage. Le terrain et le château avaient été acquis par un riche banquier, Jean Auguste Piganeau, appartenant au milieu de la grande bourgeoisie, grâce à son mariage avec la fille de Joseph Prom, propriétaire du domaine. La Jalle a dû être détournée afin de créer le lac.

L’ambition qui motiva la création de ce parc était de refléter la magnificence de son patrimoine et de son train de vie, et ce en imitant ce qui s’était fait à Paris. La légende dit que le parc devait servir à consoler sa fille malade. Le banquier fera faillite et le château sera revendu, ainsi que les terres, le parc, les fermes, etc. Il connaîtra un état de quasi abandon et sera racheté par un agriculteur. Dans les années 1950, une guinguette y sera installée.

Le parc est une illustration grandeur nature du savoir-faire des architectes, ingénieurs, artisans et artistes de la fin du XIXe siècle. Parti du néant, une zone marécageuse de 20 hectares, 150 000 m3 de terre furent dégagés à la pelle afin de créer un lac de 4 hectares à partir de la Jalle traversant le lieu et de donner forme aux différents endroits du parc. Les grottes artificielles (réalisées à la chaux, comme les ruines) et les canyons, sont des merveilles d’ingéniosité hydraulique avec leurs fontaines et leurs geysers d’eau, et de maîtrise de l’art des rocailleurs.

Les nombreux ponts répondent chacun à une architecture et à une technique : en lianes, de style gothique, en faux bois (une sorte de béton ornementé), en fer forgé...

Propriété de la commune depuis 1975, il est ouvert au public depuis 1984. Le parc est l'un des lieux de promenade prisés des habitants de l'agglomération bordelaise.

L'ensemble du Parc Majolan est inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, par arrêté du 18 janvier 2007, les grottes l'ayant été depuis le 21 décembre 1987. Une grosse rénovation a eu lieu en 2007 et 2008 (pour un montant de 3 millions d'euros), réalisée par Graziella Barsacq (paysagiste), Fabien Pédelaborde (architecte) et Danielle Justes (artiste mosaïste).

Le parc a été rouvert le 29 mai 2008.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Quelques dates[modifier | modifier le code]

  • 3 janvier 1975 : Acte d'achat par la commune
  • juin 1976 : travaux de lutte contre la pollution et épandage de craie
  • 28 février 1978 : démolition des ruines du vieux moulin et de la maison de l'éclusier
  • février 1978 : construction et rénovation des clôtures
  • octobre 1978 : restauration des plans d'eau par curage
  • 27 avril 1979 : remise en état des écluses et des vannes sur la jalle et le plan d'eau
  • 10 juin 1980 : joutes sétoises dans le cadre des 5 jours de Blanquefort
  • 8 décembre 1983 : installation d'un parcours santé
  • 23 février 1984 : lâché de cygnes sur le parc
  • 18 mars 1984 : ouverture officielle au public
  • 21 décembre 1987 : inscription partielle au titre des monuments historiques
  • 10 janvier 2007 : inscription totale au titre des monuments historiques
  • 12 mars 2007 : démarrage de la rénovation
  • 29 mai 2008 : réouverture du parc

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00083148 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]