Papyrus 32

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Papyrus \mathfrak{p}32

Description de cette image, également commentée ci-après

Tite 1:11-15

nom Papyrus Rylands 5
texte Tite 1 ; 2
langue Grec ancien
date env. 200
trouvé Égypte
maintenant à John Rylands Library
citer A. S. Hunt, Catalogue of the Greek Papyri in the John Ryland Library I, Literatury Texts (Manchester 1911), pp. 10-11
dimension 10.6 x 4.9 cm
type Texte alexandrin
Catégorie I
Manuscrits du Nouveau Testament
PapyriOncialeMinusculesLectionnaire

Le papyrus P32 (dans la numérotation Gregory-Aland), désigné par le sigle \mathfrak{p}32, est une copie ancienne du Nouveau Testament en grec. Il s’agit d’un papyrus de l’épître à Tite, contenant seulement Tite 1:11-15; 2:3-8.1. Le manuscrit est daté par paléographie à la fin du IIe siècle[1]

Description[modifier | modifier le code]

Il est écrit en lettres rondes et assez larges. Une légère tendance à la division des mots peut être observé. Les nomina sacra sont abrégés[2].

Le texte grec de ce codex est représentatif du type alexandrin. Aland le décrit comme "un texte au moins normal", et le place dans la catégorie I[3]. Ce manuscrit est en accord avec le Codex Sinaiticus et avec F G[1].

Il est actuellement hébergé à la John Rylands Library (Gr. P. 5) à Manchester[3],[4].

Texte grec[modifier | modifier le code]

Le papyrus est écrit recto-verso. Les lettres qui sont en caractères gras sont celles que l’on trouve sur \mathfrak{P}32. Cela est en accord avec le Codex Sinaiticus, le Codex Augiensis, et le Codex Boernerianus[1].

Épître à Tite 1:11-15 (recto)

« EΠIΣTOMI- ZEIN OITINEΣ OΛOYΣ OIKOYΣ ANATPE-
ΠOYΣI ΔIΔAΣKONTEΣ A MH ΔEI AIΣXPOY
KEPΔOYΣ XAPIN EIΠEN TIΣ EΞ AYTΩN
IΔIOΣ AYTΩN ΠPOΦHTHΣ KPHTEΣ AEI
ΨEYΣTAI KAKA ΘHPIA ΓAΣTEPEΣ APΓAI
H MAPTYPIA AYTH EΣTIN AΛHΘHΣ ΔI
HN AITIAN EΛENXE AYTOYΣ AΠOTOMΩΣ
INA YΓIAINΩΣIN EN TH ΠIΣTEI MH
ΠPOΣEXONTEΣ IOYΔAIKOIΣ MYΘOIΣ
KAI ENTOΛAIΣ ANΘPΩΠΩN APOΣTPEΦO-
MENΩN THN AΛEΘEIAN ΠANTA KA-
ΘAPA TOIΣ KAΘAPOIΣ TOIΣ ΔE MEMIAM-
MENOIΣ KAI AΠIΣTOIΣ OYΔEN KAΘAPON »

« epistomi-
zein oitines olous oikous anatre-
pousin didaskontes a mē dei aischrou
kerdous charin eipen tis ex autōn
idios autōn prophētēs krētes aei
pseustai kaka thēria gasteres argai
ē marturia autē estin alēthēs di
ēn aitian elenche autous apotomōs
ina ugiainōsin en tē pistei mē
prosechontes ioudaikois muthois
kai entolais anthrōpōn apostrepho-
menōn tēn alētheian panta ka-
thara tois katharois tois de memiam-
menois kai apistois ouden katharon »

« ... pour museler, parce qu’ entrainent des familles entières,
enseignant ce qu’il ne faut pas faire, pour de viles
recherches de gain. Il a même été dit une fois par eux,
même par l’un de leurs prophètes, que les crétois sont toujours
des menteurs, de méchantes bêtes, et des gloutons paresseux."
Ce témoignage est vrai. Pour
cette raison, réprouve-les sévèrement,
pour que peut-être ils reviennent dans la foi ; Ne
donnant pas foi à des mythes juifs,
et dans des commandements d’hommes, qui
se détournent de la vérité. Toutes choses sont
pures dans le pure : mais en ceux qui sont
à la fois souillés et non croyants, rien n’est pur. »

Épître à Tite 2:3-8 (verso)

« ΔIABO-
ΛOYΣ MHΔE OINΩ ΠOΛΛΩ ΔEΔOYΛΩ-
MENAΣ KAΛOΔIΔΣKAΛOYΣ INA
ΣΩΦPONIZΩΣIN TAΣ NEAΣ ΦIΛAN-
ΔPOYΣ EINAI ΦIΛOTEKNOYΣ ΣΩΦPO-
NAΣ AΓNAΣ OIKOYPΓOYΣ AΓAΘAΣ
YΠOTAΣΣOMENAΣ TOYΣ IΔIOIΣ AN-
ΔPAΣIN INA MH O ΛOΓOΣ TOY ΘY BΛA-
ΣΦHMHTAI TOYΣ NEΩTEPOYΣ
ΩΣAYTΩΣ ΠAPAKAΛEI ΣΩΦPON-
EIN ΠEPI ΠANTA ΣEAYTON ΠAPE-
XOMENOΣ TYΠON KAΛΩN EPΓΩN
EN TH ΔIΔAΣKAΛIA AΦΘONIAN ΣE-
MNOTHTA ΛOΓON YΓIH AKATAΓNΩ-
ΣTON INA O EΞ ENANTIAΣ ENTPA-
ΠH »

« diabo-
lous mēde oinō pollō dedoulō-
menas kalodidaskalous ina
sōphronizōsin tas neas philan-
drous einai philoteknous sōphro-
nas agnas oikourgous agathas
upotassomenas tois idiois an-
drasin ina mē o logos tou thu bla-
sphēmētai tous neōterous
ōsautōs parakalei sōphron-
ein peri panta seauton pare-
chomenos tupon kalōn ergōn
en tē didaskalia aphthonian se-
mnotēta logon ugiē akatagnō-
ston ina o ex enantias entra-
pē »

« ... faux accusateurs, sans maltraiter les esclaves,
enseignant ce qui est bon. Ainsi
Ils peuvent enseigner à ceux qui sont sensibles que les jeunes femmes, aimant leurs maris,
aimant leurs enfants. Sobre d’esprits,
pures, occupées à la maison, gentilles,
soumises à leur propre mari.
Ainsi la parole de Dieu ne sera pas blasphémée.
Le jeune homme,
de même, se dépêche d’être sobre d’esprit.
Concernant toutes choses, montres-toi comme
un exemple de bon travail :
dans l’enseignement montre de l’intégrité, du sérieux,
de la parole sans reproche ;
afin que celui qui s’oppose prenne honte, »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arthur Surridge Hunt, [www.us.archive.org/GnuBook/?id=catalogueofgreek01johnuoft#27 Catalogue of the Greek Papyri in the John Ryland Library] I, Literatury Texts (Manchester 1911), pp. 10-11.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Philip W. Comfort et David P. Barrett, The Text of the Earliest New Testament Greek Manuscripts, Wheaton, Illinois, Tyndale House Publishers,‎ 2001 (ISBN 978-0-8423-5265-9), p. 135
  2. A. S. Hunt, Catalogue of the Greek Papyri in the John Ryland Library I, Literatury Texts (Manchester 1911), p. 10.
  3. a et b Kurt Aland, Barbara Aland; Erroll F. Rhodes (trans.), The Text of the New Testament: An Introduction to the Critical Editions and to the Theory and Practice of Modern Textual Criticism, Grand Rapids, William B. Eerdmans Publishing Company,‎ 1995 (ISBN 978-0-8028-4098-1, lire en ligne), p. 98
  4. « Liste Handschriften », Münster, Institute for New Testament Textual Research (consulté le 26 août 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]