Paquiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paquiro
{{#if:
Image illustrative de l'article Paquiro
Présentation
Nom de naissance Francisco Montes Reina
Apodo Paquiro
Naissance 13 janvier 1805
Chiclana de la Frontera (province de Cadix)
Décès 4 avril 1851 (à 46 ans)
Chiclana de la Frontera
Nationalité Espagnol
Carrière
Alternative 18 avril 1831 à Madrid
Parrain, Morenillo
Invention Montera, ainsi appelée en son honneur
Fin de carrière 1847

Francisco Montes Reina[1] dit « Paquiro », né à Chiclana de la Frontera (Espagne, province de Cadix) le 13 janvier 1805, mort à Chiclana de la Frontera le 4 avril 1851, est un matador espagnol.

Présentation[modifier | modifier le code]

Disciple de Pedro Romero à l'École de tauromachie de Séville, « Paquiro » fut un grand innovateur de la corrida, notamment dans le maniement du capote. Il prend l'alternative à Madrid (Espagne) le 18 avril 1831, avec comme parrain Juan Jiménez « Morenillo ».

Carrière[modifier | modifier le code]

À partir de 1840, il entre en rivalité avec l'un des plus grands matadors de cette époque, « Cúchares ».

Il poussa à une importante rénovation de la corrida, lui appliquant un sentiment artistique et créateur, définissant clairement le but de chacun des intervenants. « Il a été l'inspirateur du grand traité de tauromachie qui porte son nom, rédigé par le chroniqueur taurin Santos López Pelegrín, ainsi que des dispositions du premier Reglamento oficial (règlement officiel) dont les rédacteurs reprirent ses propres suggestions<[2]. » Il fut le premier à employer le terme frente por detras pour désigner une passe de cape que Pepe Hillo avait décrite sous le nom d' Aragonesa[3]. Il modifia aussi l'habit de lumières et imposa l'usage d'une nouvelle coiffe, depuis appelée en son honneur « montera »[4].

Il reçut de nombreuses cornadas qui, ajoutées à son penchant immodéré pour la boisson, diminuèrent progressivement ses facultés. Il se retire en 1847, puis redescend dans l'arène en 1850 afin de refaire une fortune largement entamée par de mauvaises affaires dans le négoce du vin. Mais le « Paquiro » de cette époque n'a plus grand rapport avec celui des premières années.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont,‎ 2003 (ISBN 2221092465)
  • Paul Casanova et Pierre Dupuy, Dictionnaire tauromachique, Marseille, Jeanne Laffitte,‎ 1981 (ISBN 2862760439)
  • Auguste Lafront, Encyclopédie de la corrida, Paris, Prisma,‎ 1950

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liste de matadors