Papier de riz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le papier de riz (chinois simplifié : 米纸 ; chinois traditionnel : 米紙 ; pinyin : mǐzhǐ ; littéralement : « papier de riz ») est un type de papier chinois. Il désigne au sens strict le papier fait à base de la plante du riz, comme la farine de riz ou la paille de riz, mais aujourd'hui, ce terme est également utilisé pour décrire le papier fabriqué à partir d'autres plantes comme le chanvre, le bambou ou le mûrier à papier.

Plante à papier de riz[modifier | modifier le code]

En Europe, vers 1900, une substance proche du papier de riz était initialement connue sous le nom « papier de riz » parce que l'on croyait qu'il était fait à partir de riz. Il était en fait constitué par la moelle d'un petit arbre, Tetrapanax papyrifer, la plante à papier de riz.

Cette plante pousse dans les forêts marécageuses de l'île de Taïwan et de Chine méridionale et est également cultivée comme plante d'ornement. Pour produire le papier, les branches sont bouillies et séparées de leur écorce. Le noyau cylindrique de la moelle est roulé sur une surface lisse et dure contre un couteau qui le coupe en fines feuilles à la texture ressemblant à de l'ivoire.

Le papier de riz, teinté en différentes couleurs, est utilisé pour la préparation de fleurs artificielles, tandis que les feuilles blanches sont utilisées pour le lavis, l'aquarelle et la calligraphie d'Extrême-Orient. Le papier de riz est aussi utilisé pour les lampes et abat-jour. En raison de sa texture, ce papier n'est pas adapté à l'écriture de tous les jours.

Usage controversé[modifier | modifier le code]

le papier sugihara, à base de fibres de mûrier à papier

Papier de mûrier[modifier | modifier le code]

Également connu sous le nom européen de papier de soie et plus récemment, japonais washi ou wagami (和紙?), utilisé notamment en origami, ce type de papier, souvent confondu avec du « papier de riz » (doux, fin, craquant, résistant), n'est pas du tout fait de riz ni de soie. Il est fabriqué à partir des fibres de branches du mûrier à papier, arbre proche du mûrier, où l'on élève le bombyx et dont le cocon sert à confectionner la soie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]