Panyasis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Panyasis (ou Panyassis) d'Halicarnasse (en grec ancien Πανύασις / Panýasis) était un poète grec de l'antiquité, ayant vécu au Ve siècle av J-C et faisant partie des poètes épiques du canon alexandrin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bien que Douris de Samos affirme que Panyasis, fils de Diocle, est né à Samos, les historiens sont plus enclins à suivre la Souda, selon lequel il est né à Halicarnasse au début du Ve siècle av JC et est le cousin ou peut-être l'oncle d'Hérodote.

En effet, le père de Panyasis, Polyarque, serait le frère d'un des parents du grand historien. Ces assertions sont confirmés par Pausanias le Périégète et par Clément d'Alexandrie.

Les deux cousins étaient opposés au tyran d'Halicarnasse, Lygdamis II, et Panyasis, accusé d'avoir pris part à une conjuration aristocratique visant à éliminer le tyran, fut exécuté, peut-être en 457 av. J.-C. Hérodote, quant à lui réussit à s'enfuir à Samos avec sa famille, cité partie prenante de la ligue de Délos, opposée à l'empire perse dont Halicarnasse est une cité vassale.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui presque complètement oublié de l'histoire, Panyasis était à son époque très réputé, parfois même comparé à Homère. On lui attribue généralement deux poèmes :

  • L'Héraclée (Ηράκλεια), poème épique en 14 livres, 9000 vers, traitant du célèbre héros Héraclès[1]. Panyassis doit beaucoup de sa réputation à ce poème mais, malheureusement, on n'a pu en retrouver que quelques fragments.
  • L'Ionique (Ιωνικά), poème épique de 700 vers sur la colonisation de l'Asie mineure par les ioniens. Ce poème, réalisé en distiques élégiaques, a été entièrement perdu.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Souda, article « Panyassis » (pi 248).