Paraffine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paraffine
Paraffine liquide.
Paraffine liquide.
Identification
No CAS 8002-74-2 (>C20)
No EINECS 232-315-6
No E E905
FEMA 3216
Propriétés chimiques
Formule brute CnH2n+2
Propriétés physiques
fusion 50 à 57 °C[1]
Solubilité Insol. dans H2O, EtOH[1].
Sol. dans le benzène, disulfure de carbone, chloroforme, éther diéthylique, huiles.
Fondue, elle est miscible avec le spermaceti et les gras[2].
Masse volumique 0,90 g·cm-3[2]
Point d’éclair 199 °C[2]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Les paraffines, du latin parum affinis, « qui a peu d'affinité », sont des alcanes, à savoir des molécules linéaires d'hydrocarbures saturés à chaîne droite (de formule brute CnH2n+2).

On distingue principalement :

  • Paraffine solide : cires (n = 20 à 40) ;
  • Paraffine liquide (n = 8 à 19).

Les paraffines sont aujourd'hui obtenues en raffinerie à partir du pétrole.

En chimie, le terme est tombé en désuétude. On parle davantage d’alcane pour désigner tout hydrocarbure saturé — cf. l’étymologie — de formule brute CnH2n+2. Mais le terme initial persiste dans les autres domaines de connaissances, sans doute à juste titre car il est « parlant ».

Blanche, assez transparente et inodore, la paraffine fond entre 40 et 71 °C.

Elle ne colle pas. Elle n’est pas un liant, contrairement à la cire d’abeille et certaines cires végétales ; il est dès lors difficile d’assurer l’homogénéité des mélanges, sans un autre additif liant ou dispersant avant sa solidification.

Utilisations[modifier | modifier le code]

La paraffine a été utilisée au XIXe siècle pour la conservation de la viande[réf. nécessaire]. Elle est utilisée en alimentation comme agent d’enrobage sous le numéro E905.

Il existe aussi l'huile de paraffine, utilisée comme lubrifiant, ou comme laxatif sans calories (car non métabolisée).

La variété employée dans la fabrication des bougies et pour l'imperméabilisation du papier (qui peut être aussi faite avec la gomme sandaraque), fond vers 50-60 °C. Elle est nommée « graisse minérale » ou « ozocérite ». Les bougies ne sont pas uniquement composées de paraffine : un additif très important est employé systématiquement, la stéarine.

Mélangée à du salpêtre (KNO3), la paraffine fait un bon explosif ou fumigène.

La paraffine sert aussi très souvent à couper la gomme de haschich, à cause de la facilité à la faire fondre à basse température, mais aussi pour ses facultés d'enrobage qui évite l'altération du produit.

Elle peut aussi être utilisée comme bouillotte médicale.

Elle peut aussi être utilisée comme isolant pour submerger un appareil électrique, c'est une huile diélectrique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) George W. A. Milne, Gardner's commercially important chemicals: synonyms, trade names, and properties, Hoboken, John Wiley and Sons,‎ 2005, 1178 p. (ISBN 978-0-471-73518-2 et 978 0 4717 3518 2, lire en ligne), p. 468.
  2. a, b et c (en) S. Gangolli, The Dictionary of Substances and Their Effects: O-S, vol. 6, Royal Society of Chemistry,‎ 1999, 6e éd., 952 p. (ISBN 978-0-85404-803-8 et 978 0 8540 4803 8, lire en ligne), p. 102.

Voir aussi[modifier | modifier le code]