Paradoxe des feuilles de thé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Après un brassage circulaire, les feuilles de thé se concentrent au milieu et au fond de la tasse, plutôt que sur le pourtour de la tasse. Pourtant, un brassage perpendiculaire à la surface du liquide crée une force centrifuge qui devrait pousser les feuilles vers les parois.
La ligne bleue en pointillés est un flux secondaire qui pousse les feuilles de thé vers le centre du fond de la tasse.

Le paradoxe des feuilles de thé est un phénomène physique où les feuilles de thé en infusion se déplacent vers le centre du fond de la tasse après un brassage perpendiculaire à la surface du liquide, plutôt que vers les parois de la tasse tel que l'on pourrait s'y attendre lorsqu'une force centrifuge est appliquée. La première solution est due à Albert Einstein qui explique, dans un article de 1926, les causes de l'érosion des berges des rivières (une application de la loi de Baer)[1],[2].

Lors de la rotation du liquide, une force centrifuge, dite force de Coriolis, lui est appliquée, force qui grandit avec la vitesse de rotation. Or le liquide en contact avec les parois subit une force de friction, qui le ralentit, c'est-à-dire diminue sa vitesse de rotation, et donc la force centrifuge auquel il est soumis. Ainsi, le liquide placé vers le centre sera plus fortement attiré vers l'extérieur que le liquide qui se trouve déjà à l'extérieur, ou en bas ; en conséquence, ces volumes tendront à échanger leur position, et une circulation secondaire se mettra en place, comme montré sur le schéma ci-contre. Toutes les feuilles de thé vont donc à un moment donné se retrouver vers le fond de la tasse, au centre. Ensuite, à cause de leur masse plus importante que le liquide, elles ne pourront pas remonter, et elles vont donc y rester[3],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Tea leaf paradox » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) Kent A. Bowker, « Albert Einstein and Meandering River », Earth Science History, vol. 1, no 1,‎ 1988 (lire en ligne)
  2. (de) Albert Einstein, « Die Ursache der Mäanderbildung der Flußläufe und des sogenannten Baerschen Gesetzes », Die Naturwissenschaften, Berlin / Heidelberg, Springer, vol. 14,‎ mars 1926, p. 223–4 (DOI 10.1007/BF01510300, Bibcode 1926NW.....14..223E)
  3. (en) Ricky J. Sethi, « Re: Re: why do particles move towards the center of the cup instead of outer rim? », MadSci Network,‎ septembre 1997 (consulté le 22 septembre 2013)
  4. [PDF] (en) John R. Booker, Student Notes - Physics of Fluids - ESS 514/414, Department of Earth and Space Sciences, University of Washington (lire en ligne), « 5.8 », p. 48.
    Voir aussi le schéma 25 de [PDF] (en) Gerard Roe, Figure, Department of Earth and Space Sciences, University of Washington,‎ 20 septembre 2000 (lire en ligne)