Pantelleria (île)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la commune, voir Pantelleria.
Pantelleria
Isola di Pantelleria (it)
Le mont Gibelè.
Le mont Gibelè.
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Archipel Îles Égades
Localisation Mer Méditerranée
Coordonnées 36° 46′ N 12° 01′ E / 36.77, 12.02 ()36° 46′ N 12° 01′ E / 36.77, 12.02 ()  
Superficie 83 km2
Point culminant Montagna Grande (836 m)
Géologie
Type Volcan gris
Activité Actif
Dernière éruption 1891 ?
Code 0101-071
Observatoire Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia
Administration
Région autonome Sicile
Province Trapani
Commune Pantelleria
Démographie
Population 7 635 hab.
Densité 91,99 hab./km2
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+1

Géolocalisation sur la carte : Sicile

(Voir situation sur carte : Sicile)
Pantelleria
Pantelleria

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Pantelleria
Pantelleria
Îles d'Italie

Pantelleria (ou Pantalarée en français, Pantiddirìa en sicilien) est une île italienne d'origine volcanique d'une superficie de 83 km2 se situant au centre du canal de Sicile, entre la Sicile et la Tunisie. Elle constitue administrativement la commune de Pantelleria, dépendant de la province de Trapani.

Géologie[modifier | modifier le code]

Carte de localisation de l'île de Pantelerria.

L'île est la partie émergée d'un complexe volcanique et d'un rift continental sous-marins. Les dernières éruptions aériennes datent de moins de 10 000 ans, au nord-ouest de l'île (Mursia). Au XIXe siècle se sont produites des éruptions sous-marines.

Le volcanisme fut de type hyper-alcalin, avec des éruptions de types explosives, et avec des coulées de lave[1].

Source sous-marine d'eau chaude à Nika

Géographie[modifier | modifier le code]

D'une superficie de près de 83 km2, Pantelleria est la plus vaste des îles siciliennes. Située à 100 km de la Sicile et à 72 km de la Tunisie, elle se caractérise par un paysage singulier constitué de roches volcaniques parsemées d'oponces et par des vents omniprésents. Le point culminant de l'île est la Montagna Grande qui atteint les 836 mètres d'altitude. Ce paysage particulier a fortement influencé ses habitants dans leurs constructions. C'est ainsi que l'on retrouve de nombreux murs de pierres destinés à la fois à contenir le terrain cultivable et à délimiter les propriétés entre elles. De même le dammuso, habitation typique, est une petite maison de pierres volcaniques. Sa forme cubique spécifique lui permet de conserver une température fraiche à l'intérieur, mais aussi de recueillir l'eau de pluie si précieuse pour l'agriculture. L'activité volcanique de l'île, bien que faible, est tout de même à l'origine de vapeurs et parfois de geysers.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le sol volcanique de l’île attira le peuple des Sesi ou Sesioti, venu extraire l’obsidienne vers l’an 5000 av. J.-C.. Le véritable essor de l’île de Pantelleria sera permis grâce à l'arrivée des Phéniciens, aux alentours de 700 av. J.-C., qui bâtissent notamment de nombreuses fortifications.

De par sa position géographique stratégique, elle sera l'objet de convoitises. C'est ainsi qu'elle fut colonisée par de nombreux peuples : les Romains, les Arabes, les Normands ou les Bourbons espagnols. Comme c’est le cas pour la Sicile, les îles Pélages (Lampedusa) et celles de Malte, ces peuples influencèrent la culture, l'économie et la vie de Pantelleria. Les Arabes sont par exemple à l’origine du dammuso, la maison typique de l’île, de même que le nom de l’île : Bent El Riah, la fille des vents.

L'île fortifiée par les Italiens lors de la Seconde Guerre mondiale, fut prise par les troupes britanniques en juin 1943, après un intense bombardement, car ses installations radars et son aérodrome étaient jugés comme une menace par les Alliés pour leur futur débarquement en Sicile.

Article détaillé : Opération Corkscrew.

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture et le tourisme sont les principales activités d'une île qui a conservé un aspect sauvage, épargné par l'industrialisation.

Pantelleria est notamment réputée pour sa production de câpres et de vin (Passito et Moscato). L'activité touristique, quant à elle, comprend une clientèle venue chercher la bienfaisance des saunas naturels de l'île appelés Bagno asciutto (Bain sec). L'activité volcanique émet en effet des vapeurs qui, à l'intérieur des grottes, reproduisent les effets du sauna. Ces dernières années, la rusticité de Pantelleria a attiré une clientèle haut de gamme. Des vedettes de la musique et du cinéma y effectuent des séjours réguliers. C'est le cas de Madonna, de Sting mais également de Giorgio Armani qui y a une villa[2] ou de Carole Bouquet et Gérard Depardieu qui sont même devenus propriétaires des terres vinicoles puis après leur séparation en 2005, Carole Bouquet crée son propre chai et produit 14 000 bouteilles de 50 cl par an de Moscato passito[3].

Paroles d'artistes[modifier | modifier le code]

De nombreux artistes ont rapporté dans leurs œuvres leur enchantement de l'île de Pantelleria:

  • Alphonse de Lamartine : « …l'île de Pantelleria, ancienne île de Calypso, délicieuse encore par sa végétation africaine et la fraîcheur de ses vallées et de ses eaux. »
  • Aldous Huxley : « Jamais je ne me suis senti autant chez moi que sur l'île de Pantelleria. »
  • Gabriel García Márquez : « Je ne crois pas qu'il existe au monde un lieu plus adapté pour penser à la Lune. Mais Pantelleria est plus belle. »
  • Giuseppe Bertolucci : « C'est la première île au monde qui ne provoque pas en moi anxiété et désir de fuite, mais seulement calme et volupté. »
  • Sting : « A Pantelleria, les paroles étaient dans le vent, j'ai simplement dû allonger la main et les recueillir. »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. M. et K. Krafft, guide des volcans d'Europe et des Canaries.
  2. Richard Gianorio, « Carole Bouquet : « je me suis inventé une vie » », sur Le Figaro,‎ 3 août 2007
  3. Olivier Ogéron, « Carole Bouquet : "Je ne fais pas un vin d'actrice" », sur Nice Matin,‎ 30 mars 2012

Sur les autres projets Wikimedia :