Panzerkampfwagen V Panther

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Panzerkampfwagen V)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Panther.
Panzerkampfwagen V Panther Ausf.G
Panther Ausf. G du Wehrtechnischen Studiensammlung Koblenz
Panther Ausf. G du Wehrtechnischen Studiensammlung Koblenz
Caractéristiques générales
Équipage 5 (chef de char, pilote, radio-mitrailleur, tireur, chargeur)
Longueur 8,86 m (6,87 m de caisse)
Largeur 3,27 ( 3,42 avec shürzen )
Hauteur 3,1 m
Masse au combat 44,8 t. pour les « D » et « G » ; 45,5 t. pour le « A »
Armement
Armement principal KwK 42 de 75 mm L/70 (82 obus)
Armement secondaire 2 MG 34 de 7,92 mm (4 200 cartouches)
Mobilité
Moteur Maybach HL 210 P45 (sur le « D »)

Maybach HL 230 P30, à 12 cylindres en V (sur les « A » et « G »)

Puissance 650 ch pour le HL 210 P45

700 ch pour le HL 230 P30

Suspension barre de torsion
Vitesse sur route 55 km/h sur route, 20 km/h en tout terrain pour le « D »

45 km/h sur route, 20 km/h en tout terrain pour les « A » et « G »

Puissance massique 15,6 ch/tonne
Autonomie 200 km (100 en tout terrain) pour les trois variantes

Le SdKfz 171 Panzer V Panther était un char de combat utilisé par l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, de juillet 1943 lors de la bataille de Koursk, au 8 mai 1945. Conçu pour contrer le char T-34 soviétique et remplacer les Panzerkampfwagen III et les Panzerkampfwagen IV, il servit en définitive à leurs côtés, jusqu'à la fin de la guerre, en trois versions principales : « D », « A », « G ».

Une dernière version « F » était prévue, avant le remplacement définitif du « Panther » par le char « E-50 ». Fut aussi étudié un "Panther 2" avec canon et train de roulement du "Tiger II", sans que cela n'aille plus loin que la planche à dessin.

Présentation sommaire du Panzerkampfwagen V Panther[modifier | modifier le code]

Le Panther était la réponse directe au T-34 soviétique, rencontré pour la première fois en juin 1941, et qui surclassait tous les chars utilisés par les allemands à cette époque. Daimler-Benz et MAN AG furent mis en compétition pour concevoir un char de 30 à 35 tonnes, sous le code VK3002 (VolleKetten, 30 tonnes, prototype 02).

Daimler-Benz présenta un modèle très proche du T-34, équipé d'une suspension Christie. Celui de MAN fut jugé plus performant et accepté, malgré le fait que l'engin pesait dix tonnes de plus que souhaité, et malgré la préférence du Führer pour l'engin de Daimler-Benz, jugé plus économique. Un prototype fut testé en septembre 1942 à Kummersdorf, et officiellement accepté, malgré d'importantes mises au point encore à effectuer.

La production de l'engin fut lancée dans la précipitation en janvier 1943, Hitler souhaitant le voir combattre lors de l'offensive sur Koursk, ce qui se traduisit pour le blindé par des défauts de jeunesse, surtout au niveau du moteur Maybach HL 210 P45, qui s'avéra très fragile et fut rapidement remplacé par le HL 230 P30 dès août 1943 sur la version « A » (qui succède à la version "D").

Classé « char moyen » par la Panzerwaffe, ce choix peut être discuté, mais il est vrai que si le poids du « Panther » (44,8 tonnes pour le « D » ; 45,5 tonnes pour les « A » et « G ») est très nettement supérieur au « Panzer IV Ausf. H » (25 tonnes), il est inférieur au poids du Tiger I qui passe la barre des 50 tonnes (57 tonnes) ou des « Tiger II » Porsche (69,4 tonnes) puis Henschel (69,8 tonnes).

Motorisation[modifier | modifier le code]

Le moteur du Panther était puissant : après l'échec du Maybach HL 210 P45 utilisé sur le « D », fut greffé sur le « A » et le « G », le Maybach HL 230 P30, V12 à essence, refroidi par liquide, de 23,88 litres de cylindrée, donnant un maximum de 700 chevaux (520 kW) à 3 000 tours par minute et un régime normal de 600 chevaux à 2 500 tours. Entraînant une boîte de vitesse ZF AK 7-200 à sept rapports avant et un arrière (les derniers Ausf. G auront des AK 7-400), il lui permettait d'atteindre une vitesse maximale de 45 km/h (20 km/h en tout terrain). Les barbotins situés à l'avant possédaient à la fois des embrayages tridisque à sec et des freins à disques hydrauliques Argus, qui permettaient un rayon de virage de 10 mètres. Un système électrique en 12 volts, avec deux accumulateurs de 120 ou 150 Ah, permettait le démarrage du moteur même par grand froid.

La suspension était fondée sur le principe des barres de torsion, les ingénieurs de MAN ayant écarté l'emploi d'une suspension Christie, jugée moins efficace. Huit roues de route de grand diamètre entrecroisées, montées sur des doubles barres de torsions (celles avant et arrière possédant un amortisseur hydraulique), répartissaient la charge sur chaque chenille. Ces dernières, constituées de 86 patins, étaient larges de 66 cm et en contact avec le sol sur une longueur de 3,9 mètres, permettant au char de n'exercer qu'une pression de 870 g/cm², ce qui lui conférait une bonne mobilité en terrain mou comme la boue, fréquente sur le front russe. La garde au sol était importante avec 56 centimètres et les capacités de franchissement étaient bonnes, avec 90 centimètres pour un obstacle vertical, 2,45 mètres pour une tranchée. Le char pouvait aussi guéer à 1,90 mètres et grimper des pentes à 35 degrés.

Cinq réservoirs avec une capacité totale de 730 litres, malgré une consommation importante de 365 litres aux cent kilomètres sur route et de 730 en tout terrain, permettaient d'obtenir un rayon d'action correct, respectivement de deux cents et cent kilomètres.

Armement et équipement[modifier | modifier le code]

Son canon Rheinmetall 7,5-cm KwK 42 L/70 procurait à ses munitions antichars (Panzergranate 39/42) une vitesse initiale inégalée jusqu'alors, d'environ 940 m/s (1 120 m/s pour les rares Panzergranate 40/42 à pointe en tungstène), permettant une bonne précision à longue portée et de fortes pénétrations des blindages adverses (111 mm d'acier sous une incidence de 30° à 1 000 mètres ou 89mm à 2 000 mètres pour les Panzergranate 39/42, 106 mm de blindage à 2 000 mètres pour les 40/42). Bien que d'un calibre commun à l'époque, cette arme à la trajectoire très rasante, associée à un viseur TZF 12 puis TZF 12a, se révéla un meilleur canon antichar que le 88 mm KwK 36 L/56 (820 m/s) du Tigre I.

La tourelle, d'une masse de 7,5 tonnes sur son chemin de roulement de 1,65 mètres de diamètre, conférait à l'armement un champ de tir de -8° à +18° en site et 360° en azimut, la manœuvre étant commandée par un système hydraulique grâce à une pédale actionnée par le tireur, ou en secours manuellement, grâce à des manivelles. La dotation en munitions était de 79 obus (82 pour le « G »). Deux mitrailleuses MG-34 avec 5 100 projectiles (4 800 sur le « G ») permettaient la défense contre l'infanterie adverse, le canon KwK 42 tirant aussi des obus explosifs. L'équipement radio comprenait, pour les chars de combat, une FuG 5 et une FuG 2.

Protection[modifier | modifier le code]

Panther au musée des blindés de Saumur, recouvert de zimmerit.

Son blindage frontal, assemblé par emboîtage et soudure, de par son inclinaison et son épaisseur de 80 mm, offrait une protection convenable face à la majorité des canons antichars de l'époque, mais était trop faible pour résister à 1 000 mètres au tir d'un canon antichar anglais Ordnance, Q.F. 17 pounder de 76,2 mm, ou américain de 90 mm à la même distance, ou encore à un 85 mm soviétique tirant à 800 mètres.

Paroi avant de tourelle : 80 mm à 78° (Ausf. D), 110 mm à 78° (Ausf. A), 100 mm à 80° (Ausf. G)
Masque de canon : 120 mm
Parois latérales de tourelle : 45 mm à 65°
Paroi arrière de tourelle : 45 mm à 65°
Toit de tourelle : 15 mm
Plaque inférieure avant de caisse : 60 mm à 35° ( 50 mm pour Ausf G )
Plaque supérieure avant de caisse : 80 mm à 35°
Parois latérales inf. de caisse : 40 mm à 90°
Parois latérales sup. de caisse : 40 mm à 50° ( 50 mm à 60° pour Ausf. G )
Plaque arrière de caisse : 40 mm à 60°
Toit de caisse : 15 mm
Plancher de caisse : 13 à 20 mm

Le Panther au combat[modifier | modifier le code]

Panzerkampfwagen V Panther (Houffalize - Belgique)
Panzerkampfwagen V Panther G

Lorsqu'il apparut sur le front de l'Est, en juillet 1943, les Soviétiques relevèrent des pertes jusqu'à 2 000 m, alors que le canon de 76 mm du T-34/76 était totalement incapable de percer la cuirasse du Panther, sauf à pouvoir s'en approcher sur les côtés ou l'arrière et le tirer à bout portant. Le plus évolué et puissant canon antichar russe de 85 mm, le ZiS-S-53 L/52 qui armait le T34-85 M1944, se trouvera lui aussi incapable de détruire un Panther de face à plus de 500 mètres (84 mm de blindage perforé sous une incidence de 30° à 500 mètres ; 71 mm à 1 000 mètres).

Néanmoins, à partir de juin 1944 et l'apparition du "Sherman Firefly", et juillet 1944 avec l'apparition du "IS-2"; puis surtout début 1945 avec l'apparition du "SU-100" soviétique, du "M-26 Pershing" américain, du "Comet" anglais... le "Panther" pouvait être détruit de face à longue distance. Il est aussi à noter que la qualité des métaux utilisés par les usines du Reich pour la fabrication des engins blindés, baissait au fur et à mesure que la guerre s'éternisait. Ainsi, des photographies existent qui montrent des masques de canon épais de 120 mm et bombés, traversés de part en part en leur partie la plus épaisse, l'obus n'ayant pas trouvé la résistance blindée minimale pour le faire ricocher !

Le "Panther" est aujourd'hui considéré comme étant l'archétype de tous les chars modernes, le premier Main Battle Tank de l'histoire, le premier char à combiner à haut niveau les trois composantes fondamentales qui caractérisent le char d'assaut : mobilité, puissance de feu, protection. Il est exact qu'à son apparition, il était sans équivalent.

L'histoire militaire de ce char ne s'arrêta pas en 1945 avec la défaite allemande : l'armée française en incorporera dans ses unités blindées, où ils seront en service jusqu'au début des années 1950. Un dérivé français du 75 mm KwK 42 fut conçu pour armer l'AMX 13, et le véhicule de reconnaissance Panhard EBR-75.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • prototype VK 3002
  • Ausf A (parfois appelé Ausf A1) : présérie de 20 exemplaires, produite en novembre 1942
  • Ausf D : 850 exemplaires entre janvier et septembre 1943 ; moteur Maybach HL 210 P45 de 650 CV ; tourelleau du chef de char à bords verticaux à six fentes de vision à épiscopes ; pots fumigènes sur les côtés de la tourelle (système cependant supprimé dès juillet 42); trappe circulaire destinée à l'évacuation des douilles face gauche de la tourelle + trois tapes de tir pour pistolet sur trois faces de la tourelle, qui seront supprimées sur les "A" et "G"; deux phares; deux mitrailleuses MG 34.
  • Ausf A (parfois appelé Ausf A2) : 2 200 exemplaires d'août 1943 à juin 1944 ; moteur Maybach HL 230 P30 de 700 CV, qui résout une partie des problèmes mécaniques du moteur utilisé sur le « D » ; tourelleau en forme de goutte d'eau; en novembre 43, le viseur binoculaire placé sur la gauche du mantelet de canon est remplacé par un viseur monoculaire; 1 seul phare; 2 mitrailleuses MG 34.
  • Ausf G : 2 950 exemplaires à partir de mars 1944. Simplification de production : plaque d'un seul tenant sur les flancs — on ne trouve plus le décroché vertical à l'arrière; la plaque frontale perd le bloc de vision du conducteur, remplacé par un périscope sur le toit du poste de pilotage ; les Schurzen sont fixées sur une lame d'acier qui court le long des flancs ; le phare est descendu sur le garde boue ; le pot d'échappement de gauche n'a plus qu'un seul tuyau; la plage arrière est redessinée. Production tardive : déflecteur de coups au bas de la face avant de la tourelle, pour éliminer le piège qui faisait dévier les obus ennemis vers le toit de la superstructure. Sur une vingtaine d'engins de fin de production, les galets de roulement à bandage de caoutchouc sont remplacés par des galets « tout acier ».
  • Befehlspanzer Panther (Pz Bef Wg) : véhicule commandement avec radios supplémentaires, 329 convertis entre mai 1943 et février 1945.
  • Beobachtungspanzer Panther (Pz Beob Wg) : véhicule d'observation d'artillerie, 41 convertis en 1944 et 1945, canon factice en bois.
  • Bergepanther : véhicule dépannage, 347 produits de 1943 à 1945.
  • Panther ausf F : projet d'amélioration __en attendant la série des chars « E » et du « E-50 » en particulier__ caractérisé par l'adoption d'une tourelle de type Schmalturm ou « petite tourelle » équipée d'un télémètre stéréoscopique et du système de visée infrarouge Sperber. Le canon étant un 7,5 cm KwK 44/1 L/70 possédant les mêmes caractéristiques balistiques que le KwK 42 L/70, mais le frein de recul est situé sous la culasse, et il ne possède pas de frein de bouche malgré une augmentation de la force de recul de 12 à 18 tonnes. Le blindage du châssis frontal supérieur reste à 80 mm ; blindage frontal inférieur : 50 mm ; le blindage tourelle frontal passe à 120 mm. Blindage tourelle latéral : 60 mm ; blindage latéral châssis : 50 mm ; blindage arrière châssis : 40 mm. Poids estimé du char : 46,5 tonnes. Un prototype de tourelle Schmalturm fut monté sur le châssis d'un Panther ausf G. La production du char de type « F » complet aurait débuté en juin 1945.
  • Jagdpanther chasseur de char dérivé, voir Jagdpanzer V.
  • Panther II projet de créer un char intermédiaire entre le "Panther" et le "Tiger II". En 1945, un seul fut construit par la société MAN.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français :

  • Bibliographie en langue française consacrée au PzKpfw V "Panther"
  • Le Panther, l'égalisateur, in Connaissance de l'Histoire n°17, Editions Hachette, 1979
  • Johann BURCKARDT, Le Panther Ausf. G et F, l'évolution vers la maturité, in Trucks & Tanks Magazine n°3, Editions Caraktère, 2007
  • Yves BUFFERAUT, Le Panther en Normandie, in Batailles n°39, Histoire & Collections, 2010
  • Eric DENIS, Panzerkampfwagen V Panther, la riposte allemande au T-34, in Tank zone n°12, Histoire & Collections, 2010
  • Laurent TIRONE, Quel était le meilleur char de la Seconde Guerre mondiale ?, in Trucks & Tanks Magazine n°26, Editions Caraktère, 2011
  • Laurent TIRONE, Panther & Variantes, in Trucks & Tanks Magazine Hors-Série n°14, Editions Caraktère, 2013
  • Hugues WENKIN et Yannis KADARI, Les débuts du Panther à Koursk, la vision de Guderian, in Batailles & Blindés n°37, Editions Caraktère, 2010

En anglais :