Papier coréen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une fenêtre en papier dans une hanok
Une œuvre d´art préparée avec du hanji

Le papier coréen hanji (en coréen 한지, hanja : 韓紙), ou en coréen littéraire joseon jongi (en coréen 조선종이) est fabriqué à la main à partir d'une pâte de mûrier à papier cultivé en Corée (mucilage visqueux). Il est utilisé pour l'écriture, la peinture, les emballages, les papiers spéciaux et sert également de tissu. Ces nombreuses qualités rendent son utilisation permanente en Corée : longévité, résistance, doux, lisse au toucher, blanc allant jusqu'à être translucide, absorbant, excellent pour la peinture, résistant aux insectes et aux champignons.

Histoire[modifier | modifier le code]

La technique du papier de mûrier à papier a été inventée en Chine au IIe siècle avant notre ère, codifiée en 105 par Cai Lun, avec le papier de lin et le papier de chanvre et exporté en Corée et au Japon au VIIe siècle, avec le bouddhisme, l'écriture, l'imprimerie et l'ensemble de la culture chinoise. La technique a également été amenée en Inde au même moment. Dès le XIe siècle, la Corée se met à exporter le papier hanji, fabriqué localement, en Chine puis dans les autres pays de l'Extrême-Orient.

Procédé de fabrication[modifier | modifier le code]

Le matière première se compose de fibre de mûrier à papier (broussonetia papyrifera), qui n'est pas du genre mûrier (morus), bien qu'ils soient tous les deux dans la famille des moraceaes, - appelé dak - : les branches de mûriers à papier sont récoltées, épluchées, cuites, lavées, blanchies à la lumière. Ces branches ont été cultivées dans l'année et récoltées l'hiver. La cuisson se fait à la vapeur, on enlève l'écorce noire des branches pour ne garder que l'intérieur de celles-ci. On effectue une seconde cuisson avec des cendres de végétaux. À ce stade, il ne reste que 8 % de la quantité initiale avant un lavage à l'eau courante de manière à blanchir les fibres.

Dans un deuxième temps, il convient de préparer la pâte à papier par le mucilage des végétaux et l'ajout de racines d'hibiscus. À l'aide de maillets de bois, le papetier effectue un battage doux sur pierre ou sur bois. Les feuilles sont réalisées à l'aide de panneaux qui font des tissages de fibres ; la pâte est posée deux fois sur le panneau pour que les structures soient équilibrées à gauche et à droite. S'ensuivent : les actions de pressage avec des maillets, d'essorage, de séchage sur les panneaux. À la finition s'effectuent les actions de lissage avec des maillets, de dotchim, de battage manuel qui augmente la densité du papier afin que le papier offre une surface régulière et la moins poreuse possible. Les panneaux appelés en occident formes sont constitués d'un châssis en bambou et de fibres en crin de cheval.

Composition[modifier | modifier le code]

L'analyse biochimique du papier montre une grande teneur en pectine. Le mûrier à papier est différent du genre mûrier (morus), cultivés à travers le monde, selon les espèces, pour ses fruits, pour la soie ou d'autres propriétés. Les cendres végétales comportent du sulfate de potassium (K2CO3)[réf. nécessaire]. Des tests de vieillissement sur des échantillons modernes effectués dans le laboratoire de la bibliothèque du congrès donnent des résultats satisfaisants avec une forte stabilité du « pH » sur le long terme[réf. nécessaire].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :