Paolo Romani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romani (homonymie).

Paolo Romani (né le 18 septembre 1947 à Milan) est un homme politique italien, actuellement membre de Forza Italia. Il a été successivement président de la commission Transports et Télécommunications, puis secrétaire d'État aux Communications du gouvernement Berlusconi III.

Il est nommé par le Président de la République italienne Giorgio Napolitano sur proposition du Président du Conseil, Silvio Berlusconi, après 153 jours d'intérim exercé par Silvio Berlusconi lui-même.

Paolo Romani fut vice-ministre du Développement économique chargé de la Communication du quatrième gouvernement de l'homme d'affaires depuis le 8 mai 2009 jusqu'en octobre 2010 (il fut de mai 2008 à mai 2009 secrétaire d'État), en remplacement de Claudio Scajola, démissionnaire au mois de mai 2010.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière dans les affaires[modifier | modifier le code]

Avant de devenir homme politique, il avait été éditeur de télévisions locales :

  • en 1974, il fonde TVL Radiotelevisione Libera
  • de 1976 à 1985, il est directeur général de Rete A
  • de 1986 à 1990, il est administrateur délégué de Telelombardia.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Député de la 12e et 13e législatures pour Forza Italia, Paolo Romani est élu pour Le Peuple de la liberté en 2008 et entre dans le gouvernement Berlusconi IV comme secrétaire d'État au ministère du Développement économique avec une délégation aux communications.

Il devient ministre adjoint le 8 mai 2009. Il devient ministre du Développement économique le 4 octobre 2010, à la suite de la démission de Claudio Scajola, survenue au mois de mai 2010 et après un intérim de cinq mois du chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi. Immédiatement, les principaux médias italiens, dont La Repubblica soulignent les nombreux conflits d'intérêts d'un homme politique qui s'est surtout consacré à la télévision et au fait qu'il devra arbitrer dans ce domaine sensible pour le Président du Conseil qui l'a choisi, après l'intérim le plus long de l'histoire des gouvernements italiens.