Paradoxe de Cantor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le paradoxe de Cantor, ou paradoxe du plus grand cardinal, est un paradoxe de la théorie des ensembles dont l'argument a été découvert par Georg Cantor dans les années 1890 (on le trouve dans une lettre à David Hilbert datée de 1897)[1]. Il est appelé ainsi par Bertrand Russell dans ses Principles of Mathematics de 1903. Le paradoxe énonce que l'existence d'un plus grand cardinal conduit à une contradiction. Dans une théorie des ensembles trop naïve, qui considèrerait que toute propriété définit un ensemble, ce paradoxe est bel et bien une antinomie, une contradiction déduite de la théorie, puisque le cardinal de la classe de tous les ensembles serait alors le plus grand cardinal. Mais ce n'en est pas une pour Cantor, qui n'a d'ailleurs jamais parlé de paradoxe. Pour lui, cela montre que le plus grand cardinal, s'il peut d'une certaine façon se définir, n'est pas un ensemble : reformulé en termes modernes et dans une théorie des ensembles axiomatique que ne connaissait pas Cantor, la classe des cardinaux n'est pas un ensemble.

Le paradoxe[modifier | modifier le code]

On peut déduire le paradoxe de deux façons. Pour toutes deux on utilise que tout ensemble a un cardinal et donc, implicitement, l'axiome du choix.

Paradoxe de Cantor et paradoxe de Russell[modifier | modifier le code]

Pour Cantor tout ensemble pouvait être bien ordonné et avait un cardinal. Mais on peut éliminer tout appel à la notion de cardinal, et donc à l'axiome du choix dans le second raisonnement. Soit V la classe de tous les ensembles (dont le cardinal serait naturellement le plus grand cardinal). Si V est un ensemble, son ensemble des parties P(V) également. Donc P(V) ⊂ V, l'identité définit une injection de P(V) dans V et contredit le théorème de Cantor. On a en fait montré que la classe de tous les ensembles n'est pas un ensemble.

Sous cette forme, il est très proche du paradoxe de Russell, et celui-ci a d'ailleurs déclaré[3] qu'il était arrivé à son paradoxe en analysant la preuve du théorème de Cantor. En adaptant la démonstration du théorème de Cantor à ce cas particulier, on construit une réciproque à gauche f de l'identité de P(V) dans V, et on considère l'ensemble {xV | xf(x)}, dont l'intersection avec P(V) est {xP(V) | xx}.

Le paradoxe de Russell a l'avantage d'être plus simple et de ne pas faire appel à l'ensemble des parties d'un ensemble, la seule propriété ensembliste est la compréhension non restreinte, qu'il utilise une seule fois, et qui est exactement la raison du paradoxe. Le paradoxe de Cantor utilise aussi la compréhension non restreinte, d'une façon analogue au paradoxe de Russell qui n'est pas correcte dans les théories des ensembles usuelles à la ZFC, mais aussi quand il affirme que l'ensemble des parties d'un ensemble est un ensemble, ce qui y est par contre licite (c'est l'axiome de l'ensemble des parties).

Versions positives du paradoxe[modifier | modifier le code]

On peut interpréter le paradoxe de Cantor dans la théorie des ensembles usuelle, pour montrer suivant les versions que la classe des cardinaux n'est pas un ensemble, ou que la classe V de tous les ensembles n'est pas un ensemble. Ceci est compatible avec l'analyse de Cantor (voir l'article sur le paradoxe de Burali-Forti).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir référence, Georg Cantor Briefe pp 388-389.
  2. Cantor donne cet argument dans sa lettre à Dedekind de 1899, traduite dans les ouvrages de van Heijenoort (anglais) et de Cavaillès (français) en référence, voir également la préface de van Heijenoort, même ouvrage.
  3. Dans The Principles of Mathematics

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • (de)Georg Cantor Briefe, Herbert Meschkowski et Winfried Nilson (ed.), Springer 1991 ISBN 3-540-50621-7.
  • (en) A source Book in Mathematical Logic 1879-1931, Heijenoort J. van (ed.), (Harvard Univ. Press, Cambridge, 1967), ISBN 0-674-32450-1, ISBN 0-674-32449-8.
  • (en) Bertrand Russell (1903), The principles of mathematics,§§ 346-347, vol 1, Cambridge Univ. Press (version en ligne disponible, incomplète au 4 janvier 2007), en fac-similé sur le site de l'université du Michigan.
  • Bertrand Russell (1906), Les paradoxes de la logique, revue de métaphysique et de morale 14, VOL 5, pp627-650 (1906) ; accessible sur le Gallica, site de la BNF (24 pages).
  • Jean Cavaillès, Philosophie mathématique, Hermann 1962, contient, entre autres, les Remarques sur la formation de la théorie abstraite des ensembles de 1938, et une traduction de la correspondance Dedekind-Cantor qui avait été rassemblée et publiée par Jean Cavaillès et Emmy Noether en 1937.
  • Philippe de Rouilhan, Russell et le cercle des paradoxes, PUF, coll. Épiméthée, 1996 pp.23-26.